Comment les galères des Timberwolves profitent aux Warriors

Comment les galères des Timberwolves profitent aux Warriors

Les Minnesota Timberwolves sont encore une fois en difficultés cette saison et les Golden State Warriors peuvent en sortir gagnants.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Et en ce moment, les Minnesota Timberwolves sont en souffrance. Karl-Anthony Towns, qui vit décidément des moments très difficiles, est blessé et positif au COVID-19. En son absence, la franchise affiche un niveau cataclysmique. Et tout ça, ça fait les affaires des Golden State Warriors.

Pourquoi ? Parce que la franchise dispose du prochain pick des loups. Protégé top-3, tout de même. Un choix de draft très précieux qu’ils avaient acquis en envoyant D’Angelo Russell à Minneapolis en cours de saison dernière. Le prix à payer pour les dirigeants des Wolves, non seulement pour récupérer le jeune meneur mais aussi pour céder Andrew Wiggins et son contrat faramineux.

Ironie du sort, le Canadien est plutôt bon depuis trois semaines. Les fans de Minny rappelleront qu’il a souvent des coups de chaud comme ça, histoire de justifier son statut de premier choix de draft, avant de retomber dans ses travers. Mais Wiggins se sent bien en Californie et ça se sent. Le leadership de Stephen Curry et Draymond Green a des effets positifs sur le jeune homme.

Revenons-en au choix de draft. Les Wolves espéraient être à nouveau compétitifs d’ici 2021. Avec KAT, son meilleur ami Russell mais aussi le first pick Anthony Edwards, l’équipe avait a priori des arguments pour bien figurer. Mouais. Difficile de juger cette équipe qui évolue sans sa superstar. Mais les mentalités des jeunes joueurs de Minnesota ne nous inspirent de toute façon pas confiance.

Towns fait des stats mais il n’a encore jamais prouvé sa capacité à porter son équipe. Mais il est jeune et il a encore le temps pour ça. Russell est calamiteux. Un très bon basketteur par moment mais une attitude douteuse. Loin d’être un gagnant. Et quand l’intérieur manque à l’appel, il est tout simplement incapable de prendre le relais.

Encore un gros prospect aux Warriors en 2021 ?

Quant à Edwards, il nous faisait déjà peur avant la draft et nous ne sommes pas rassurés. Là aussi, pas de panique, il y a le temps. Mais sa sélection de tir en dit long sur le joueur qu’il est et peut devenir. Il n’est pas aidé, avec aucun système et peu de bons joueurs autour. Mais même. Difficile de l’imaginer en franchise player. Le constat est très hâtif, on sait. Mais très honnêtement, la première impression (souvent la bonne ?) est loin d’être encourageante, même s’il est clair qu’il a du talent. Lui aussi fera des stats.

Les Wolves figurent parmi les cinq plus mauvaises équipes en attaque ET en défense. Il n’y a quasiment aucun signe de progrès. Et ça sent donc la saison galère. Peut-être qu’ils se relèveront petit à petit. Mais il est déjà presque évident qu’ils finiront avec l’un des cinq ou six plus mauvais bilans de la ligue : ils sont pour l’instant derniers à l’Ouest avec trois victoires en douze matches.

Les Warriors ont potentiellement la main sur un choix de draft éventuellement placé entre la quatrième et la sixième place (sauf si les Wolves piochent dans le top-3 donc). Et avec une cuvée très chargée, plus prometteuse que celle de cette année, ça peut faire un autre jeune très intéressant à associer à James Wiseman. Si jamais ils ne récupèrent pas le pick en 2021, ils auront le choix non protégé de Minnesota en 2022. Alors peut-être que la franchise aura vraiment franchi un cap d'ici là. Mais on peine à y croire.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest