Alexis Rabutépar Alexis Rabuté    

La saison risque d’être encore compliquée à Brooklyn mais Jeremy Lin reste confiant. Il pense même être capable d’attirer de bons joueurs.

Parfois, même dans les moments très difficiles, il faut savoir regarder les choses du bon côté. Jeremy Lin, titulaire dans une franchise en perdition, reste d’ailleurs positif concernant l’avenir de Brooklyn.

Les Nets ont vu leur premier choix de draft filer à Boston. Sans pick, ils doivent tenter de reconstruire autrement. Si on écoute Lin, le marché des agents libres sera fructueux car il y aurait moyen d’attirer des bons joueurs, même là-bas.

« Je vais recruter », assure-t-il. « Il y a déjà plusieurs amis, notamment cinq anciens coéquipiers, qui m’ont demandé s’ils pouvaient nous rejoindre. »

Pour lui, il ne faut pas seulement se baser sur le bilan de Brooklyn. La franchise a beaucoup d’atouts à faire valoir. Entre la ville de New-York et la philosophie de jeu de certaines franchises, plusieurs aspects jouent en leur faveur.

« J’ai l’impression que pour beaucoup de joueurs, le plus important est d’être heureux. Si tu apprécies tes coéquipiers, tes coaches, ton environnement.. Je connais de nombreux joueurs dans d’autres équipes. Ils peuvent gagner des matchs mais ils ne sont pas heureux », confie-t-il.

Par conséquent, Lin oppose cette mentalité à celle installée par Kenny Atkinson aux Nets, où tout le monde a sa chance. Par la force des choses, certes, mais cela peut peser dans la balance.

« Toutes les équipes de NBA ne sont pas comme ça. Mais si tu joues dans une équipe égoïste, je pense que ce n’est pas sympa de jouer avec eux. Du coup, je pense que les autres joueurs ont vu cela et j’espère qu’ils nous rejoindront. », déclare-t-il.

Pour le moment, les premiers noms revenant du côté de Brooklyn viennent pourtant d’Europe. En tout cas, Milos Teodosic serait l’une des priorités de Sean Marks, le GM.