- CLE
- BOS
- IND
- MIN
- PHI
- DET

Pat Riley fait son mea culpa : « J’ai insulté Dwyane Wade »

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Pat Riley est revenu sur le départ de Dwyane Wade pour Chicago et a exprimé ses regrets pour la manière dont il a traité la légende du Heat à l'époque.

Cette semaine, GQ a sorti une oral history sur Dwyane Wade, avec tout un tas de témoignages intéressants sur la carrière du jeune retraité. L'un d'entre eux n'a pas passé le cut, mais aurait mérité d'y figurer. Il s'agit de celui de Pat Riley, qui fait son mea culpa de manière assez incroyable au moment d'évoquer le moment où Wade a quitté Miami pour Chicago.

"Quand LeBron est parti, on n'aurait pas dû déconner. Tous les ans, je disais à Dwyane que l'on pourrait avoir Kevin Durant ou Gordon Hayward, et qu'on aurait besoin d'un joueur sur un contrat d'un an plus un autre avec option. Après quatre Finales et trois bagues, on aurait simplement dû donner un contrat max à Dwyane. On aurait dû faire ça plutôt que d'utiliser Dwyane, notre franchise player, comme un simple outil, en pensant qu'il accepterait tout sans rien dire. On l'a insulté. Je l'ai insulté. Et on ne fait pas ça à SON joueur. Si je pouvais revenir en arrière, c'est ce que je ferais. 

J'étais vraiment déçu quand il est parti et je ne peux m'en prendre qu'à moi-même pour avoir mal géré tout ça. Je n'ai jamais anticipé le fait qu'il puisse se sentir blessé ou mis de côté. Je lui ai toujours dit qu'il toucherait tout l'argent qu'il pensait avoir, mais de manière différente. Je suis sûr que si j'avais vu ça avec Mickey Arison, il aurait été d'accord. Mais je ne l'ai pas fait. C'est mon plus grand regret.

On a eu une mauvaise passe et j'ai pris une mauvaise décision qui aurait pu ruiner cette relation pour toujours. C'est pour ça que je suis aussi heureux qu'il soit revenu. Si on a voulu lui offrir le meilleur pour sa sortie, c'est parce que malgré son calibre et ce qu'il a donné à l'organisation, il a réussi à pardonner".

C'est assez fort qu'un type avec le palmarès et la carrière de Pat Riley reconnaisse ses torts de façon aussi spectaculaire, même plusieurs années après.