James Harden: « Les finales de conférence, c’est comme une saison différente ».

Dans un entretien, James Harden a expliqué, pour lui, la différence entre les finales de conférence, les finals et la saison régulière.

N.SPar N.S | Publié  | BasketSession.com / NEWS
James Harden: « Les finales de conférence, c’est comme une saison différente ».
Les années se suivent mais ne se ressemblent pas vraiment à Houston. Seulement 7e cette saison à l'Ouest, James Harden et ses coéquipiers peinent à décoller. Avec un début de saison alarmant et un barbu qui bataillait avec son shoot, les Rockets ont pris trop de retard et au vu des équipes devant eux, il y a peu de chances de les revoir en finale de conférence comme lors des derniers playoffs. Souvenez-vous l'an dernier, les Texans avaient réussi l'impensable en renversant la série 4-3 contre les Clippers alors qu'ils étaient menés 3-1. Un résultat qui les avait amené en finale de conférence, défaits par la suite face au futur champion (4-1).
"Cette série (contre GS) était vraiment différente de la saison. Bien-sûr, il y a la saison régulière et les playoffs mais quand tu arrives en finale de conférence Ouest ou aux finals, c'est comme une saison différente. Ça ne dépend pas de tes capacités physiques mais de tes capacités mentales, de comment tu arrives à rester focus et pendant combien de temps tu ne fais pas d'erreurs. Parce qu'à ce stade, toutes les équipes savent comme tu joues, tes tendances, elles savent tout sur toi", raconte-t-il de par son expérience l'an dernier mais aussi lors des finals 2013 alors qu'il jouait au Thunder.

"Il faut trouver le moyen de ralentir Klay et Steph"

À l'arrivée les Warriors n'ont fait qu'une bouchée de Houston l'an dernier, même si les deux premiers matchs auraient pu faire basculer cette série selon lui:
"Nous étions proches (de les battre). Les deux premiers matches, nous perdons de six ou sept points et les autres ont été serrés. Ils ont une grande équipe avec pleins de shooteurs".
Si les Warriors semblent imbattables cette année, Fear The Beard pense qu'ils sont prenables. Mais à pas mal de conditions.
"Il faut trouver le moyen de ralentir Klay et Steph. Quand ils prennent feu à 3 points, c'est dur. Mais si vous contestez tous leurs tirs et que vous forcez les autres à prendre des shoots compliqués, là vous vous avez une chance. C'est quand vous les laissez mettre des lay-up, des shoots à 3 points ouverts et que tout le monde commencent à les mettre, là ça devient un désastre. Leurs grands aussi sont bons et vous devez leur mettre la pression parce que ce sont des bons passeurs. C'est plus facile à dire qu'à faire".
En effet, ça fait pas mal de choses à faire si vous voulez espérer gagner un match. Des choses que les Rockets vont devoir mettre en oeuvre le 10 février prochain à l'Oracle Arena.    
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest