Good Old Dayz : Le jour où Kobe Bryant a démoli Isaiah Rider

Good Old Dayz : Le jour où Kobe Bryant a démoli Isaiah Rider

Isaiah Rider prenait un malin plaisir à chahuter Kobe Bryant aux Lakers. Le Black Mamba a pris son pied en l'affichant devant toute l'équipe.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / G.O.D.

Cet article avait déjà été posté le 21 août 1017. Mais avec la longue période de confinement qui s'annonce, nous avons décidé de vous le partager à nouveau. Une anecdote qui définit bien le compétiteur hors-norme qu'était Kobe Bryant.

Los Angeles, saison 2000-2001. Les Lakers de Shaquille O’Neal, Kobe Bryant et Phil Jackson viennent de remporter leur premier titre ensemble en venant à bout des Indiana Pacers quelques mois plus tôt. Déterminés à réaliser le back-to-back, les Angelenos ont signé Isaiah Rider, alias J.R., pendant l’intersaison.

"J.R. n'arrêtait pas d'insulter Kobe. On savait que Kobe finirait par l'avoir à l'usure." Horace Grant

« J.R. était effronté. C’est un mec d’Oakland. Les gars d’Oakland sont d’une autre espèce. Il était sûr de lui. On venait de gagner le titre en 2000 et J.R. est arrivé », raconte Horace Grant.

« Il ne menaçait même pas le temps de jeu de Kobe, mais ça n’avait pas d’importance. J.R. n’arrêtait pas d’insulter Kobe. MF (motherfucker) par-ci, MF par-là. On savait que Kobe finirait par l’avoir à l’usure. »

Grande gueule et star de la balle orange depuis ses débuts au lycée d’Alameda, près d’Oakland, Rider a débarqué en NBA en 1993. Machine à scorer capable de planter 30 points par match lors de sa saison sophomore à UNLV, il a été drafté en cinquième position par les Minnesota Timberwolves et il s’est rapidement imposé comme une valeur sûre à son poste en NBA. Free Agent en 2000, il a refusé une offre plus lucrative du Miami Heat pour jouer à Los Angeles.

« Oh, J.R. Rider. C’était un gars intéressant. Il était si talentueux », se souvient Devean George.

« J.R. était une star à Minnesota et à Portland. Il était leur première option. Et il avait fait de très bons matches contre les Lakers. Il est arrivé en pleine confiance », ajoute Brian Shaw.

« Un jour, J.R. a dit à Kobe : ‘N’oublie pas que je suis aussi une star et j’ai l’habitude de te marquer sur la tronche.’ Kobe lui a répondu : ‘Mec tu crois vraiment que tu peux me prendre ? OK, après l’entraînement, toi et moi. Un contre un'. »

« Kobe l’a juste complètement démoli. » Brian Shaw

Isaiah Rider LakersKobe Bryant avait à peine fêté ses 22 ans et il comptait quatre petites saisons NBA au compteur. Il avait dépassé la barre des 20 points pour la première de sa carrière l’année du titre. Il était déjà une star, mais pas encore la légende connue de tous aujourd’hui. Cette anecdote en dit long sur le talent et le caractère du bonhomme. Cette histoire, ce sont ses anciens coéquipiers aux Lakers qui l’a raconte.

Ron Harper : « Phil Jackson adorait ces trucs-là. Il n’a même pas attendu la fin de l’entraînement. Il a dit : ‘Oh vous voulez jouer ? OK, tout le monde sort du terrain.’ » J’étais un ancien à ce stade de ma carrière. Pas besoin de me le répéter deux fois. Donnez-moi un gatorade, un sac de glace et des popcorns. J’ai pris une chaise et j’ai attendu le début du show. »

Devean George : « Les vétérans étaient tout le temps en train de chambrer. On avait l’impression d’être à Rucker Park quand un gars se faisait scorer dessus à l’entraînement : ‘Oh, il t’a eu, il t’a eu gars !’ Et Shaq en rajoutait : ‘Oh, ne le laisse pas te crosser comme ça !’ C’était le show tous les jours. Kobe contre Rider ? Oh mon dieu. Personne n’est allé se doucher. Tout le monde a pris sa chaise au bord du terrain, c’était comme un combat de poids lourds. »

Brian Shaw : « Ils ont joué un match en dix points. Kobe l’a juste complètement démoli. »

Ron Harper : « Kobe l’a détruit. »

Brian Shaw : « C’était le Kobe de 22 ans. Athlétique de fou. Endurance illimitée. Il lui a botté le cul. Il lui a tout fait : dunks, up-and-under, shoots, crossovers. »

Devean George : « Fadeway. Main gauche. Main droite. Il l’a explosé. »

Brian Shaw : « On était en train de chambrer sur le côté. On riait, on gueulait à J.R. de faire attention à ce qu’il voulait vraiment. »

Ron Harper : « Les gars agitaient des serviettes : ‘Arrêtez le massacre, arrêtez-ça !’ »

Horace Grant : « J.R. voulait se battre avec tout le monde dans le gymnase. »

Kobe Bryant 8Devean George : « Quand Kobe en avait fini avec lui, on était presque là à se dire mais pourquoi il l’a terminé comme ça. Il faut bien comprendre que ce n’était pas contre un chauffeur de banc. J.R. avait fait des stats dans cette ligue. Il était très talentueux.

Horace Grant : « Pour la première fois de sa vie, J.R. est reparti la queue entre les jambes. »

Cette saison marque une rupture dans la carrière de J.R. Rider. Il était une star à Portland et à Minnesota – et lors de son bref passage à Atlanta – mais il a déraillé à L.A. D’abord sixième homme, il a finalement été écarté de l’effectif, juste avant les playoffs, en raison d’un nouvel incident à l’entraînement. Il est passé de 19,3 à 7,6 points par match entre son départ d’Atlanta et son arrivée aux Lakers. Il n’a joué que dix matches (avec les Denver Nuggets) la saison suivante avant de quitter la NBA pour de bon, à peine âgé de 30 ans.

Kobe Bryant était encore un jeune loup. Il a décroché quatre titres NBA de plus dans la foulée, s'imposant comme l'un des meilleurs joueurs de tous les temps.

« Il a voulu me tester, ça a mal tourné pour lui. C'était mal, vraiment mal. »

Le Black Mamba a en quelque sorte brisé sa carrière.

Des images rares du duel entre Kobe Bryant et Isaiah Rider

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest