LeBron James était injouable

Phénoménal offensivement (49 points) contre les Nets, LeBron James a fait régner la terreur dans la peinture pour rapprocher le Heat de la finale de Conférence.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
LeBron James était injouable
"Ils m'ont mis 5 électrodes sur les jambes ce soir, j'en avais besoin..." LeBron James n'a pas caché sa fatigue dans le vestiaire du Heat, quelques minutes après la victoire cruciale sur le parquet du Barclays Center. Le matériel de récupération vissé sur les jambes et les pieds dans la glace, la star floridienne a bien mérité un peu de repos et le plat de pâtes (à l'air à peine plus appétissant qu'un surgelé Picard) que lui a servi un membre du staff. Loué pour sa transformation en un joueur tourné vers le collectif depuis son arrivée à Miami en 2010, le "Chosen One" aime rappeler à l'occasion qu'il reste capable de prestations individuelles surnaturelles. Dans ce game 4 face aux Nets, le All-Star a rapidement mis les choses au clair : la peinture était à lui, peu importe quel joueur lui ferait face. Sur les 49 points qu'il a inscrits contre les New Yorkais, 22 l'ont été dans la raquette (11/12), sans que Kevin Garnett, Paul Pierce ou les autres soldats envoyés au feu par Jason Kidd pour défendre sur lui aient été capables d'y faire quoi que ce soit. Paradoxalement, c'est sur des actions désintéressées et tout sauf égoïstes que James a fait la différence dans le money time. Malgré ses 5 fautes, le MVP déchu a réussi une défense superbe sur Joe Johnson dans le coin droit, bouchant l'angle de tir au scoreur habituellement clutch de Brooklyn. "Joe Cool" a beau l'accuser d'avoir floppé, le #6 a tenu bon et empêché son vis à vis de dégainer confortablement.
"Je l'ai déjà dit, je me sens capable de défendre sur n'importe qui dans cette ligue. Mais on ne peut pas toujours y parvenir et parfois des adversaires marquent quand même. Ca n'a pas été le cas sur le coup, heureusement pour nous", a expliqué LeBron.

Tout sauf égoïste

C'est de l'autre côté du terrain que James a effectué son choix le plus crucial peu après cette bonne séquence. Anticipant une prise à deux qui l'aurait contraint à un exploit dans la raquette, la star du Heat a préféré donner le ballon à Mario Chalmers, lequel a trouvé Chris Bosh délaissé de tout marquage dans le corner pour un panier à 3 points quasiment gagnant pour le Heat. KG, qui a tenté quelques sursauts d'orgueil vains, a du mal à se remettre de la facilité avec laquelle son adversaire s'est exprimé cette nuit, particulièrement sur la dernière action.
"On ne peut pas laisser un joueur comme ça squatter la peinture tout le match. Sur cette action, j'ai choisi d'arriver en deuxième rideau pour l'empêcher de finir près du cercle. Il a lâché la balle et il s'est passé ce que l'on sait. C'est dur à encaisser mais c'est comme ça. Il a énormément scoré et nous a fait mal, du coup on s'est concentré sur lui et il en a profité".
Evidemment interrogé sur la performance de son joueur, Erik Spoelstra a  confirmé qu'il n'avait pas particulièrement demandé à LeBron de se mettre en "attack mode".
"LeBron est comme ça. Il fait ce qu'il faut pour l'équipe, que ce soit jouer les distributeurs ou prendre l'attaque à son compte comme ce soir. Il était infatigable, je lui ai même demandé s'il voulait souffler 40 secondes dans le 4e quart-temps, mais je connaissais la réponse".
Exigeant avec lui-même, LeBron James a quand même trouvé le moyen de formuler un regret malgré cette prestation sensationnelle : son lancer franc manqué à la dernière minute et qui l'a empêché de battre son record de points en playoffs sur un match. Dans les couloirs au moment de quitter la salle, on a même pu le voir mimer un pistolet et se le mettre près de la bouche après qu'un assistant l'ait chambré sur ce panier manqué.
"C'est la première fois que je suis déçu de moi-même après une victoire. Je déteste manquer des lancers francs ! Mais allez, ça reste une énorme victoire pour nous".
Pat Riley, à nouveau présent dans les travées du Barclays Center, se moque sans doute éperdument de ce raté sur la ligne. Le président du Heat sait comme tout le monde que LeBron a rapproché un peu plus Miami de retrouvailles très attendues avec Indiana en finale de Conférence. Regain de forme ou pas, on imagine mal les Pacers résister autant que l'année dernière si James est dans une forme aussi étincelante...
Afficher les commentaires (17)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest