Philadelphia connait déjà la recette

Pour ses débuts ensemble, le cinq majeur terrifiant des Philadelphia Sixers a fait forte impression en dominant les Boston Celtics lors du premier choc à l’Est (107-93).

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié

Un parfum de printemps en automne. Cette nuit, les Philadelphia Sixers disputaient leur premier match de la saison. Devant leur public. Mais l’ambiance, elle, rappelait celle d’un match de playoffs du mois de mai. C’est vrai qu’il n’y avait pas n’importe quel adversaire en face. Les Boston Celtics, grands rivaux des années 80. Un concurrent direct au sein de la Conférence Est. Les supporters de Pennsylvanie étaient donc bouillants pour ce premier choc de l’année. Ils ont donné de la voix.

« C’était déjà chaud comme pour un match de playoffs », notait Josh Richardson, débarqué à Philly pendant l’intersaison. « Ils étaient prêts à exploser dès le coup d’envoi. »

Les Philadelphia Sixers ont brillé tous ensemble

Il n’y a pas que dans les tribunes que l’atmosphère était tendue. Sur le terrain, les deux équipes ont mis des coups dans tous les sens. Une soixantaine de fautes sifflées, dont une flagrante. Mais ce combat physique n’a pas fait oublier le constat évident après 48 minutes de jeu : il y avait bien une équipe plus forte et mieux rodée que l’autre cette nuit. Et cette équipe, c’est Philadelphia, vainqueur assez net de Boston (107-93) après un premier quart temps en faveur des Celtics (20-25).

Le plus encourageant, ce n’est pas seulement le résultat, c’est aussi la manière. Parce qu’il n’était pas garanti que les différents joueurs des Sixers fonctionnent aussi bien ensemble dès leur première sortie officielle. En effet, ils ont des repères à trouver. Les dirigeants ont mis en place un groupe extrêmement compétitif pendant l’intersaison en signant Al Horford, en prolongeant Tobias Harris et en rameutant Richardson. Ces trois là entourent désormais les deux All-Stars Joel Embiid et Ben Simmons dans le cinq. Une association impressionnante sur le papier, certes, mais qui laisse quelques doutes quant à sa complémentarité sur le parquet.

Comment vont-ils cohabiter ? Quels seront les espaces pour chacun ? Autant de questions et d’inquiétudes qui peuvent faire dérailler la formation probablement la mieux en talents individuels à l’Est. Il ne suffit pas d’un match pour balayer toutes ces interrogations d’un revers de la main mais cette rencontre et son issue se veut très rassurante. Même excitante pour la suite. Parce que les cinq piliers des Philadelphia Sixers ont tous brillé cette nuit !

Simmons a été le plus tranchant. L’Australien était à la baguette et il a frôlé le triple-double avec 24 points, 8 rebonds et 9 passes au compteur. Derrière lui, Richardson a inscrit 17 points. 16 pour Horford. 15 pour Embiid et Harris, avec respectivement 13 et 15 rebonds. 87 des 107 points de leur équipe au total ! C’est fort, très fort. Autre point très positif, la répartition intéressante des munitions entre les différents artificiers. Ils ont tous tenté leur chance entre 11 et 16 fois. Il n’y aura pas de frustré après ce match.

Comme attendu, ils ont aussi fait de gros dégâts en défense. Il n’y a pas un seul mauvais joueur de ce côté du parquet et il y a même quelques spécialistes avec Simmons, Embiid et Horford. Kemba Walker en a fait les frais. La recrue star des Celtics a fini avec 12 points à 4 sur 18 aux tirs sans jamais trouver de solution devant le mur des Sixers. Ce ne sera peut-être pas toujours aussi propre pour Philadelphia. Et quand les titulaires passeront à côté – peut-être rarement – le banc risque de montrer quelques limites. Mais les hommes de Brett Brown ont bel et bien la trempe d’une équipe capable d’aller très loin cette saison.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest