Les Knicks avaient 8 trades possibles pour Kristaps Porzingis

BasketSessionPar BasketSession Publié

Steve MIlls, le président des New York Knicks, est revenu sur le départ de Kristaps Porzingis en évoquant le mécontentement du joueur pour justifier ce trade.

Les New York Knicks n'en finissent pas de chercher à avoir le beau rôle dans le trade de Kristaps Porzingis. Steve Mills, le président des opérations basket, est revenu sur le déroulé des événements au micro de NBA TV pendant le match entre les Knicks et les Grizzlies. Ce qui en ressort, c'est que la franchise de Big Apple, n'a même pas laissé le temps aux courtisans de dégainer alors que l'hypothèse d'un départ était solides.

"On était préparés à ça, parce qu'on avait le sentiment depuis un moment que les choses n'allaient pas aussi bien qu'on l'aurait aimé avec Kristaps. Scott (Perry, le GM) et moi nous tenions prêts au cas où il nous dirait qu'il ne voulait plus jouer ici. Comme dans le cas d'un joueur que l'on souhaite trader, on avait eu des conversations avec d'autres équipes pour savoir ce qu'elles pourraient proposer pour le récupérer. Au final, on avait 8 scénarios que l'on trouvait vraiment bien pour nous s'il fallait le trader".

Parmi ces scénarios, il n'est pas impossible que plusieurs soient, sur le papier, plus favorables aux Knicks... Une situation qui rappelle un peu celle de DeMarcus Cousins, à l'époque où il avait été tradé à New Orleans. Vlade Divac avait expliqué avoir refusé une offre supérieure à celle acceptée quelques jours plus tard, en plein All-Star Game. Mills est ensuite revenu sur le timing de cette opération.

"Si on avait laissé ça traîner au-delà du 7 février, on n'aurait plus le contrôle de la situation. On ne savait pas ce qu'il nous dirait.  Un trade, un contrat d'un an, une situation où il aurait tout le pouvoir décisionnel... Il a été clair et nous a dit lors d'une réunion qu'il a lui-même demandée qu'il ne voulait plus jouer pour les Knicks et ne prolongerait pas une fois qu'il serait free-agent. On l'a remercié parce que c'est l'information dont on avait besoin".

A moins que les Knicks soient assurés d'une free agency fructueuse - ce qui est a priori impossible à ce stade de la saison - on a toujours du mal à comprendre ce choix d'agir aussi vite et de trader son meilleur joueur contre du cap space.