99 IND
91 MIA
104 WAS
115 BKN
112 MEM
104 SAC
112 MIN
96 POR
129 NOP
124 NYK
123 MIL
104 CHI
123 BOS
116 TOR
113 PHI
107 UTA

Ray Allen, boycotté par Rondo, trahi par Doc Rivers ?

BasketSessionPar BasketSession Publié

Ray Allen a raconté de quelle manière Rajon Rondo lui avait savonné la planche à Boston et Doc Rivers ne l'a pas soutenu dans ces moments difficiles.

On le sait, le divorce entre Ray Allen et les Boston Celtics a été rude. Aujourd'hui encore, alors que "Jesus" entre au Hall of Fame, la plupart de ses anciens camarades de jeu lui en veulent toujours d'être parti pour Miami à l'époque. A en croire l'intéressé sur NBC Sports, la bisbille avait commencé bien avant, particulièrement entre Rajon Rondo et lui.

"Il y a eu des moments durant la dernière saison où j'ai commencé à sentir une forme de ressentiment à mon encontre sur le terrain. D'autres m'en ont parlé d'abord et je les ai ignorés parce que je n'aime pas que l'on se même de mes affaires et que l'on parlait de mon coéquipier. Les gens disaient : 'Il te zappe. Quand tu es en sortie d'écran, il te voit mais ne te fait pas la passe alors que tu es ouvert'. Ma famille connaît le jeu et m'a dit la même chose. Donc je me suis mis à faire attention et je l'ai aussi remarqué. Je suis allé voir Doc et lui ai dit : 'Doc, je crois que le gars m'ignore. Il ne me fait plus de passes. J'exécute tous les schémas que tu prépares, mais il ne me donne pas le ballon. [...]"

Doc Rivers le savait...

Ce que Ray Allen a du mal à digérer, c'est sans doute que Doc Rivers ne l'a pas vraiment défendu sur le coup.

"Doc m'a dit : 'Je suis au courant. On a discuté de ça avec le reste du staff'. Je lui ai répondu : 'Donc tu savais pendant tout ce temps mais tu n'as rien fait ? Tu ne m'en as pas parlé et, plus grave, tu ne lui en as pas parlé à lui ?' Sa réponse et sa manière de gérer ça, ça a été de vouloir me faire sortir du banc".

Doc Rivers a généralement pris la défense de Ray Allen dans toute cette histoire. Récemment, il a estimé que Boston devait le "célébrer" car sans lui les Celtics n'auraient jamais gagné le titre en 2008. Mais il ne savait sans doute pas que Ray Allen n'avait pas encore digéré la pilule de ce qu'il a pris pour une trahison.