Quand Kevin Durant signait chez Les Petits Poucets des Warriors

Kevin Durant continue d’essayer de nous convaincre qu’il ne s’est pas facilité la tâche en signant aux Golden State Warriors.

Julia BeaugerPar Julia Beauger | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article
Quand Kevin Durant signait chez Les Petits Poucets des Warriors

Kevin Durant est un grand athlète, avec des capacités d’habiletés hors-normes pour un joueur de sa taille. Invité du podcast Million Dollaz Worth of Game, il s’est livré à un numéro d’équilibriste de haute volée au moment de parler de sa signature avec les Golden State Warriors en 2016.

Comme LeBron James avec le Heat, KD a choqué pas mal de monde en quittant le Thunder pour rejoindre des Warriors qui venaient de remporter 73 matches. Sans surprise, il avait été accusé de choisir la facilité pour glaner une bague. Le genre de critiques que ces guerriers féroces ont du mal à accepter. Pas évident de concilier la volonté de gagner des titres le plus vite possible et l’image de compétiteur qui refuse de prendre des raccourcis.

C’est sans doute pour cette raison qu’il a légèrement dit tout et son contraire sur le sujet.

Il a d’abord rappelé le kiff qu’il a pris lors des playoffs 2012 où il a atteint ses premières Finales NBA, avec le Oklahoma City Thunder :

« Je me suis dit ‘J’ai besoin de vivre cette expérience à nouveau. Je me fiche avec qui c’est. Je veux des gars qui en ont besoin aussi. J’ai juste besoin de le vivre à nouveau.’ Parce que je me sentais plus vivant. J’avais le sentiment que c’était ce pourquoi j’étais sur Terre. (…)

J’ai vu que c’était une grande équipe qui veut gagner, avec un environnement fun, une ville géniale. Oakland est comme DC (d’où KD vient). »

Encore une star NBA qui trouve que Kevin Durant est le plus dur à défendre

Donc c’est une ville sympa, avec une équipe qui peut gagner. Mais dans la foulée, Kevin Durant a trouvé le moyen de les présenter comme des underdogs.

« L’organisation n’a jamais été une organisation qui gagne. Quand j’étais dans la ligue, personne n’aimait Golden State. Donc, ça me donnait l’impression qu’ils étaient toujours un underdog. Parce que je regarde la totalité de la franchise. Je ne regarde pas ce qui s’est passé ces cinq dernières années », a expliqué Kevin Durant, oubliant volontairement que ces cinq dernières années étaient justement les plus importantes…

« Ils n’ont jamais été des vainqueurs sur la durée - depuis les années 50. Donc je me suis dit ‘Damnn, c’est une franchise d’underdog, ça ressemble à là où je devrais être.’ Ce n’est pas L.A. Ce n’est pas New York. Et ils vont me donner cette opportunité de vivre cette expérience que je veux vire, genre ‘On peut faire ce run où t’essaies de gagner 16 matches.’ Je voulais ressentir ça à nouveau. »

Pour résumer, Kevin Durant a signé aux Golden State Warriors parce qu’ils étaient suffisamment talentueux pour aller loin en playoffs. Mais aussi parce que c’était des underdogs.

Alors certes, en 1995 et 2012, les Warriors n’ont atteint les playoffs qu’une fois. Mais après…

Bref, KD essaie de nous convaincre qu’il n’a pas choisi la solution de facilité en allant aux Golden State Warriors. Et sa tâche s’annonce rude. On a tous vu le groupe qui a gagné en 2015. Qui a remporté 73 matches en 2016. Pas vraiment le genre de groupe qui a une tronche d’outsider quand on lui rajoute le meilleur attaquant du monde.

Vivement qu’il nous explique que les Brooklyn Nets sont un peu limités offensivement.

Le beef entre Kevin Durant et Draymond Green enfin expliqué !

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest