103 DET
113 CHA
115 HOU
103 IND
89 NYK
115 ORL
114 DEN
121 MIL
100 POR
94 BOS
107 LAL
106 ATL

Draft 2019 : 9 noms à retenir !

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Une présentation express des principaux prospects de la Draft 2019 avec notamment deux joueurs français et plusieurs stars potentielles.

La saison NCAA reprend ses droits ce soir avec un superbe choc entre Kentucky et Duke. L'occasion de présenter les meilleurs prospects de la prochaine draft.

R.J. Barrett (Duke)

18 ans, 2,01 m, ailier

Le bijou de cette Draft 2019. Le fils de Rowan Barrett, ancien pensionnaire du championnat de France (ASVEL, Dijon, Chalon), est la superstar montante du basket canadien. Et peut-être le futur visage d’une franchise NBA. Il a tout pour plaire : la taille, le flow, la capacité à scorer dans n’importe quelle situation… Et même devant des pros. Parce qu’à seulement 18 ans, R.J. a pu taper la gonfle avec des basketteurs confirmés du championnat lors de séances d’entraînement avec le célèbre coach Drew Hanlen. Et certains d’entre eux ont mordu la poussière contre le gamin.

Barrett a aussi déjà une médaille d’Or et un trophée de MVP collectés lors du championnat du monde U19, compétition au cours de laquelle il a mené le Canada à la victoire finale en sortant Team USA. Des Américains qu’il a aussi dominés avec le Team World lors du dernier Hoop Summit. Une vraie pointure. Le first pick en puissance.

Zion Williamson (Duke)

18 ans, 2,01 m, ailier-fort

Lui aussi, son nom a déjà fait le tour de la toile. Et depuis un moment. Phénomène au lycée, il dominait tellement physiquement que certains scouts ne savaient pas vraiment comment évaluer ses capacités. Parce que le Zion est un incroyable athlète. 129 kilos mais des ressorts dans les jambes et un mix de taille et de puissance assez stupéfiant. Ses débuts avec les Blue Devils ont été plutôt… explosifs (29 points, 13 rebonds). Même si la faiblesse de l’opposition permet de nuancer l’engouement. Toujours est-il que le buffle, agile et véloce, est attendu entre la deuxième et la cinquième position de la prochaine Draft.

Cameron Reddish (Duke)

18 ans, 2,03 m, ailier

Le troisième larron de l’énorme trio de Duke. Le moins populaire des trois. Mais peut-être pas le moins talentueux. Si ses deux camarades sont de sacrées machines à scorer, Cameron Reddish est peut-être un peu plus polyvalent. Il sait finir, évidemment, mais il a aussi tendance à initier les actions. Un playmaker capable de planter. Ou un attaquant capable de créer. Un profil qui est beaucoup recherché en NBA. Surtout sur les ailes. Il est attendu dans le top cinq de la cuvée.

Nassir Little (North Carolina)

18 ans, 2,01 m, ailier

L’une des plus grandes rivalités de l’Histoire du basket est susceptible d’être ranimée en 2018. Parce que si Duke a R.J. Barrett, North Carolina, son plus fervent opposant, peut compter sur Nassir Little. Deux stars en devenir. Deux universités mythiques situées dans le même état. Et même deux joueurs qui évoluent au même poste. En compétition pour un statut de premier choix de draft – même si Barrett semble bien en avance. Mais Little n’est pas un petit prospect pour autant. Il séduit. On parle là d’un gamin qui a claqué 52 points en cumulé lors du McDonald’s All-American Game et du Jordan Brand. Deux événements qui réunissent les meilleurs joueurs de leur génération. Il y a une belle histoire à écrire entre les deux bonhommes qui commenceront à se défier dès cette saison… puis plus tard en NBA.

Romeo Langford (Indiana)

18 ans, 1,98 m, arrière

Mr « Indiana Basketball » a décidé de rester à la maison. Dans son état natal, une terre de basket. C’est donc sous les couleurs des célèbres Hoosiers que la gâchette va entamer sa carrière universitaire. Sauf accident, il ne devrait pas rester plus d’un an sur les bancs de la faculté. Car ce slasheur-shooteur-playmaker est attendu dans la deuxième moitié du top dix de la Draft 2019.

Quentin Grimes (Kansas)

18 ans, 1,98 m, arrière

Duke, North Caroline, Indiana et… Kansas ! Un autre programme qui accueille les meilleurs lycéens du pays depuis quelques années (notons l’absence de joueurs recrutés par Kentucky dans cette présentation). Bill Self a eu Andrew Wiggins ou Joel Embiid, il va désormais façonner Quentin Grimes. L’arrière a bouclé cet été une campagne avec Team USA U18 à presque 15 points par match. Un talent annoncé parmi les dix premiers picks.

Sekou Doumbouya (CSP Limoges)

17 ans, 2,06 m, ailier/ailier-fort

Le colosse de 17 ans va découvrir la Jeep Elite cette saison, et ce après deux années passées à l’échelon inférieur. Il a l’air prêt. Sensation lors de l’Euro U18 en 2016 – alors qu’il était surclassé – Doumbouya avait terminé dans le cinq majeur d’une compétition remportée par les Bleus de Frank Ntilikina (MVP). Il était même le meilleur marqueur de l’équipe ! Le buzz a pris depuis. Il va devoir réussir son adaptation au plus haut niveau hexagonal pour convaincre les franchises d’être le premier Européen drafté en 2019.

Jaylen Hoard (Wake Forest)

19 ans, 2,03 m, ailier 

Encore un frenchy ! Le protégé de Chris Paul a choisi la même université que le meneur All-Star des Houston Rockets. Sa présence dans le top dix de la Draft n’est évidemment pas encore garantie mais Hoard a une carte à jouer. Il a notamment brillé lors du Nike Hoop Summit. Sa polyvalence peut jouer en sa faveur, même s’il ne marquera peut-être pas autant que d’autres prospects US.

Bol Bol (Oregon)

18 ans, 2,21 m, pivot

Le fils d'un géant prédestiné à aller encore plus loin que son père. Manute Bol a été un joueur emblématique surtout de part sa taille (2,31 m) et son histoire. Son fiston, Bol Bol, a lui le potentiel pour devenir plus qu'un joueur de rotation. Il est extrêmement long mais il est aussi mobile et adroit. Clairement l'un des phénomènes à suivre en NCAA cette saison.