Les Milwaukee Bucks, l’équipe la plus prometteuse de la NBA en 10 preuves

Après une superbe saison l’an dernier, voici en 10 preuves pourquoi les Milwaukee Bucks vont dominer la NBA dans les années à venir.

Damien Da SilvaPar Damien Da Silva | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Les Milwaukee Bucks, l’équipe la plus prometteuse de la NBA en 10 preuves

Une progression fulgurante

Il y a encore un an, les Milwaukee Bucks étaient l’une des pires équipes de la NBA avec le plus mauvais bilan de l’histoire de la franchise avec seulement 15 victoires et 67 défaites… Mais en l’espace de quelques mois, cette équipe a connu une progression tout simplement fulgurante ! Il faut savoir que les Bucks ont réussi l’exploit de doubler le total de victoires de l’équipe par rapport à l’exercice précédent avant même le All-Star Break, une performance tout simplement historique puisque aucune franchise ne l’avait jamais réalisé avant en NBA. C’est dire… Malgré une fin de saison plus difficile après le trade concernant Brandon Knight, les Bucks ont relevé la tête et sont parvenus à se qualifier pour les Playoffs au sein de la conférence Est (6e, 41 victoires-41 défaites), une énorme réussite pour l’un des groupes les plus jeunes et prometteurs de la NBA. Peu importe l’élimination dès le premier tour face aux Chicago Bulls (2-4), l’objectif de la franchise du Wisconsin n’est pas forcément de briller dès maintenant. Avec un projet ambitieux parfaitement délimité, des énormes talents et un staff de qualité, les Bucks ont vraiment la possibilité de devenir LA franchise du futur.

« Own The Futur »

Depuis l’an dernier, les Milwaukee Bucks ont une nouvelle devise « Own The Futur » et elle est particulièrement adaptée aux objectifs actuels de cette franchise. Depuis l’arrivée des nouveaux propriétaires, Wes Edens et Marc Lasry, à la tête de l’équipe il y a moins d’un an, les Bucks veulent retrouver le sommet de la NBA. Et les intentions des dirigeants sont clairement annoncées par le GM John Hammond.
« L’objectif pour nous, c’est de devenir une organisation capable de jouer le titre. »
C’est bien évidemment facile de tenir un tel discours, c’est l’objectif de toutes les équipes sur le long terme, mais les Bucks sont parvenus en l’espace de quelques mois à construire un véritable projet et il est désormais possible d’imaginer cette équipe remporter le trophée Larry O’Brien dans un avenir proche (les 5 prochaines années). Honnêtement, jamais une franchise n’a aussi bien porté sa devise.

Jabari Parker, une superstar en puissance

Après la belle saison des Milwaukee Bucks l’an dernier avec notamment une qualification en Playoffs, on pourrait presque oublier que cette équipe était privée de son meilleur joueur, Jabari Parker. Oui, le #2 pick de la draft 2014 était clairement le leader de cette formation pour sa première saison en NBA en tournant à 12,3 points, 5,5 rebonds, 1,7 passe décisive en 29 minutes de moyenne lors de ses 25 premiers matches en NBA. Malheureusement, l’ailier a été victime d’une déchirure des ligaments croisés du genou et a été obligé de déclarer forfait pour l’intégralité de la saison. Dur… Mais bonne nouvelle, Parker est actuellement sur le chemin du retour. Lors de la Summer League de Las Vegas, il était présent avec l’effectif des Bucks pour s’entraîner notamment en la présence de Jason Kidd. Même si le staff médical ne va pas prendre de risque concernant la santé de ce jeune prodige, son retour sera particulièrement attendu par les fans de la franchise du Wisconsin lors du prochain exercice. Sur le papier, Parker paraît être l’élément le plus talentueux de sa cuvée et sa progression aux Bucks risque d’être très intéressante à suivre.

Jason Kidd, un entraîneur de qualité

Avec son départ controversé des Brooklyn Nets pour les Milwaukee Bucks, alors que Larry Drew était encore en poste dans le Wisconsin, Jason Kidd traîne une sale image dans la Ligue. Et pourtant, son boulot est tout de même remarquable. L’ancien meneur avait réalisé une saison rookie intéressante à la tête des Brooklyn Nets et il a confirmé l’an dernier en menant les Bucks en Playoffs, un résultat inespéré en début de saison. Plutôt « old school » au sein d’un vestiaire jeune, Kidd est parvenu à imposer sa philosophie à Milwaukee. En 19 ans de carrière, il a connu de très grands coaches en NBA et il a décidé notamment de s’inspirer de Rick Carlisle en obligeant ses joueurs à passer des tests écrits sur les systèmes et l’histoire de la ligue avant les matches. Même si le succès des Bucks ne tient pas seulement à cette anecdote, c’est tout de même révélateur du style Jason Kidd. Et son expérience va assurément avoir un impact sur ses joueurs…

Michael Carter-Williams va devenir un « mini-Kidd »

Michael Carter-Williams devait incarner le futur des Philadelphia Sixers… Mais finalement le GM de la franchise, Sam Hinkie, a décidé de l’envoyer aux Milwaukee Bucks lors de la deadline des transferts en février dernier. Sans parler du projet vraiment bancal des 76ers, il est intéressant de voir débarquer MCW chez les Bucks. Pour récupérer le meneur, les dirigeants de Milwaukee se sont séparés de Brandon Knight, malgré une belle saison, le meneur/arrière était dans sa dernière année de contrat et il était donc susceptible de quitter l’équipe pour rien dans quelques mois. On peut donc dire qu’ils ont bien limité les dégâts. Sur le papier, Carter-Williams a vraiment le potentiel pour devenir un très bon meneur en NBA. Malgré un pourcentage de réussite aux tirs encore un peu faiblard, le jeune poste 1 peut tourner régulièrement en triple-double. De plus, sous les ordres de Jason Kidd, un meneur futur Hall Of Famer, ce gamin de 23 ans pourrait véritable passer un cap. Solide défensivement, il va se régaler offensivement en distribuant les caviars pour Jabari Parker, Greg Monroe ou encore Giannis Antetokounmpo. Aux Bucks, MCW a toutes les cartes en main pour franchir un palier et devenir l’un des très bons meneurs de cette ligue.

Giannis Antetokounmpo est un monstre

20 ans, 2m11, une envergure tout simplement monstrueuse et un potentiel illimité… on vous présente Giannis Antetokounmpo ! Le « Greek Freak » a lui aussi le talent pour devenir l’une des superstars de cette ligue, car il ne faut pas oublier que sa progression est énorme depuis son arrivée en NBA en 2013. L’an dernier, il a quasiment doublé ses statistiques avec 12,7 points, 6,7 rebonds et 2,6 passes décisives de moyenne et on est prêt à parier qu’il va encore s’améliorer l’année prochaine… [html] [/html] Déterminé à jouer sous les couleurs des Milwaukee Bucks pour le restant de sa carrière, Antetokounmpo a fait le buzz récemment avec une photo de lui lors de la Summer League à Las Vegas. Outre la taille gigantesque de ses mains, c’est surtout la masse musculaire prise par le jeune ailier lors de l’intersaison qui a impressionné le monde de la NBA. Puis le « Greek Freak », c’est aussi ça... [html][/html]

Greg Monroe, la star de l’intersaison

Signer à Milwaukee, ce n’est pas le rêve de beaucoup de joueurs. Cette franchise ne fait clairement pas rêver et ne dispose pas de l’aura des Los Angeles Lakers ou encore des New York Knicks. Et pourtant, lors de la dernière Free Agency, Greg Monroe a mis un véritable vent à ces deux équipes mythiques (et pour les fans des Lakers et les Knicks, les deux équipes ont également proposé un contrat max à Monroe, seulement le joueur préférait vraiment les Bucks) pour rejoindre les Milwaukee Bucks pour 60 millions de dollars sur 3 ans. Même si Greg Monroe n’est pas encore une star dans cette ligue après des années dans l’ombre à Detroit, il reste un jeune intérieur capable de tourner en double-double de moyenne (15,9 points et 10,2 rebonds de moyenne l’an dernier). En tout cas, il va être l’un des patrons des jeunes Bucks et il pourrait être la pièce manquante pour la progression de cette équipe.
« Je ne dis pas que je vais être le sauveur, mais j'ai vu cette équipe jouer, ils ont réalisé de belles choses, même en playoffs, alors que Jabari Parker était blessé. Donc quand il va revenir, je sais que je vais pouvoir aider. Je ne dirais pas que je suis LE gars, mais j'ai l'impression que je peux aider cette franchise à aller dans la bonne direction », a confié Greg Monroe à ESPN.
Sur le papier, si la mayonnaise prend entre les différents éléments prometteurs des Milwaukee Bucks, Greg Monroe pourrait également prendre une nouvelle dimension et devenir un très joli coup pour la formation dirigée par Jason Kidd.

L’effectif est très sexy

Michael Carter-Williams, 23 ans. Khris Middleton, 23 ans. Jabari Parker, 20 ans. Giannis Antetokounmpo, 20 ans. John Henson, 24 ans. Greg Monroe, 25 ans. Voici 6 joueurs qui devraient faire le bonheur des Milwaukee Bucks pendant de nombreuses années et qui disposent d’un potentiel très important. Sur le papier, le 5 des Bucks est vraiment très très sexy pour l’an prochain. Les hommes de Jason Kidd étaient déjà très agréables à regarder jouer la saison dernière et ça devrait être encore le cas lors de l’exercice 2015-2016. Puis c’est sans parler de Damien Inglis, Tyler Ennis, Rashad Vaughn ou encore Miles Plumlee pour les jeunes espoirs. Et pour encadrer le tout, les Bucks pourront également compter sur des joueurs expérimentés comme OJ Mayo, Greivis Vasquez et Jerryd Bayless. Sexy, c’est le mot.

Le projet de la nouvelle salle a été validé

Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais ce projet de salle était très important pour l’avenir des Milwaukee Bucks. Sans la validation de ce projet, les Bucks auraient sûrement déménagé et le plan de reconstruction de cette équipe porté par Wes Edens et Marc Lasry serait tombé à l’eau. En effet, il faut savoir que les deux nouveaux propriétaires des Bucks s’étaient engagés à construire une nouvelle salle afin de maintenir l’équipe à Milwaukee. Et si cet engagement n’était pas respecté dans les années à venir, Adam Silver avait la possibilité de forcer la vente de la formation pour l’envoyer par la suite à Las Vegas ou à Seattle. Mais bonne nouvelle pour les fans des Milwaukee Bucks, les sénateurs du Wisconsin ont récemment approuvé la subvention à hauteur de 250 millions de dollars afin de construire la nouvelle salle de la franchise. Une nouvelle arena qui coûtera au total 500 millions de dollars, les 250 autres millions étant à la charge du nouveau propriétaire et de l'ancien propriétaire de l'équipe. C’est une bonne chose car le projet d’Edens et Lasry va pouvoir s’inscrire sur le long terme.

L’année de la confirmation

Même si l’effectif est prometteur, même si Jason Kidd a fait du très bon boulot, les Milwaukee Bucks n’avaient pas vraiment de pression l’an dernier et ils ont été la véritable équipe surprise de la saison. Mais lors de l’exercice 2015-2016, les choses seront totalement différentes ! Avec un recrutement ambitieux et des jeunes talents en progression, les Bucks sont désormais attendus dans le Top 8 de la conférence Est et vont devoir revenir en Playoffs pour la deuxième année consécutive. C’est un gros défi pour ce jeune groupe.
« Nous allons tenter de passer d’être bon… à être bon. Je pense que l’année dernière, nous étions une surprise, nous n’étions pas attendus à ce niveau. Maintenant, nous devons être bons et progresser petit à petit. Il va falloir devenir constant, essentiellement avec nos jeunes pour construire à partir de cette base », a analysé Hammond pour le Washington Post.
Faire mieux qu’une 6e place au sein de la conférence Est et un bilan de 41 victoires - 41 défaites, voici le challenge des Milwaukee Bucks cette année !

Bonus : parce que Mallory Edens

La fille du proprio, aucun commentaire… [html] [/html]
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest