111 CLE
133 ATL
100 DEN
98 GSW
120 OKC
131 SAC
115 LAC
112 HOU

James Harden catastrophique en défense face aux Warriors

N.SPar N.SPublié

Défensivement, James Harden est redevenu, dans cette série face aux Golden State Warriors, une vraie plaie pour son équipe.

Tout au long de sa carrière, James Harden a été vendu comme un attaquant magnifique, capable de changer un match à lui seul, de claquer un triple-double en scorant 60 pions, en somme un MVP. Cette consécration individuelle, le barbu l'obtiendra cette saison, sans l'ombre d'un doute. Seulement, le joueur des Rockets a un gros défaut, sa défense ou du moins sa présence dans sa moitié de terrain. Car oui, on peut juste parler de présence tant l'activité est inexistante. Souvent moqué, James Harden s'est un peu repris en mains. On le voit suivre sur les écrans non porteur, se mettre en overplay de temps en temps, et même ne plus concéder des back-door à foison.

Des efforts nécessaires lorsqu'on est un franchise player censé tirer les autres vers le haut. LeBron James l'a fait, Kevin Durant l'a fait, eux qui n'étaient clairement pas concernés par cet aspect du jeu en début de carrière. On dit souvent que la défense, c'est 70-80% de volonté. Mais malgré ça, il reste néanmoins le plus mauvais en défense dans le 5 des Rockets. Et de loin. Les Golden State Warriors l'ont bien compris et se servent de cette faiblesse à outrance.

James Harden ciblé à outrance par les Warriors

Cette finale de conférence, que GS domine 2-1 pour le moment, s'apparente à un jeu d'échecs. Avec les switchs incessants sur les écrans (chaque joueur change systématiquement, que ce soit sur pick porteur ou non porteur), les attaques n'ont que peu de solutions. C'est pour cela que les deux franchises pratiquent un basket basé sur l'isolation, le plus souvent avec Kevin Durant coté Warriors et James Harden ou Chris Paul chez les Texans. Mais pour arriver à cette finalité, il convient de trouver le mismatch le plus favorable. C'est donc logiquement James Harden qui doit défendre la majorité du temps, tout comme Stephen Curry de l'autre côté. Après trois matches, ces deux-là sont ceux qui ont le plus défendus sur une situation de tir.

Si Curry limite la casse, ce n'est pas du tout le cas pour James Harden. Plus d'une fois sur deux, il concède un panier ou deux lancers (1,08 points par défense), le tout avec des pourcentages très élevés (55% en général dont 50% à trois points !). L'action face à Shaun Livingston est symptomatique de ce problème pour Mike D'Antoni.

Dos au mur avant ce Game 4, les Rockets vont devoir trouver la parade pour moins exposer Harden, ce qui va nécessiter une diminution des switchs lorsqu'il est concerné. Mais une nouvelle fois, ce casse-tête pourrait relancer le jeu collectif des Warriors, et à ce jeu-là, Houston est tout simplement plus faible que son adversaire.