Jabari Smith, la perle rare de la reconstruction des Rockets

Jabari Smith, la perle rare de la reconstruction des Rockets

Favori pour le first pick, Jabari Smith termine finalement en troisième position aux Houston Rockets. Le complément parfait de Jalen Green ?

Benjamin MoubechePar Benjamin Moubeche  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Jabari Smith Jr est un talent d’une grande rareté. Peu de joueurs en NBA présentent une telle combinaison de physique et d’adresse. Longtemps consensus pour le premier choix, il descend finalement en troisième position pour faire le bonheur des Houston Rockets. Il était si confiant de finir dans le top 3 qu'il n’a d’ailleurs même pas pris la peine de rendre visite à la franchise texane dans le processus pré-draft.

"Je ne vois pas tomber plus bas que le deuxième choix. […] C’est pour ça que je n’ai rencontré que ces deux (équipes)", a-t-il déclaré en conférence de presse avec une confiance qui le caractérise si bien, mais qui lui a finalement joué un tour.

Sa première saison dans le circuit universitaire lui a permis de réellement se révéler. Véritable star d’Auburn malgré son jeune âge, il a impressionné tout au long de l’année et sa côte a explosé. Il faut dire qu’avec un énorme potentiel et un profil qui correspond parfaitement à la NBA moderne, Smith a tout d’un futur grand. Si les progrès suivent, les Rockets peut espérer en faire le complément parfait de Jalen Green.

Le physique, l’adresse et le mental des grands

Alors qu’il vient de fêter ses 19 ans au mois de mai, Jabari Smith est l’un des joueurs les plus jeunes du top 10. C’est pourtant déjà un beau bébé. Son physique impressionnant, 2,08m pour environ 2,15m d’envergure, a certainement joué un rôle important dans sa sélection dans les hauteurs de la draft. Et il se murmure qu’il pourrait encore grandir.

La principale force de l’intérieur est clairement son tir. Il sort d’une saison avec une moyenne de 16,9 points à 42% à trois points. Sur 5,5 tentatives par match, pour un joueur aussi long et aussi jeune, il s’agit d’une véritable anomalie statistique. Et encore, en tant que première option offensive d’Auburn, il faut souligner qu’il a dû prendre de nombreux shots difficiles qui ont fait baisser ce pourcentage.

Ses 80% aux lancers francs sont d’ailleurs un bon indicateur de son excellente adresse. Pas de doute, c’est quelque chose qu’il sera capable d’apporter dès sa première saison à Houston. Au moins en catch-and-shoot, ce qui représentait la majorité de son volume de tir cette année.

On espère qu’il pourra diversifier sa panoplie en NBA. Compte tenu de sa longueur, les Rockets s’attendent probablement à ce qu’il soit, à terme, en mesure de tirer au-dessus des défenses adverses. Une compétence très valorisée, notamment depuis que Kevin Durant en a fait sa spécialité pour devenir l’un des meilleurs scoreurs de l’histoire.

Sa régularité derrière l’arc, Smith Jr a sans doute pu la travailler avec son père, qui a passé quelque temps en NBA. C’est justement une qualité que l’on retrouve souvent chez les enfants d’anciens professionnels. Ça, et un mindset de compétiteur, ce dont la pépite des Tigers a également hérité. Son jeu transpire la confiance en lui et il a démontré sa force mentale à plusieurs reprises en NCAA. Un atout non négligeable dans une équipe en reconstruction.

Un potentiel inexploité

En attaque, son tir devrait largement lui permettre de perdurer en NBA. Il pourra toujours sauver les meubles quoiqu’il arrive, même s’il ne connaît pas la progression que l’on attend de lui. En revanche, la défense pose pour le moment question.

Comme beaucoup de jeunes joueurs très responsabilisés offensivement, Jabari Smith est parfois peu investi de son propre côté du terrain. Ce n’est pas bien inquiétant. On a même pu observer une protection de cercle très sérieuse sur certaines séquences. C’est là où Houston pourra tout de suite le mobiliser, notamment en second rideau pour couvrir Alperen Sengun. Autant dire qu’un minimum de qualités défensives est requis pour être sélectionné en 3e position. Il a un véritable potentiel défensif, surtout à l'intérieur, qui pourrait faire beaucoup de bien à son collectif très centré sur l'attaque.

Ce qui n'est pas au point, c’est sa capacité à défendre le périmètre. Avec une mobilité limitée, il a du mal à suivre les extérieurs adverses et à couvrir la ligne à trois points. Switcher n’est clairement pas sa spécialité. C’est pourtant ce qu’on attend de plus en plus en NBA. Ce sera très certainement son principal axe d’amélioration.

Le profil offensif de Smith n’est pas non plus exempt de toute critique. Une si grande adresse avec un tel physique, c’est rare. Mais il est également inhabituel qu’un athlète de ce genre attaque si peu le cercle. Un petit gain de masse ne serait d’ailleurs pas de trop pour l’aider à ce niveau. C'est cependant l'une des spécialités de Jalen Green, particulièrement athlétique, qui compensera en partie. Au moins à court terme.

Avec un handle encore limité, il a aussi du mal à créer ses propres opportunités. Un autre point à travailler pour qu’il puisse avoir un rôle important dans sa nouvelle équipe. Son tir à lui seul n’en fera pas un All-Star. Il devra sortir de sa zone de confort.

Rien d’étonnant à ce qu’un joueur de cet âge ait de telles lacunes dans son jeu. Bien qu’il ait à présent de claires faiblesses, son profil est d’une grande rareté et son potentiel est immense. Largement de quoi justifier sa place dans la draft.

Désormais, sa nouvelle équipe doit trouver un moyen de maximiser son talent pour en faire un grand parmi les grands. On souhaite à Jabari Smith un destin différent de son cousin, Kwame Brown, premier choix de la draft 2001 et l’un des plus gros bust des 20 dernières années.

Draft 2022 : tous les picks et tous les moves

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest