Comment Joel Embiid a éteint le Greek Freak

Comment Joel Embiid a éteint le Greek Freak

L'espace d'un match, Joel Embiid a montré qu'il pouvait dominer son sujet face à Giannis Antetokounmpo. Le schéma peut-il se reproduire en playoffs ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

"Quand il le décide, Joel Embiid est le meilleur joueur sur la planète". Skip Bayless n'est pas une référence d'impartialité, mais ce qu'a tweeté le journaliste de Fox Sports après le match de Noël entre Philadelphie et Milwaukee contient une part de vérité. On est ressortis de ce match avec l'impression que si une équipe - et un joueur - pouvaient empêcher les Bucks et Giannis Antetokounmpo d'aller en Finales NBA cette année, c'était bien ces Sixers et Joel Embiid. Le Camerounais et ses partenaires ont fait très forte impression au Wells Fargo Center. Le contexte n'était évidemment pas celui d'un match de playoffs, mais le sérieux dans la préparation et l'intensité dans l'effort allaient dans ce sens-là.

Tout a fonctionné pour Philly, particulièrement dans l'approche du problème posé par le "Greek Freak". La plupart des franchises de la ligue n'ont pas la moindre réponse à apporter à la brutalité du MVP sortant. Les Sixers ont, au moins le temps d'un match, trouvé la parade. Brett Brown avait ainsi demandé à Joel Embiid, plutôt discret ces dernières semaines, de défendre sur Antetokounmpo. L'idée : le mettre au défi de montrer qu'il a bel et bien progressé à 3 points en lui abandonnant totalement l'espace entre le panier et l'arc de cercle. Embiid a passé son temps à interdire à Giannis l'accès au cercle en se postant très bas. Ce dernier s'est pris un mur deux fois sur trois lorsqu'il a tenté de passer sur le corps du pivot de Philadelphie et l'opération "Vas-y, shoote de loin mon grand" a été un succès pour Brown. L'ailier All-Star a sorti un vilain 0/7 from downtown.

Ne pas crier victoire trop tôt avec le "Greek Freak"

Limiter Giannis Antetokounmpo à 18 points (sa moyenne est à 30.5 cette saison) à 8/27 tient presque du prodige et c'est à mettre au crédit de Joel Embiid. Attention toutefois à ne pas crier victoire trop tôt. Il s'agira de montrer en cas de retrouvailles en playoffs que cette tactique peut se répéter efficacement. Boston et Al Horford pensaient avoir trouvé la combine lors des derniers playoffs, mais le Grec s'était adapté et avait renversé la situation en cours de série. Si retrouvailles il y avait, le Grec devrait alors se coltiner Embiid et Horford, arrivé à Philly à l'intersaison. Deux joueurs qui ont prouvé, ne serait-ce que ponctuellement, qu'ils faisaient partie des rares à pouvoir le gêner et lui pourrir un match.

Le "Process" ne s'est pas contenté de broyer les offensives menées par son rival. Il a aussi dominé son sujet en attaque. L'ancien universitaire de Kansas a été impeccable offensivement avec 31 points (11/21, 3/6 à 3 pts et 6/6 sur la ligne) et 3 passes. La relation avec Ben Simmons (14 passes décisives) a été excellente et, avec Embiid en point d'ancrage, les Sixers ont réussi leur premier vrai feu d'artifice cette saison : 21/44 à 3 points. On se doutait qu'après quelques semaines de silence relatif dans les médias, Joel Embiid saisirait l'occasion de se rappeler au bon souvenir de ses détracteurs. Après cette masterclass, le n°21 a indirectement demandé un peu de respect. Et prévenu qu'il faudrait compter sur lui et les Sixers en post-saison.

"Mon objectif est d'être en bonne santé au moment des playoffs. Mais si mon équipe a besoin de moi, je me montre. Beaucoup de gens ont oublié qui je suis, je suppose. Quand on a besoin de moi, je réponds présent. Si Dieu veut, je serai en pleine forme pour les playoffs et ce sera une histoire différente", a-t-il lancé dans des propos recueillis par Yahoo.

Avec un Joel Embiid diminué, Philadelphie avait tout de même réussi à pousser Toronto, le futur champion, à disputer un game 7 en playoffs la saison dernière. Le game winner devenu culte de Kawhi Leonard avait provoqué les larmes du Camerounais. S'il parvient effectivement à débarquer en playoffs à 100% et avec cet état d'esprit, ce sont plutôt les adversaires qui risquent de pleurer.

Les stats de Joel Embiid en 2019-2020

Season Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3P% FTM FTA FT% OR DR Reb Ast TO Stl Blk Pts
2019-20 PHI 27 30:43 7.6 16.0 47.3 1.2 3.6 33.0 6.9 8.3 82.7 2.6 9.9 12.6 3.2 3.0 0.9 1.4 23.3

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest