Tyrese Haliburton, un rookie vraiment pas comme les autres

Tyrese Haliburton, un rookie vraiment pas comme les autres

Auteur du panier pour la gagne, le jeune Tyrese Haliburton s’est encore distingué hier soir. Et pas seulement sur le terrain.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Les Sacramento Kings avaient bien besoin du retour de Tyrese Haliburton. Battus lors des deux derniers matches, en l’absence de leur rookie blessé au poignet, les Californiens ont rebondi en venant à bout des Chicago Bulls (128-124). Une victoire décrochée sur le fil avec notamment un dernier panier lointain du douzième choix de la draft pour enterrer les taureaux.

En plus de son tir décisif, le jeune meneur de jeu a inscrit 15 de ses 17 points dans le dernier quart temps. Et les Kings ont alors débloqué la situation pour équilibrer leur bilan (4-4 mais 4-2 avec Haliburton). Il termine avec 17 points, 7 rebonds et 6 passes en prenant parfaitement le relais de De’Aaron Fox, blessé en début de match. Avec aussi 3 interceptions, dont l’une dans les instants clés de la rencontre.

« J’étais déçu de ma performance avant le quatrième quart temps », avoue l’intéressé. « J’ai juste essayé d’impliquer tout le monde. »

Et ça a plutôt bien marché. Tyrese Haliburton est décidément une bonne pioche pour les Kings. La franchise et ses supporteurs ont des raisons de se réjouir. Parce que le garçon joue intelligemment, avec envie et application. Sa mécanique de tir est plutôt étrange mais il met dedans. C’est sans doute le meilleur rookie jusqu’à présent, moins fantasque mais tout aussi prolifique que LaMelo Ball et plus adroit.

Tyrese Haliburton, le rookie déjà mature

11,7 points et 4,7 passes en six rencontres, avec 51% de réussite aux tirs et 48% à trois-points. C’est déjà une valeur sûre pour son équipe. Quand il est là, le jeu est à la fois plus rapide et plus posé. Il ne force pas. Il ne joue pas vraiment comme un rookie à vrai dire. Plutôt comme un jeune vétéran qui comprend ce qu’il faut faire pour gagner des matches.

« C’est un joueur très, très malin », estime son coéquipier Richaun Holmes. « C’est un bonheur de jouer avec lui. Il nous régale. »

Après, ce n’est pas la première fois qu’un débutant s’illustre dans ce profil. Alors si vous voulez un meilleur exemple de la maturité du bonhomme, ce n’est pas seulement le terrain qu’il faut regarder. Plutôt en coulisses. Devant les micros des journalistes. Tyrese Haliburton, 20 ans à peine, donnait son point de vue sur ce qui s’est passé hier au Capitole de Washington. Et chacun de ses mots font mouche.

« J’ai seulement 20 ans mais j’ai l’impression qu’on ne peut pas faire plus américain que ce qui s’est passé aujourd’hui. Je pense que je n’avais jamais vu une telle démonstration de ce qu’est le privilège blanc. Et je dis ça de la manière la plus respectueuse possible. On m’a appris à traiter les gens comme des êtres humains avant toute chose. »

Des manifestants qui pénètrent un bâtiment fédérale, symbole de la Démocratie, tandis que d’autres se font gazer quand ils marchent contre les discriminations. Deux poids, deux mesures. Deux Amériques différentes et une nation divisée. Et ça Tyrese Haliburton l’a déjà compris.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest