Donovan Mitchell, « Spida » continue de tisser sa toile

Donovan Mitchell, « Spida » continue de tisser sa toile

Leader offensif du Utah Jazz, Donovan Mitchell assume parfaitement ses responsabilités et évolue actuellement à un haut niveau.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié

Le début de saison du Utah Jazz a été une petite déception. Attendue au tournant après un recrutement estival de grande qualité, la franchise de Salt Lake City a eu du mal à trouver le bon rythme. Malgré des performances individuelles totalement correctes durant cette période, Donovan Mitchell ne parvenait pas à tirer son équipe vers le haut.

Mais le jeune talent de 23 ans n’est pas du genre à se laisser abattre. Et le Jazz non plus en général. Même si l’absence de Mike Conley, blessé, a permis à cette équipe de revenir dans une zone de confort par rapport à ses dernières années (au niveau du style de jeu), la montée en puissance des cadres a été également essentielle. Récemment, Rudy Gobert a eu le droit à nos honneurs. Et c’est désormais le tour de Mitchell.

Donovan Mitchell, des qualités offensives exceptionnelles

Car encore la nuit dernière, les deux hommes ont été essentiels lors de la victoire du Jazz face aux Portland Trail Blazers (121-115). Auteur d’un double-double impressionnant (16 points, 15 rebonds), l’intérieur français a été décisif dans les dernières secondes, forçant un air-ball de Carmelo Anthony et contrant une tentative de Damian Lillard. De son côté, Mitchell a été intenable sur le plan offensif avec 35 points, dont 28 en seconde période. Et il fallait bien ça pour résister au come-back des Blazers, qui ont été à deux doigts de remonter un retard de 20 points.

"Depuis le début de la saison, j’insiste sur le point le plus important : la ténacité. Il faut trouver un moyen de gagner. Franchement, ça aurait été facile de laisser filer, Damian Lillard et C.J. McCollum étaient en feu. Mais je crois que c’est la différence entre nous et les autres équipes. Je n’oublie pas les matches difficiles, on était au fond du trou. Et personne n’a oublié. On doit faire ce qu’on sait faire", a confié Donovan Mitchell face à la presse.

Et pour sa part, "Spida" connaît parfaitement son rôle. Car si Gobert incarne l’âme défensive de cette équipe, Mitchell a lui les clés de l’attaque. Et sur ce match, comme souvent, il a su être présent dans les moments importants. Quand son équipe souffrait face aux assauts des Blazers, le natif de Greenwich a toujours soulagé les siens. Quand Lillard marquait 8 points de suite, il répondait. Puis quand C.J. McCollum permettait aux Blazers de passer en tête à 102-103, il répondait. Sans jamais paniquer. Avec au total 12 points dans le money-time.

"Il fallait que je sois agressif. Honnêtement, je devais simplement trouver mon rythme. Après le coup de chaud de Joe Ingles en début de match, c’était plus facile pour moi car il le surveillait attentivement. J’ai été calme et patient pour trouver le meilleur moyen de faire mal", a-t-il analysé.

"Donovan était toujours prêt. Je pense qu’il a toujours été juste dans ses choix. Il n’a pas forcé ses tirs, il a continué d’attaquer le cercle et a obtenu des fautes. Au final, je pense qu’il a gagné le match pour nous", a estimé Gobert.

Un leader collectif

En bon leader, Mitchell ne partage absolument pas l’avis du Français. Le jeune homme n’a jamais été du genre à se mettre en avant. Il insiste toujours sur le collectif ou les performances de ses coéquipiers. Dans une Ligue où les joueurs ont la tendance à être (un poil) égocentrique - ce qui fait aussi la force de certains bien sûr -, c’est plutôt rafraîchissant. Surtout qu’il ne s’agit pas d’un discours de façade. Dans son jeu, sa façon d’être sur le terrain et aussi ses propos, l’international américain veut être un leader collectif.

"Mes coéquipiers ont cru en moi pour faire les bons choix tout au long de la partie. J’ai simplement essayé de jouer mon jeu, trouver les gars. Bojan m’a bien servi, Rudy a été énorme des deux côtés du parquet. Sans mes coéquipiers, je ne suis rien. Avec cette confiance et ces coéquipiers, je peux être moi-même. Et vous pouvez dire ce que vous voulez sur mes points ou ceux de Joe, mais au final c’est Rudy qui a réalisé les deux actions les plus importantes", a insisté Mitchell.

C’est vrai. Mais sans les actions héroïques de Mitchell sur la seconde période, le Jazz n’aurait même pas eu l’opportunité de se battre pour ce succès. Mais c’est aussi cette mentalité qui a fait la force de cette formation par le passé. Un vrai état d’esprit de groupe. Et après un début d’exercice délicat, Utah se trouve enfin dans le bon rythme : 7 victoires sur les 8 derniers matches.

"On doit encore s’améliorer sur le plan défensif, il y a encore des lacunes. Offensivement, on commence à mieux bouger la balle. On connait nos qualités. Mais vous savez, ça vient avec le temps. Car avec les nouveaux gars, on cherche à s’adapter. Vous voulez que la magie opère le plus vite possible. Mais parfois, ça peut prendre du temps. On commence à monter en puissance. En tout cas, nous avons le niveau", a assuré Donovan Mitchell.

Et au passage, même s’il refuse de se mettre en avant, Donovan Mitchell réalise la meilleure saison de sa carrière sur le plan statistique. Avec 24,8 points, 4,6 rebonds et 4 passes décisives de moyenne, "Spida" risque bien de tisser sa toile jusqu’au All-Star Game…

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest