MLK Day : Curry et Poole font splash, Tatum dans l’Histoire

Ce qu'il faut retenir des matches NBA du Martin Luther King Day.

Benjamin MoubechePar Benjamin Moubeche  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / Récap
MLK Day : Curry et Poole font splash, Tatum dans l’Histoire

Les résultats de la nuit en NBA :

Celtics @ Hornets : 130-118
Pacers @ Bucks : 119-132
Pelicans @ Cavaliers : 103-113
Raptors @ Knicks : 123-121
Warriors @ Wizards : 127-118
Heat @ Hawks : 113-121
Jazz @ Wolves : 126-125
Suns @ Grizzlies : 106-136.

Jayson Tatum n'a laissé aucune chance à Charlotte. Avec 51 points à 15-23 au tir, l'ailier a écrasé les Hornets devant leur public pour ouvrir le MLK Day. Il s'adjuge ainsi la troisième plus grosse performance aux scoring de l'histoire du Martin Luther King Day, à égalité avec Gilbert Arenas. Il dépasse également Larry Bird et s'empare du record de matches à 50 points dans l'histoire de Boston.

Avec cette victoire, les Celtics consolident leur place en haut de la Conférence Est. LaMelo Ball et ses coéquipiers, au contraire, s'enfoncent un peu plus avec une cinquième défaite consécutive.

Jayson Tatum : 51 points et la victoire des Celtics pour ouvrir le MLK Day

- Le temps d’un soir, Jordan Poole s’est mué en splash brother pour accompagner Stephen Curry. Les deux joueurs et leurs 73 points en cumulés ont finalement permis aux Champions NBA de repartir de Washington avec une victoire à l’extérieur — une denrée rare cette saison.

Une fois n’est pas coutume, Curry a gratifié son équipe d’une prestation XXL. Il finit avec 41 points et 7 rebonds, à 12-28 au tir et 6-15 à trois points. Poole, pour sa part, compile 32 points et 7 rebonds à 12-20 au tir et 7-13 à trois points. Une énorme performance de la part du backcourt de Golden State. Kristaps Porzingis (32 points) n’a alors rien pu faire. C’est pour le "chef" que ses supporters ont scandé "MVP".

Portés par leurs extérieurs décisifs, les Warriors ont su accélérer au meilleur moment (34-25 dans le quatrième quart-temps). C’est un succès particulièrement rassurant pour Golden State, qui affiche en effet un bilan de 5-17 en dehors de San Francisco depuis la reprise.

-Le Madison Square Garden a été le théâtre du thriller le plus intense de la soirée. Les Knicks et les Raptors se sont dépassés dans un match à rebondissement, jusqu’à la fin des prolongations. Un choc relevé, comme on les aime.

En l’occurrence, une image vaut mille mots. Et c’est probablement le gros dunk de RJ Barrett sur Scottie Barnes qui raconte le mieux la rencontre. L’ailier, avec 44 minutes dans les jambes, a récupéré le lancer franc raté par Barnes, avant de traverser le terrain et pour marquer avec force à moins d’une seconde de la fin et ainsi envoyer le match en overtime.

Au bout du compte, c’est bien Toronto qui s’est imposé, de deux maigres points et non sans peine. Fred VanVleet (33 points et 8 passes) était au top de sa forme ce soir-là. Scottie Barnes signe également l’une de ses plus belles lignes statistiques de l’exercice, avec 26 points, 7 rebonds et 4 passes à 50% au tir. Pascal Siakam (20 points, 9 passes et 8 rebonds) et OG Anunoby (10 points) ont, pour leur part, assuré le show en défense.

Les titulaires des Knicks dormiront certainement très bien cette nuit. Barrett (32 points, 7 rebonds) termine avec 49 minutes. Julius Randle (21 points, 15 rebonds, 8 passes) et Jalen Brunson (26 points, 7 rebonds) finissent aussi au-delà de la barre des 40 minutes.

- Autre match qui s’est terminé sur le fil, le Jazz et les Wolves n’ont été départagés que par un point. La star de la soirée est un pivot, mais il ne s’agit pas de Rudy Gobert. Le Français n’a pas vraiment pu profiter de ces retrouvailles, sortant du terrain après cinq minutes de jeu avec une blessure à l’aine aggravée.

Rudy Gobert aggrave sa blessure pour ses retrouvailles avec Utah

Sans le triple Défenseur de l’année pour protéger le panier ou Lauri Markkanen pour l’attaquer côté Jazz, c’est le rookie Walker Kessler qui a alors pris toute la place dans la raquette. Le pivot de 21 ans a posté un gros double-double à 20 points et 21 rebonds, à 9-13 au tir. Une performance très propre pour l’intérieur de 2,13 m, arrivé à Utah dans le cadre du transfert de Gobert cet été.

Anthony Edwards (29 points) et D’Angelo Russell (21 points, 7 passes) peuvent être déçus par cette issue. Ils ont en effet mené la danse jusqu’aux dernières minutes, avant de s’emmêler les pinceaux au pire moment.

- En l’absence de Giannis Antetokounmpo, les Milwaukee Bucks ont bien failli laisser les Pacers gâcher la fête. Alors qu’Indiana a mené au score pendant la vaste majorité de la rencontre, parfois de plus de 10 points, les hommes de Mike Budenholzer ont réussi à se rattraper dans le dernier quart-temps.

Il aura fallu un Jrue Holiday des grands soirs pour éviter le piège. Il finit ainsi avec 35 points à 13-19 au tir, dont 5-8 à trois points, et 11 passes décisives. Une performance qui respire la maîtrise pour le leader par intérim des Bucks. Il prouve une fois de plus qu’il est l’un des joueurs les plus sous-estimés de la NBA.

En face, TJ McConnell signe le match de sa carrière dans la défaite. Il inscrit un nouveau record de points avec 29 unités, dont 25 en première mi-temps, en plus de ses 9 passes. Longtemps à 100% au shoot, le meneur n’est pas passé loin de la prestation parfaite. Il a été bien suivi par Myles Turner (30 points et 8 rebonds), qui a donné du fil à retordre aux intérieurs de Milwaukee malgré ses problèmes de dos. En somme, le scénario rêvé pour une grande nuit comme celle-ci.

- Les jeunes Cavaliers ont, eux aussi, fait preuve d'une grande maturité face aux Pelicans. Derrière les efforts de Darius Garland (30 points et 11 passes), Cleveland a sorti un quatrième quart-temps de patron pour arracher la victoire. Ce succès est essentiellement collectif, mais le sang froid du meneur de 22 ans a fait toute la différence dans le résultat. Isaac Okoro, titularisé à l'aile, s'est également montré très convaincant (11 points, 4 rebonds, 4-8 au tir).

Sans Zion WilliamsonBrandon Ingram et Herb Jones, les cadres de New Orleans ont réussi à faire jeu égal pendant trois quart-temps. Le quatrième était de trop pour Jonas Valanciunas (22 points) et surtout CJ McCollum (25 points), dont la frustration était palpable sur la fin.

- Les Grizzlies enchaînent avec une 10e victoire consécutive, la plus longue série en cours de la NBA. Ja Morant (29 points et 7 passes) et ses coéquipiers n’ont pas eu trop de mal à se défaire des Suns. Phoenix, toujours privé de Devin Booker et Chris Paul, n’avait rien pour rivaliser. Mikal Bridges (21 points) et Deandre Ayton (18 points) étaient condamnés, en somme.

L’incroyable précision de Desmond Bane (28 points à 10-12 au tir) était le dernier ingrédient d’un solide blow out en seconde mi-temps. Memphis menait même de 38 points dans le quatrième quart-temps, un chiffre qui résume tout. Aucun de leur titulaire n’a ainsi atteint la barre des 30 minutes de jeu. Taylor Jenkins n’avait pas besoin d’eux.

- Les Hawks, à domicile, ont marché sur le Heat. Tout simplement. Miami n’est jamais passé devant au score. Pas une seule fois. Pas d’un point. Atlanta a ainsi dominé le match de A à Z, grâce à un Dejounte Murray en grande forme (28 points et 7 passes).

Les 34 points de Jimmy Butler à 11-16 au tir n’ont pas suffi à rééquilibrer la balance. Un Bam Adebayo à 20 points, 13 rebonds et 5 passes non plus. Le Heat n’a pas même réussi à tirer profit des 10 ballons perdus de Trae Young (24 points). Un résultat qui comptera peut-être pour la course au play-in, dans laquelle les deux équipes sont engagées.

Kyle Korver au chevet des Hawks, le trade de Dejounte Murray a fait des dégâts

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest