Les gagnants et les perdants du nouveau format NBA

Les gagnants et les perdants du nouveau format NBA

La NBA va reprendre avec 22 équipes invitées à Disneyworld. Un retour du basket qui fait les affaires des uns... et désavantagent les autres.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Analyse

Gagnants : Les joueurs NBA

« Cela fait déjà plus de deux mois. Mes joueurs ont besoin de certitudes », réclamait Michelle Roberts, Présidente du syndicat des joueurs NBA, il y a une semaine. Ils ont été entendus. Du moins pour la large majorité, ceux des 22 équipes invitées à Orlando pour finir la saison. Pour eux, c’est une victoire et pour plusieurs raisons. Déjà parce qu’ils vont pouvoir reprendre le travail. Et donc briser une forme de monotonie pas facile à vivre pour certains depuis le confinement. Qui dit travail dit aussi évidemment salaires. Avec le retour des matches, ils récupéreront une partie de l’argent perdu pendant la crise.

Autre point important à leur avantage : les huit rencontres de saison régulière prévue par la ligue. Les joueurs ne voulaient pas sortir du break et attaquer directement par les playoffs. Trop éprouvant pour le corps, qui a besoin de se remettre dans le rythme. Ils voulaient minimiser les risques de blessures. Là aussi, Adam Silver et la NBA les a écoutés.

Gagnant : Adam Silver

Commissionnaire NBA depuis février 2014, le patron du championnat continue son sans faute, ou presque. Il a su gérer la crise et à même servi d’exemple pour les autres ligues, avec qui il a bossé en étroite collaboration. Silver s’est retrouvé confronté à de nombreuses situations difficiles en cinq ans et, à chaque fois, il en sort grandi.

Perdants : Les Atlanta Hawks

Contrairement à beaucoup d’équipes mal classés, les Hawks voulaient faire partie de la fête à Disneyworld. Lloyd Pierce, le coach, s’est exprimé sur le sujet.

« Si la saison reprend bien et que l'on n'en fait pas partie, cela va endommager notre progression. Cela va faire mal à ce que l'on produit et à notre capacité à rester sur une dynamique positive pour la prochaine saison.

Je vais jouer des joueurs très jeunes parce que notre effectif est composé comme ça. Ils ont besoin d'acquérir de l'expérience en match. Donc pour cela, il faut que l'on puisse jouer au basket. Justement, on a envie de jouer au basket ! »

Même en ayant un mauvais bilan, l’équipe d’Atlanta est dans une logique de progression et non de « tanking ». Les nombreux mois sans jouer ne sont pas donc idéaux pour la franchise.

Gagnants : Les New Orleans Pelicans

Mais depuis quand l’organisation de Louisiane est devenue à ce point à la mode ? Bon, la réponse est en réalité assez simple : depuis qu’elle a drafté Zion Williamson. Excellent lors de la dizaine de matches qu’il a disputés entre janvier et mars, le nouveau phénomène de la ligue a un impact énorme. Même sur les décisions prises ! Selon plusieurs médias, la NBA allait tout faire pour que les Pelicans soient invités dans la « bulle ». Ce qui excluait d’office une reprise directement en playoffs vu que NO est pour l’instant dixième à l’Ouest.

Tout ça dans un seul but : ramener le jeune rookie sur le devant de la scène. Histoire de faire gonfler les audiences. Et en plus de ça, l’équipe d’Alvin Gentry dispose même d’une chance de se qualifier pour les playoffs.

Perdants : Les équipes du milieu de tableau

Un peu comme pour les Hawks, mais dans un registre différent. Plusieurs formations – Detroit, New York – s’apprêtaient à saborder leur fin de saison pour augmenter leurs chances de récupérer un choix de draft haut placé. Mais avec cette annulation des autres rencontres, les classements sont maintenant figés. Ces équipes vont se retrouver inactives pendant plusieurs mois sans vraiment avoir eu le temps de tester leurs jeunes dans le « garbage time » de la saison.

Gagnants : Les Portland Trail Blazers

Damian Lillard avait menacé la ligue : hors de question de jouer des matches « sans enjeu et sans intérêt ». Là, avec cette formule à 22 avec 8 matches de saison régulière, les Blazers ont une vraie chance d’accrocher les playoffs. Ils sont actuellement neuvièmes avec 3 victoires de moins que les Grizzlies. En négociant bien les rencontres d’échauffement, ils peuvent reprendre le huitième spot.

Surtout qu’ils récupèrent deux joueurs cadres, revenus de blessure pendant le confinement ! Jusuf Nurkic et Zach Collins, deux titulaires en puissance, viennent renforcer la rotation. Autre élément en leur faveur : la NBA prévoit une « finale » pour la huitième place si les deux équipes en ballottage ont moins de quatre succès d’écart. Autant dire que ça risque fortement d’être le cas à l’Ouest et que l’équipe de Portland est très bien placée pour finir en huitième ou neuvième position. Et donc jouer sa saison sur un match, où le talent de Lillard et consort peut faire la différence.

Perdants : Les Memphis Grizzlies

Même principe, mais dans le sens inverse : les Grizzlies ont réalisé une saison fantastique mais ils vont encore devoir se battre comme des lions pour conserver ce qu’ils ont acquis pendant des mois. Non seulement ils vont devoir résister pour garder leur huitième place mais, en plus, même s’ils restaient à cette position au classement, il y a de fortes chances qu’ils se retrouvent obliger de jouer un ultime duel avec le neuvième pour valider leur ticket.

C’est à se demander si la NBA voulait vraiment voir Memphis en playoffs. Ja Morant, le meneur rookie qui drive l’équipe, fait foudre les foules mais la franchise n’est visiblement pas aussi attractive que d’autres marchés. Surtout que leur calendrier pour la reprise est l’un des plus relevée – comme ça devait de toute façon être le cas même si la saison s’était terminée normalement.

Gagnants : LeBron James

Le King a FORTEMENT milité pour que la saison reprenne. Parce qu’à 35 ans, 36 à la fin de l’année, le temps est compté pour le quadruple MVP. Il tient absolument à ramener une bague aux mythiques Lakers. Et c’est sans doute la saison ou jamais. Avec Anthony Davis, les Angelenos sont armés pour durer mais ils ne seront peut-être plus en aussi bonne position pour l’emporter. Les Clippers n’ont pas encore trouvé leur alchimie, les Warriors sont écartés provisoirement et Giannis Antetokounmpo n’a pas encore atteint son plein potentiel, ni même Luka Doncic. C’est maintenant qu’il faut aller au bout !

LeBron James va avoir sa chance de chercher une quatrième bague cet été. Surtout qu’il a pu continuer à s’entraîner à fond pendant le confinement – contrairement à d’autres stars – et il a même organisé des workouts en petits groupes dans des lieux privés quand la ligue l’interdisait… il est concentré. Attention aux Lakers.

Gagnants : Les médias

Après avoir payé une fortune pour obtenir les droits TV, les médias vont avoir de la matière à disposition pendant l’été. Avec une base de fans assoiffés de sport et de basket. Peut-être le moment parfait pour booster les audiences. Surtout que la NBA a ramené l’un de ses produits phares, Zion Williamson (dont les matches sont toujours très suivis). Même pour les médias spécialisés, la reprise de la NBA est évidemment une excellente nouvelle en cette période d’actualité basket un peu vide.

Perdants : Les équipes avec l’avantage du terrain

Tout le monde à Orlando et donc tout le monde à la même enseigne ! Comment bénéficier du soutien de son public… quand il n’y a pas de public ? Comment compter sur l’arbitrage « maison » quand personne ne joue à domicile ? Ce lieu neutre (le Magic reste à Orlando mais pas dans sa salle) créé une situation inédite. Du coup, disposer de l’avantage du terrain en playoffs ne représente plus grand-chose – enfin, si, quand même, des adversaires a priori plus faibles au premier tour.

Des dirigeants NBA ont proposé quelques arrangements pour conserver un semblant d’avantage du terrain. Mais pas sûr que la ligue y prête vraiment attention.

Gagnants : Les Golden State Warriors

Non seulement ce break permet à Stephen Curry et Klay Thompson de tranquillement se soigner, et donc de revenir en pleine forme l’an prochain, mais en plus les Warriors sont maintenant certains de finir derniers de la NBA cette saison. Et donc d’être en très bonne position pour hériter du premier choix de la draft 2020.

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest