120 TOR
105 SAC
123 OKC
114 POR
106 DAL
98 LAC
91 PHO
118 MIN

Doncic-Smith, ça peut vraiment marcher ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

L’association entre les jeunes talents Luka Doncic et Dennis Smith Jr est assez peu productive depuis le début de la saison. C’est à se demander s’ils sont complémentaires ou non.

Les Dallas Mavericks, leurs supporters et les partisans de Luka Doncic sont sur un petit nuage depuis plusieurs mois maintenant. Depuis la draft. Chaque sortie du Slovène leur permet de rappeler à leurs détracteurs à quel point ils avaient tort. Et franchement, ça nous fait plaisir à nous aussi. Nous avons embrassé la hype Doncic comme rarement nous l’avions fait auparavant (pour Giannis Antetokounmpo, pour ceux qui s’en souvienne, mais c’était surtout un délire avec son nom au début, incomparable avec le Mozart du basket). Alors, forcément, on savoure.

Loin de nous l’idée de noircir ce tableau. Mais, en analysant de près la franchise texane, que nous suivons du coup avec attention depuis le début de la saison, il y a tout de même des questions qui se posent. Notamment autour du duo formé par Doncic et son compère Dennis Smith Jr. C’est un questionnement que l’on met sur la table, sans avis définitif. Avec des arguments pour défendre notre position – le fait que ça ne colle pas forcément – sans pour autant émettre un jugement trop tranché. Non pas que l’on refuse de se mouiller complètement mais tout simplement parce que les échantillons sont encore trop faibles pour vraiment faire valeur de preuves irréfutables. Petit tour de statistiques.

Dallas, avec Dennis Smith Jr : -5,4 de Net Rating (101,3 pts marqués sur 100 possessions, 106,7 encaissés).
Dallas, sans Dennis Smith Jr : +2,7 (105,7 / 102,9)

Dallas, avec Luka Doncic : -0,5 (107,1 / 107,6)
Dallas, sans Luka Doncic : 0 (103,4 / 103,4)

Le premier constat semble évident à la lecture de ces chiffres : les Mavericks jouent mieux, ou en tout cas sont plus efficaces, sans Smith Jr. C’est simple et limpide. Ils marquent plus de points et ils en encaissent moins quand il est sur le banc par rapport à quand il est sur le terrain. Difficile de faire plus clair. Doncic a aussi un différentiel négatif mais il est quasiment neutre. L’écart est moins parlant. C’est aussi le meilleur Net Rating parmi les cinq titulaires des Mavericks. Son camarade a le plus mauvais au sein du groupe départ qui inclut aussi Harrison Barnes, Wesley Matthews et DeAndre Jordan.

Luka Doncic, avec Dennis Smith Jr : 21,8 points, 7,6 rebonds et 4,9 passes sur 36 minutes.
Luka Doncic, sans Dennis Smith Jr : 22,4 points, 7,5 rebonds et 6,3 passes sur 36 minutes.

Dallas avec Doncic et Smith : -5 (100,9 / 105,8)
Dallas avec Doncic sans Smith : +3,5 (110,1 / 106,7)

Phénomène NBA, Luka Doncic est encore plus prolifique (à la passe notamment) quand il est libéré de la présence de Dennis Smith Jr. Quelque part, c’est logique, cela signifie qu’il a un peu plus le ballon entre les mains. Il a d’ailleurs fallu attendre la blessure du sophomore pour que l’ancien joueur du Real Madrid soit aligné pour la première fois à la mène. Ce qui est plus important que les statistiques brutes, en revanche, c’est le fait que les Mavericks sont aussi plus efficaces quand Doncic joue sans son partenaire attitré du backcourt.

Dallas avec un cinq Doncic, Barnes, Matthews, Jordan et Smith : -7,3 (97,1 / 104,4)
Dallas avec un cinq Doncic, Barnes, Matthews, Jordan et Brunson : -0,1 (113,1 / 113,2)

Vous avez un cinq qui affiche un Net Rating équivalent à la 25ème équipe NBA (les Knicks, 26ème, ont un différentiel global de -7,4). Et vous avez un autre cinq qui serait lui classé 19ème (la place actuelle des Mavericks d’ailleurs). Lequel choisir ? Bon le raisonnement est simplifié parce que les différentiels prennent en compte tous les joueurs présents sur le terrain tout au long d’un match. Et pas juste les titulaires. Mais on voit bien qu’il y a un groupe plus performant que l’autre. Avec pourtant quatre dénominateurs communs et un seul changement.

N’est-ce pas là un bel exemple pour montrer que Jalen Brunson colle mieux avec le reste des titulaires ? Et même mieux avec Doncic ? Brunson est un meneur solide capable d’évoluer sans le ballon. Ce qui n’est pas le cas de Smith. Il est encore trop inefficace quand il n’a pas un gros volume de ballon à sa disposition. Ses statistiques sont donc en baisse depuis l’arrivée du jeune slovène. Il était à 15 points et 5 passes lors de sa saison rookie. Il pointe maintenant à 12 et presque 4.

Ça va être difficile de les faire cohabiter. Doncic est un bon shooteur, certes, mais c’est d’abord un playmaker, un slasheur. Il a besoin de la gonfle entre les mains. Comme Stephen Curry, LeBron James ou James Harden – même s’il n’a évidemment pas (pas encore ?) le même rendement. C’est une superstar en puissance. Et les superstars, elles ont la balle. Pour être tout à fait franc, le rookie porte vraiment beaucoup le cuire. Et ça peut agacer ses coéquipiers.

Pareil, n’allez pas croire que nous voulons créer de toutes pièces une quelconque mauvaise ambiance au sein du vestiaire des Mavericks. Nous n’y sommes pas. Ce que l’on voit, ce sont parfois des coéquipiers qui pestent ou s’agacent quand le jeune prodige part dans des numéros parfois un peu trop improvisés. Mais c’était aussi le cas aux San Antonio Spurs quand Manu Ginobili en faisait trop. Ce n’est pas synonyme d’une mésentente absolue. La façon dont ses camarades ne fêtent pas ce buzzer-beater est à peine plus parlante. Là encore, rien interpréter. Juste des petits détails mis bout à bout.

Luka Doncic s’est affirmé comme le meilleur joueur de son équipe avec une hype énorme. Ce qui n’est pas forcément facile à gérer pour des vétérans. Barnes est un champion NBA et un champion Olympique qui a hérité d’un contrat maximum en 2016. Et malgré ça, il est dans l’ombre d’un gamin sorti de nulle part ou presque – Madrid, à l’échelle US, c’est rien du tout. Pareil pour Jordan et même Matthews. Dennis Smith Jr était lui présenté comme le futur visage de la franchise quand il a été drafté en neuvième position en 2017. Même pas un an plus tard, il a déjà perdu son statut. Cerise sur le gâteau, Doncic est partiellement exclu de certains devoirs réservés aux rookies, parce que J.J. Barea serait « trop soft avec lui » selon Matthews. Le gamin suscite l’admiration, certes. Mais il peut aussi provoquer de la jalousie. Sans que ça détruise le vestiaire pour autant. Encore une fois, ce sont juste des petits éléments. Ils ne définissent pas le paysage complet.

Même raisonnement pour Smith. Il ne faut pas oublier que des blessures l’ont empêché de prendre son rythme. Individuellement et même avec Doncic. Il a déjà manqué 12 matches et ce n’est pas comme si Dallas avait tout raflé sans lui : 5 victoires et 7 défaites. Vu son âge – 21 ans – il serait suicidaire de faire une croix sur lui ou de tirer une conclusion hâtive. Mais ce duo est à surveiller. Déjà parce qu’il peut être très excitant sur des moments ponctuels : cinq ou six minutes dans un quart temps, deux ou trois matches par-ci, par-là. Et aussi peut-être parce qu’il sera difficile de le faire fonctionner sur le long terme. C’est à surveiller.