Cette fois, Lowry a haussé son niveau de jeu

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Kyle Lowry était le meilleur joueur sur le parquet lors du choc remporté haut la main par ses Toronto Raptors contre les Golden State Warriors.

Mardi dernier, nous avions écrit une analyse sur Kyle Lowry et ses déboires passagers (oui, c’était précisé dans notre article que sa mauvaise passe était temporaire). Nous avions souligné ses difficultés actuelles ainsi que sa capacité à se trouer lors de plusieurs matches importants cette saison. Avec cette conclusion « Lowry risque d’avoir un rôle majeur. De facteur X. En bien… ou en mal. Il y a un moment où les Raptors auront besoin qu’il score dans les grands matches. Pour vraiment passer un cap. Et de ses performances dépendra aussi l’issue de la saison pour Toronto. » Mais au-delà de ces mots de fin, c’est surtout le terme « problème » dut titre de l’article qui a été retenu. C’est de bonne guerre. Ainsi fonctionne internet.

Deux jours plus tard, le meneur All-Star a délivré l’une de ses plus belles prestations de la saison. 23 points, 5 rebonds, 12 passes, une attitude de patron et le sentiment de planer sur la rencontre phare entre les Toronto Raptors et les Golden State Warriors. Il a été vraiment très bon et il est important de le saluer. Parce que son équipe était privée de Kawhi Leonard et il a su, à l’instar de ses coéquipiers, hausser son niveau de jeu. Serge Ibaka a aussi fait un excellent match et tous les membres du cinq ont marqué 10 points ou plus. Mais ça partait quand même de lui.

Il faut le noter parce que nous faisons justement partie de ceux qui ont du mal à imaginer Kyle Lowry à la tête d’une franchise. Mais cette nuit, il a prouvé, en tout cas sur ce match, qu’il a les épaules. Sa performance a guidé Toronto vers l’un de ses succès les plus retentissants de la saison. +20 contre des Warriors au complet – DeMarcus Cousins mis à part. Les Raptors ont désormais remporté les deux oppositions contre les doubles-champions en titre.

Les plus sceptiques diront qu’il doit répéter ce type de match pour vraiment assumer son statut. D’autres souligneront que c’est en playoffs qu’il faut briller. Nous sommes à mi-chemin entre les points de vue de ses partisans et de ses détracteurs. Kyle Lowry a déjà été bon en playoffs. Le problème, comme nous l’avions souligné dans notre premier article, c’est la régularité. Combien de fois sera-t-il tranchant sur une série au meilleur des sept matches ? Un Stephen Curry (mauvais cette nuit, bien bloqué par la défense) se plantera au pire des cas une ou deux fois. Il fera un ou deux match moyen et il brillera au moins trois fois.

Un Lowry ? Il faudrait justement qu’il cartonne par trois fois pour vraiment faire passer un cap à son équipe. La problématique reste la même à nos yeux, même après sa performance de la nuit. Mais elle était trop belle pour être ignorée, surtout après avoir mis en avant ses difficultés.