Pourquoi Miami doit se renforcer pour garder LeBron James

Le Miami Heat devrait pouvoir compter sur LeBron James la saison prochaine. Mais tout de même, les Floridiens devront améliorer leur effectif pour s'assurer un retour du "King".

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Chaque jour qui passe rapproche LeBron James de sa décision. Chaque jour qui passe le rapproche du Miami Heat et l’éloigne des autres franchises. Si les Los Angeles Clippers ou les Houston Rockets ou n’importe quelle autre équipe ambitieuse souhaite enrôler le « King », il faudra passer rapidement à l’offensive. En effet, les chances de voir le meilleur joueur du monde porter un autre maillot que celui du Heat semblent vraiment minimes. Mais il y a une légère ouverture. Même si Miami est favori, la franchise floridienne doit elle aussi convaincre la star. Oui, quatre finales en quatre ans et deux titres NBA ne suffisent pas. Oui, LeBron est bien lancé pour être considéré comme l’un des quatre ou cinq meilleurs joueurs de tous les temps à la fin de sa carrière. Oui, il a besoin de gagner des titres supplémentaires. Comme l’explique Brian Windhorst, insider du Miami Heat pour ESPN, toute franchise intéressée par James a intérêt à lui présenter une opportunité de gagner dès la saison prochaine. Le Heat est toujours favori pour remporter le titre 2015 et, réciproquement, il est favori pour conserver LeBron James, comme nous l’avons déjà indiqué plus haut. Mais le groupe monté de toutes pièces par Pat Riley et coaché par Erik Spoelstra a montré certaines limites. Épuisés par un si long parcours (quatre finales de suite, etc), les Floridiens ont bu la tasse face aux San Antonio Spurs. Dwyane Wade arrive sur la pente descendante de sa glorieuse carrière. Chris Bosh a évolué mais on peut se demander s’il a vraiment les épaules pour assurer pleinement un rôle de seconde option. Les role player ont eux aussi affiché leurs limites lors des finales et la plupart ne sont plus assez frais pour repartir à la conquête d’une nouvelle bague. Miami a besoin de sang neuf. LeBron James a besoin de sang neuf. Le meilleur joueur du monde doit être épaulé par des joueurs d’impact susceptible de l’accompagner dans sa quête.

LeBron James, rancunier ?

Si jamais les dirigeants ne parviennent pas à renforcer l’effectif – Pat Riley a déjà prévu de le faire – LeBron ne leur fera pas de cadeau. Selon plusieurs sources rapportées par ESPN et CBS, il n’a que moyennement apprécié le fait que le propriétaire, Micky Arison, ne casse pas sa tirelire. Le milliardaire voulait ainsi s’éviter une Luxury Tax trop lourde à payer. Mike Miller a été amnistié. Il a prouvé ensuite qu’il avait encore du jus lors de son passage aux Memphis Grizzlies. Le Heat n’a pas recruté et s’est contenté de tenter deux paris : Greg Oden et Michael Beasley. Au minimum vétéran, évidemment. Aucun des deux n’a eu un impact au cours des playoffs. L’effectif du Heat n’était finalement qu’une version vieillissante – bien qu’extrêmement forte – de l’équipe sacrée championne la saison précédente. Difficile de réaliser un exploit aussi difficile que le triplé dans ces conditions. LeBron James peut signer le contrat qu’il souhaite. Toutes les franchises de la ligue détruiraient leur effectif en mille morceaux si jamais il donnait sa promesse de rejoindre l’équipe en question. Il peut signer pour le montant maximum n’importe où. Pourtant, il semble presque acquis que la superstar optera pour un salaire « réduit ». Par-là, comprenons simplement qu’il ne signera pas pour un montant aussi élevé que ce qu’il aurait pu et dû percevoir. Selon CBS, il n’acceptera une « paycut » venant du Heat qu’à une seule et unique condition : la promesse que l’effectif de Miami soit renforcé. Pourquoi « sacrifier » de l’argent sans jouer le titre ? Il est venu à Miami en acceptant un contrat moins onéreux justement pour remporter des bagues avec Chris Bosh et Dwyane Wade. Le dernier nommé était alors encore au sommet de sa carrière. Tant que LeBron jouera au Heat, les Floridiens seront candidats voire favoris pour le titre. Mais on l’a vu lors des dernières finales : avoir le meilleur joueur du monde ne suffit pas, il faut la meilleure équipe du monde. Et le Miami Heat ne peut plus revendiquer cette appellation honorifique. Plus pour l’instant en tout cas.
Afficher les commentaires (63)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest