Les Pistons n’aiment pas le début des matches

Pourtant menés de 13 points dans le 3e quart, les Pistons ont su refaire leur retard en fin de match pour s'imposer à Boston (99-93) hier. Un manque d'efficacité en début de rencontre qui fait défaut aux hommes de Stan Van Gundy.

Clément BartholoméPar Clément Bartholomé | Publié
Les Pistons n’aiment pas le début des matches
La nuit dernière, les Pistons ont remporté leur sixième rencontre de la saison en étant menés à l'entame du dernier quart-temps (66-75 puis victoire 99-93) Andre Drummond et ses coéquipiers sont passés maîtres dans l'art de réaliser un comeback lors de la dernière période et de remporter (ou pas) la rencontre. Entre le 14 et le 26 décembre, la franchise du Michigan a connu une série de 6 matchs (3 victoires - 3 défaites) qui se sont joués à moins de 7 points d'écart, dont un match thriller avec 4 prolongations contre les Bulls le 18 (remporté 147-144). Le coach de l'équipe Stan Van Gundy reconnaît la difficulté de ses joueurs à se concentrer en début de match tout en louant leur capacité à ne pas se laisser abattre :
"J'adore leur capacité à résister", a déclaré le coach dans les colonnes de Michigan Live. Comme vous le savez on a déjà joué plusieurs matchs de ce genre cette saison. Le problème, comme je leur ai expliqué, c'est qu'on a souvent l'impression qu'on n'a pas besoin de jouer avant le quatrième quart-temps. Ca peut devenir dangereux parce que ce genre de match peut vite se retourner contre vous. Ce soir c'était le cas, c'était un peu perturbant. Mais dans le dernier quart, on était vraiment, vraiment bons, on a bien défendu et on a fait les actions qu'il fallait".
     
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest