Quand Klay Thompson sauvait les Warriors en tapant un record NBA

Quand Klay Thompson sauvait les Warriors en tapant un record NBA

Les Golden State Warriors seraient passés à la trappe dès les finales de Conférence si Klay Thompson n'avait pas pris feu lors du Game 6 contre le Thunder en 2016.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / G.O.D.

Hier nous évoquions l'importance de Klay Thompson au sein de l'effectif des Golden State Warriors. Non pas pour ses seules qualités de basketteur, mais également pour sa force mentale et le fait qu'il est le coéquipier parfait. Aujourd'hui, nous souhaitions revenir sur un passage déterminant dans la carrière du shooteur californien, un moment devenu historique où il est entré dans le cour des grands.

Retour en 2016. Klay Thompson est en délicatesse avec son shoot depuis le début des playoffs. Ses contre-performances passent inaperçues étant donné que les Golden State Warriors dominent largement leur sujet. Mais avec 14,4 points par match et surtout un vilain 38% de réussite globale (36% à trois-points), l’arrière All-Star peut et doit mieux faire.

Pour se réconforter en ces temps difficiles, il a pris l’habitude de visionner les highlights de sa prestation historique contre le Oklahoma City Thunder lors du Game 6 des finales de Conférence Ouest de l’an passé. Déchaîné, il avait sauvé les Warriors de l’élimination en inscrivant 41 points avec surtout 11 paniers primés (un record NBA en playoffs). Son coup de chaud mémorable avait conduit au comeback in-extremis des siens dans le quatrième QT. Ils avaient ainsi arraché un Game 7, finalement remporté. Golden State avait alors conclu une série où les ex-champions en titre étaient menés 1-3. Une défaite qui a fortement contribué à pousser Kevin Durant a quitté le Thunder pour rejoindre les Warriors quelques semaines plus tard. Un moment important, donc. Retour sur un match culte de l'histoire récente des playoffs.

Klay Thompson, héros du match qui ne fallait pas perde

« Steph est venu me voir et m’a dit que c’était mon moment. Je l’ai pris au mot et j’ai essayé d’être agressif. »

A l’image de son équipe, Stephen Curry a démarré lentement la rencontre la plus importante de la saison. Le premier MVP élu à l’unanimité, le double lauréat du trophée, les performances cultes, les 73 victoires en saison régulière, le record des Chicago Bulls battu… oubliés, partis en ruine et effacés en cas de défaite contre le Thunder dans le Game 6. En attendant les finales NBA, s’il y avait bien un match à gagner, c’était celui-là.

OKC a pris le meilleur départ. Porté par Russell Westbrook et Kevin Durant, le Thunder a remporté les trois premiers quart temps et menait de huit points à douze minutes du buzzer final. Peut-être les douze dernières minutes d’une saison historique pour les Warriors.

C'est le moment qu'a choisi Klay Thompson pour prendre feu. Aucun joueur NBA ne s’enflamme plus rapidement que le sniper d’Oakland. Et il l’a prouvé ce soir-là. Il a planté quatre de ses onze paniers à trois-points dans le dernier quart temps. C’est d’ailleurs sur un tir primé qu’il a donné l’avantage aux siens (104-101) à moins de deux minutes de la fin du match. Westbrook a perdu trois ballons dans les 55 dernières secondes et Oklahoma City n’a plus marqué le moindre point. Victoire des Warriors.

C’était effectivement son moment. Avec 41 points et onze tirs extérieurs, il a été nommé homme du match... qu’il ne fallait surtout pas perdre. Héroïque. Simplement impressionnant. Hâte de retrouver la torche humain de la Baie.

 

Les 41 points de Klay Thompson

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest