NCAA : Frank Kaminsky trollé par ses coéquipiers

Les Badgers ont soutenu et chambré Frank Kaminsky lors d'une conférence de presse hilarante, alors qu'il recevait le trophée Oscar Robertson.

Jean-Sébastien BlondelPar Jean-Sébastien Blondel | Publié  | BasketSession.com / NEWS / NCAA
Toute l'équipe de Wisconsin s'est déplacée pour soutenir Frank Kaminsky, honoré par l'association américaine des journalistes basket (USBWA), qui lui remettait son trophée Oscar Robertson de meilleur joueur de la saison NCAA lors d'une conférence de presse au Lucas Oil Stadium d'Indianapolis. "Les temps ont vraiment changé", rappelait Robertson, présent aux côtés de Kaminsky et de son coach Bo Ryan, et qui a donné son nom à la récompense en étant le premier à la recevoir en 1958. "J'ai gagné ce trophée trois ans de suite, et à l'époque tout ce qu'ils faisaient c'est qu'ils envoyaient une lettre à ton université, disant au directeur des sports que tu avais gagné un trophée, et il te donnait la lettre." "Je suis content que ton équipe soit là", a-t-il ensuite avoué au pivot de Wisconsin. Les journalistes aussi, puisque les joueurs des Badgers, quasiment plus nombreux que les membres des médias, ont fait plus que leur voler la vedette: ils ont fait leur boulot de journaliste à leur place! Juste le temps de laisser leur coach rendre hommage à Oscar Robertson en disant que d'être assis à côté d'une telle légende lui donnait "la chair de poule" et à Frank Kaminsky pour l'énorme travail qui lui a permis de devenir le joueur qu'il est aujourd'hui, et les Badgers, jusqu'ici tellement calmes qu'on aurait pu ne pas les remarquer, entrent en scène. Si les nombreux journalistes présents (dont votre serviteur) avaient daigné poser des questions, personne n'aurait eu le droit au show de Nigel Hayes et Sam Dekker. Mais devant le silence de la salle au moment d'en poser, c'est d'abord Hayes qui demande le micro. "Nigel Hayes, Badger beatwriter, relations intra-équipe. Qu'est-ce que ça signifie vraiment de gagner ce trophée?" La réponse de Kaminsky est sans surprise, le traditionnel "ça représente beaucoup pour moi, j'ai travaillé fort et mes coéquipiers m'ont soutenu et poussé, je remercie tout le monde". C'est alors au tour de Dekker de s'identifier. "Sam Dekker, @samdek1. Pensez-vous que de n'avoir pas joué beaucoup de minutes dans votre équipe AAU vous a donné de la motivation supplémentaire ?" Éclat de rire général. "Oui", répond simplement Kaminsky, qui commence à avoir du mal à garder son sérieux. "Qui est votre coéquipier préféré?" demande alors Josh Gasser, qui comme Kaminsky jouera le dernier match de sa longue carrière à Wisconsin ce weekend. "Chacun d'entre eux". "Ohhhhhhh", s'émeuvent tous ses coéquipiers. "Mais particulièrement Josh". C'est Bo Ryan qui a le mot de la fin suite à la seule question d'un (vrai) journaliste, qui lui demande de revenir sur la progression impressionnante de son joueur tout au long de ses quatre saisons NCAA. "Ce qu'il a fait la saison dernière, et le chemin qu'il a parcouru depuis sa saison sophomore... je voulais le faire jouer davantage quand il était sophomore mais les assistants coachs pensaient que..." Rire dans la salle. Les assistants en question se sont probablement battus pour que Kaminsky joue plus lors de ses premières saisons et sentent qu'il va leur faire porter le chapeau. Sourire amusé de Bo Ryan, qui reprend: "les assistans coachs pensaient qu'il n'était pas tout à fait prêt et m'ont dit que c'est le genre de gars qui, si tu le retiens, va s'en servir comme motivation pour revenir à ses saisons junior et senior et vraiment être un bon joueur. Alors c'est ce que j'ai fait. J'ai laissé Frank en dehors du terrain, et d'ailleurs j'ai plein de joueurs ici que je laisse sur le banc en ce moment qui, je pense, vont exploser la saison prochaine. C'est comme ça qu'on fonctionne à Wisconsin. Mais non, sérieusement, jusqu'à maintenant je n'ai jamais eu un joueur qui a autant progressé autant que Frank".
Afficher les commentaires (4)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest