Rookie of the year : Notre top 10 définitif

Rookie of the year : Notre top 10 définitif

Au tour des rookies de la cuvée 2019 de passer sur le gril. On a classé l es 10 joueurs qui méritaient le plus, selon nous, d'être dans la course au titre.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Préc.1 / 7Suiv.

Ces derniers jours, on vous a proposé nos classements définitifs pour le titre de MVP et de meilleur défenseur de l'année. On enchaîne avec ceux qui ont découvert la NBA cette saison et ont tenté de s'y faire une place et un nom : les rookies. On a donc établi un classement des 10 débutants les plus méritants selon nous dans la course à la succession de Luka Doncic. Impossible de savoir si l'un des membres de ce top 10 connaître une saison sophomore aussi magnifique que celle du prodige slovène, mais certains nous ont donné envie de suivre ça de près.

On va quand même commencer par donner quelques mentions honorables pour des joueurs passés tout près d'intégrer ce top 10. Souvent, ça s'est quand même joué à rien et on regrettera peut-être d'en avoir écarté certains au profit d'autres, mais c'est le jeu ma pauvre Lucette !

Ainsi, Matisse Thybulle aurait pu être de ceux-là. Qu'est ce que c'était fort en défense pour le rookie des Sixers ! Le voir essayer de tenir les mecs, couper les lignes de passes, compiler les interceptions et les contres, c'était un spectacle en soi. Dès qu'il est sur le terrain, ça change tout défensivement pour Philly et c'est épatant bien qu'unidimensionnel à l'extrême.

Idem pour Michael Porter Jr avec Denver, après une première saison blanche en NBA. L'utilisation de Porter a été un peu frustrante. Denver tourne bien donc pas facile de lui filer énormément de temps de jeu, mais à chaque fois qu'il a pu s'exprimer, c'était d'une fluidité folle en attaque. La qualité/pureté de son shoot, sa taille qui est un bel atout sur l'aile et son flair en général, ça pue le basket et le gros gros joueur en devenir. Ils ont aussi ménagé son physique fragile et on le verra sans doute + la saison prochaine. 7 petits points par match.

On peut citer aussi Jaxson Hayes, aka Mr Tomar, Cam Johnson, qui a montré par intermittence ses talents de shooteur. Pour les déceptions, en revanche, Cam Reddish et DeAndre Hunter n'ont pas vraiment brillé malgré leur statut de pick élevé.

10- Coby White (Chicago)

Coby White a fait kiffer les gens avec sa coupe et ses énormes coups de chaud à 3 points, mais on l'a quand même trouvé un peu bordélique et paumé pendant une bonne partie de la saison avant qu'il ne trouve son rythme.

Il est devenu vraiment, vraiment bon sur les 15-20 derniers matches joués et il aurait sans doute fini plus haut s'il avait pu disputer la vingtaine de matches qui restaient au calendrier en continuant sur cette dynamique : 13 points de moyenne quand même et la confirmation qu'en étant bien coaché et encadré, le garçon a de belles choses dans les mains et le potentiel pour percer en NBA.

9- Rui Hachimura (Washington Wizards)

Le Japonais des Washington Wizards a été exactement le joueur qu'on attendait. Pas très à l'aise avec shoot extérieur, pas excellent défensivement, mais plutôt très propre à la finition (13 pts et 6 rebonds), avec un gros temps de jeu et des fondamentaux NBA solides.

Il n'a pas trop fait décoller les observateurs au plafond, mais les Wizards ont pu constater qu'ils avaient un joueur fiable, stable et quand même plutôt doué offensivement dans leurs rangs pour les années à venir.

8- Terrence Davis (Toronto Raptors)

Une belle surprise sortie du chapeau de Masai Ujiri, puisque Davis n'avait pas été drafté et a été récupéré libre à la sortie de l'été. Il a pourtant joué 17 minutes par match chez les champions en titre, avec un arsenal hyper complet, une grosse confiance en lui et une place dans le top 4 des win shares chez les rookies.

Presque 40% à 3 points et 46% d'adresse globale, c'est hyper solide et on l'imagine parfaitement se faire une place dans un roster NBA - celui-ci ou un autre - pour de longues années.

Il va lui falloir confirmer en playoffs, mais on fait confiance à Nick Nurse et à son staff pour s'assurer qu'il continue d'être un contributeur solide.

Lire la suite
Préc.1 / 7Suiv.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest