- CLE
- BOS
- IND
- MIN
- PHI
- DET

LeBron en défense ? Une vaste blague

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Alors qu’il a pourtant annoncé avoir enclenché le « mode playoffs », LeBron James est quasiment inactif sur plusieurs possessions en défense.

Mais quel exemple veut donner LeBron James ? Cette nuit, le King a encore marqué l’Histoire en devenant le premier joueur à se hisser dans le top dix des meilleurs marqueurs (cinquième) et passeurs (dixième) de tous les temps en NBA. Il a aussi compilé un triple-double, le soixante-dix-neuvième de sa carrière, ce qui en fait le cinquième joueur le plus productif ever sur cet aspect. C’est fort. Mais encore une fois, montre-t-il pour autant le chemin à suivre à ses coéquipiers ?

Parce que malgré ses 24 points, 12 rebonds et 11 passes, il est légitime de se demander s’il arrive vraiment à faire gagner son équipe – enfin oui, bien sûr qu’il y arrive c’est LeBron freaking James mais il montre des limites. Déjà parce qu’il est moins tranchant en attaque. 8 sur 23 aux tirs cette nuit. Quand il s’agit de faire des différences en dribbles, c’est presque plus intéressant de laisser faire Brandon Ingram (32 points contre Memphis). Parce que malgré son « mode playoffs », qu’il a dit avoir enclenché, le King n’a pas trouvé les ressources pour mener les Lakers à la victoire contre les Grizzlies.

Et c’est déjà la deuxième défaite de suite après celle contre les Pelicans. Un LeBron James au sommet de son art n’aurait pas laissé son équipe s’incliner contre deux adversaires mal-classés. Peut-être qu’il n’est simplement pas en pleine possession de ses moyens. C’est même très fortement probable. Il a manqué dix-huit matches pour une blessure à l’aine et il n’en est peut-être pas encore complètement remis. En revanche, il n’a aucune excuse pour ses errements en défense.

Et des scènes comme ça, il y en a à chaque match des Los Angeles Lakers. Cela fait deux ans maintenant qu’il a arrêté de se donner à fond de ce côté du parquet. Il y a pourtant urgence pour sa franchise ! Les Angelenos sont toujours à quatre victoires de la huitième place à l’Ouest. Au final, le match de cette nuit résume bien ce que nous avions écrit la veille : James n’est peut-être (sans doute) (certainement) plus le meilleur joueur du monde.