Here come the Suns

Here come the Suns

Après des débuts poussifs, marqués par la longue absence de Bradley Beal (cheville, dos) et une élimination dès les quarts de finale par les Lakers au In Season tournament, les Suns ont redressé la barre. L’équipe reste sur 12 victoires en 15 matchs et commence à faire peur. Mieux, Phoenix semble avoir trouvé la bonne formule autour de son Big 3, et dissipé les doutes.

Maxime BodilisPar Maxime Bodilis | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Les Suns étaient attendus au tournant au lancement de la saison 2023-2024. Après le recrutement aussi retentissant qu’inattendu de Bradley Beal à l’été, longtemps pressenti du côté du Heat de Miami, les observateurs s’interrogeaient sur le potentiel du Big 3 de l’Arizona, composé de Devin Booker, Kevin Durant et de l’ex-gâchette des Wizards, et les chances de Phoenix dans la course au titre. 

Car sur le papier, la complémentarité du trio ne sautait pas aux yeux et beaucoup doutaient de la capacité de l’une des trois stars à se « sacrifier » pour le groupe, à l’image de Chris Bosh au Heat ou de Kevin Love aux Cavs. Le « tout pour l’attaque » décidé par la franchise avec la signature de l’ancien Gator de Florida laissait également certains spécialistes dubitatifs sur la capacité des Suns à ravir le titre, quand les champions NBA brillent généralement par leur défense.

Enfin, largement remaniés à l’été après les départs, entres autres, de Chris Paul et Deandre Ayton, et l’arrivée de Frank Vogel en lieu et place du Coach of The Year 2022 Monty Williams, les Suns repartaient d’une page blanche ou presque, avec Devin Booker en ultime « rescapé » de l’équipe finaliste en 2021. Beaucoup de questions donc, et peu de certitudes, sur les chances de succès de la superteam de l’Arizona face à la féroce concurrence de la Conférence Ouest au coup d’envoi de la saison. 

Plus longue série de victoires en cours

Alors que le All-Star break se profile à l’horizon, la première moitié de saison a livré ses enseignements sur le projet des Suns. Et après deux premiers mois de compétition marqués par les blessures (24 matchs ratés par Beal, 9 par Booker), qui voyaient Phoenix pointer au 10ème rang de la conférence ouest fin décembre avec un bilan tout juste à l’équilibre (15v-15d), les Suns brillent de mille feux en ce début d’année. Jugez plutôt : 12 victoires en 15 matchs, 7 succès consécutifs, plus longue série en cours devant les 76ers (6), et une 6ème place au classement de la Western Conference. Les protégés de Frank Vogel cartonnent.

Mieux, Phoenix fait la démonstration que son trio fonctionne. Car si l’ascension rassure, elle coïncide surtout avec le retour dans la rotation et pour de bon de Bradley Beal, présent lors des 14 dernières sorties des Suns. Un comeback salvateur donc et une belle dynamique de victoires dont certaines acquises face à de gros clients, parmi lesquels le Heat, les Pelicans, le Magic, les Lakers ou encore les Kings, renversés sur leur parquet.

Parole à la défense

Et si Bradley Beal monte tranquillement en température après de longues semaines d’absence, affichant notamment 21,3 points de moyenne sur la série de victoires (7) en cours contre 18,1 sur la saison, ce sont surtout les différentes pièces du puzzle qui semblent s’assembler. En témoigne le defensive rating de l’équipe (113,3) sur les 15 dernières rencontres, qui classe virtuellement les Suns à une excellente 6ème place dans l’exercice (16ème seulement sur la saison). Une surprise de taille alors que nombreux leur promettaient l’enfer de ce côté du terrain au regard du profil du groupe. C’était sans compter l’impact des spécialistes maison Josh Okogie et Grayson Allen, et du précieux Jusuf Nurkic, qui pointe à la 16ème place de la ligue au defensive rating individuel (110,3).

Le constat est le même sur l’altruisme dont l’équipe fait preuve et la volonté des joueurs de servir leurs coéquipiers. Car si les 3 pistoleros ont besoin de munitions pour s’exprimer, force est de constater qu’ils n’hésitent pas à se passer la balle. Les hommes de l’Arizona tournent ainsi à 26,8 passes décisives par match sur les 15 dernières rencontres, une stat qui ferait de Phoenix la 12ème équipe de la ligue dans le registre cette saison. Symbole des bonnes intentions des Suns, Kevin Durant affiche de meilleures moyennes que la saison dernière à la passe (5,7 ast vs 5,0 ast) et Devin Booker, très utilisé à la mène par Frank Vogel, s’affirme cette année comme un excellent distributeur avec 7,5 caviars par match (record en carrière).

Bref, la mayonnaise pourrait bien être en train de prendre à Phoenix où le temps, comme souvent là-bas, est au beau fixe. Le Big 3 s’éclate et aligne plus de 74 points par match, Grayson Allen, débarqué cet été en provenance de Milwaukee, signe les meilleures stats de sa carrière (13,7 pts, 4,2 rbds, 3,0 ast) en s’imposant comme le sniper le plus précis de la ligue (49,3% à 3 points, 1er en NBA), et Kevin Durant, fraîchement élu joueur de la semaine à l'Ouest, semble plus épanoui que jamais.

S’il est encore un peu tôt pour tirer des conclusions définitives, le road trip de 8 matchs, entamé hier par une victoire autoritaire des Suns sur le parquet des Mavs (132-109), devrait nous permettre d’y voir plus clair sur le potentiel d’une équipe classée 3ème par les bookmakers au coup d’envoi de la saison dans la course au titre.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest