Kevin Durant casse ses haters sur sa décision de rejoindre les Warriors

Vivement critiqué pour avoir signé aux Golden State Warriors en 2016, Kevin Durant a remis les pendules à l’heure quatre ans après.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Kevin Durant casse ses haters sur sa décision de rejoindre les Warriors

Imaginez une équipe qui a gagné 73 matches de saison régulière, qui a disputé deux finales NBA de suite, championne l’année précédente, qui compte déjà trois All-Stars dont le double-MVP et qui se retrouve soudainement en position de signer Kevin Durant. Une anomalie en partie expliquée par l’explosion soudaine du Salary Cap en 2016, avec la possibilité pour les Golden State Warriors d’ajouter un contrat max à leur effectif fantastique (mais jusqu’alors le fruit du travail génial des GM à la draft notamment). KD, bien que battu par les Dubs quelques semaines plus tôt, a alors pris la décision de s’allier avec ses anciens adversaires. Et de former une équipe quasiment invincible.

Parce que les Warriors n’ont effectivement quasiment pas perdu de match suite à la signature de leur superstar. Et ils ont roulé vers deux titres conquis sans trembler : 4-1 contre les Cleveland Cavaliers de LeBron James en 2017. Et même 4-0 en 2018. Ils sont retournés en finales en 2019… mais la blessure de Kevin Durant les a clairement handicapés dans cette série contre les Toronto Raptors de Kawhi Leonard.

Le MVP 2014 a quitté le navire depuis, direction les Brooklyn Nets – où il entend finir sa carrière. Mais avec deux bagues en poche (et deux trophées de MVP des finales). Deux bagues qui auraient « moins de valeur » selon certains fans, encore dépités par le choix de Durant qui a déséquilibré la NBA pendant un peu plus de deux ans. Pour Charles Barkley, et bien d’autres encore, le joueur a pris le chemin le plus facile en rejoignant la Bay. Ce que KD réfute.

« Mais qu’est-ce que ça veut dire ça ? Je n’ai jamais compris cet argument. Parce que j’allais bosser tous les jours. Et je me donnais à 100%. J’ai joué à un très haut niveau toutes les finales, dans tous les grands moments. J’ai joué à mon meilleur niveau en finales pour cette équipe. Je pense que je me suis élevé aux standards d’un champion chaque jour que j’ai passé là-bas. Donc, oui, bien sûr que j’ai mérité mes bagues », rétorque l’intéressé, invité du podcast de J.J. Redick.

C’est une manière de voir les choses. Mais c’est aussi une façon de déformer le sujet. Personne n’a remis en question son éthique de travail. En tout cas, que Kevin Durant se rassure : s’il y a bien quelque chose que l’on apprend en suivant la NBA, c’est que même si l’Histoire se transporte avec le temps, les contextes s’oublient. Au moins auprès de la masse. Et dans 30 ans, ses deux bagues auront autant de valeur que n’importe quel titre.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest