L’évolution de Steven Adams, un nouvel espoir au Thunder

En pleine progression, notamment en attaque, Steven Adams donne des raisons au Thunder d'être optimiste, même en l'absence de Kevin Durant.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
L’évolution de Steven Adams, un nouvel espoir au Thunder
Steven Adams n’a pas mis longtemps à s’imposer comme l’un des chouchous du public et du vestiaire d’Oklahoma City et ce malgré une contribution limitée lors de sa première saison en NBA. Fort de sa bonne humeur, de son humour et de son sens du sacrifice, le Néo-Zélandais s’est taillé une place au sein de l’effectif ambitieux du Thunder. Il a été adopté par la franchise et il a ainsi mis été dans les meilleures dispositions pour s’adapter à la NBA, une épreuve toujours délicate pour les rookies étrangers, même pour ceux passés par la NCAA (il est resté un an à Pittsburgh). Adams a su intégrer les exigences de la ligue et il a même vu son temps de jeu grimper lors des playoffs (de 14 à 18 minutes par match), période de la saison lors de laquelle les débutants sont généralement laissés sur le banc. Efficace à défaut d’être brillant, le joueur de 21 ans semble promis à un rôle de titulaire. En l’absence de Kendrick Perkins, blessé, il a justement débuté toutes les rencontres de pré-saison dans le cinq du Thunder. Il en a profité pour étaler ses progrès en attaque. Après six rencontres, il tourne à 13,3 pts à 75% de réussite et 6,7 rbds de moyenne.
[superquote pos="d"]"Il a franchi un palier pendant les playoffs, tout part de là." Russell Westbrook[/superquote]« Il a franchi un palier pendant les playoffs la saison dernière », estime Russell Westbrook. « C’est là où tout a commencé. On pouvait déjà sentir sa progression en playoffs et on sentait que cela allait se traduire par des performances cet été et désormais en pré-saison. »
L’évolution de Steven Adams en attaque est intéressante. Le jeune intérieur se contentait des miettes dans ce secteur la saison passée (3,3 pts de moyenne) et il a eu l’opportunité de se mettre en valeur dès le début de la pré-saison en inscrivant 15 points lors du premier match avant d’enchaîner avec une pointe à 19 points contre Dallas et une autre à 22 pions contre Memphis. Il a légèrement baissé le pied depuis mais tout en restant aussi efficace. Alors, certes, le sophomore n’est pas une arme offensive de premier ordre mais son touché près du cercle donne une nouvelle dimension à son jeu.
« Cela va prendre du temps à se développer. On ne devient pas un scoreur au poste bas du jour au lendemain, cela met des années. Mais il a les outils, l’éthique professionnelle et la motivation requise pour progresser. J’apprécie son hook main gauche », tempère Scott Brooks, son coach.

Des responsabilités accrues en l'absence de Kevin Durant

[caption id="attachment_197991" align="alignleft" width="300"] La moustache pourrait devenir à la mode du côté d'Oklahoma City cette saison.[/caption] Steven Adams n’a pas la technique d’un Al Jefferson ou d’un LaMarcus Aldridge ni le tir extérieur d’un Kevin Love mais il est plutôt mobile et son adresse près du cercle est intéressante. En ce sens, il est déjà un intérieur bien plus efficace que Kendrick Perkins en attaque (tout en étant plus grand et presque aussi puissant). L’habituel pivot titulaire d’Oklahoma City a inscrit plus de 14 points à seulement deux reprises depuis son arrivée au Thunder courant 2011. En l’absence de Kevin Durant, des joueurs de l’ombre vont devoir élever leur niveau de jeu en attaque et Adams semble taillé pour la mission. Les défenses adverses ont pour coutume d’ignorer purement et simplement Perkins afin de se resserrer sur Durant et Westbrook. Avec la blessure du MVP de la saison, Scott Brooks ne peut pas se permettre d’aligner si peu de joueur à vocation offensive dans son cinq sous peine de mettre trop de pression sur son meneur All-Star. Le jeune pivot néo-zélandais aura donc un rôle important en début de saison.
« C’est très important d’avoir un intérieur capable de marquer de loin et un autre efficace de près », explique Russell Westbrook en faisant référence à Steven Adams et Serge Ibaka.
Si Steven Adams parvient à s’imposer comme le titulaire indiscutable en pivot, ce qui semble inévitable, le Thunder a fort à gagner. En effet, au retour de Kevin Durant, Oklahoma City pourrait aligner un cinq nettement plus efficace que la saison dernière avec Westbrook, Anthony Morrow ou Reggie Jackson, « KD », Ibaka et Adams. Le jeune homme était le chouchou du public et il est en passe de devenir l’une des pièces importantes du puzzle mis en place au Thunder.

Les highlights de Steven Adams contre Dallas

[youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=VdYldmltpJs[/youtube]
Afficher les commentaires (4)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest