Russ ce taré : un record intouchable égalé, un contre clutch et… un respect éternel

Russ ce taré : un record intouchable égalé, un contre clutch et… un respect éternel

Il l'a fait. Russell Westbrook s'est porté à hauteur du légendaire record de triple-double d'Oscar Robertson. Et bon sang, il l'a fait avec la manière !

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Russell Westbrook ne rejouera peut-être plus jamais de Finales NBA. Peut-être continuera-t-il à se battre comme un lion, sans le moindre calcul, jusqu'à la fin de sa carrière, pour finir comme ces légendes sans bague, ni couronne. Qu'importe. Dans l'imaginaire collectif, que ce soit dans 10, 20 ou 30 ans, il restera comme l'homme qui a égalé (et bientôt battu) l'une des marques les plus intouchables de la NBA.

Il y a bien évidemment les records sur un match, que Wilt Chamberlain (100 points ou 55 rebonds) ou Scott Skiles (30 matches) ont rendu difficiles d'accès. Mais c'est un record sur la durée d'une carrière dont Westbrook est désormais le co-détenteur. Celui du nombre de triple-doubles, jusqu'ici propriété de l'extraterrestre qu'était Oscar Robertson. Il semblait déjà fou que quelqu'un parvienne, comme Big O, à boucler une saison en triple-double de moyenne. Russell Westbrook l'a fait. Plusieurs fois. Mais de là à atteindre cette fameuse marque de 181 triples-doubles sur l'ensemble d'une carrière ?

Le plus beau, c'est sans doute que Russ y soit parvenu dans un match important. L'ancienne star d'OKC n'est pas dans une configuration de fin de saison tranquille où il peut compiler les points, les passes et les rebonds sans conséquences sur le classement. Washington fait tout pour disputer le play-in tournament après un démarrage catastrophique et les performances historiques de Westbrook contribuent à la cause.

CQFR : Westbrook dans la légende, Curry entretient la sienne

Samedi, il ne s'est pas contenté d'égaler le record de Robertson. Il l'a fait dans une partie achevée en prolongation face à Indiana, où ses deux lancers francs à 20 secondes de la fin ont fait viré les Wizards en tête. Les Pacers avaient encore une balle de match à jouer, mais Russell Westbrook est venu briser les espoirs de Caris LeVert en contrant son shoot sans ménagement.

Bilan de la copie rendue : 33 points, 19 rebonds et 15 passes, avec une clutch attitude de tous les instants.

Au passage, puisque Russ aime dépoussiérer les perfs des joueurs cultes du passé, il est aussi devenu le premier joueur à compiler autant de points, de rebonds et de passes sur un match depuis... Wilt Chamberlain, qui s'était fendu d'un 35-24-15 en février 1968.

Si le passage à un jeu plus offensif et un supposé affaissement du niveau global de la ligue venaient à être utilisés comme arguments pour minimiser la performance, il suffirait de répondre que malgré ça, Russell Westbrook est le seul à l'avoir fait parmi ses congénères.

"C'est l'un des meilleurs joueurs de basket de tous les temps", a lâché un Bradley Beal admiratif à la fin de la rencontre.

L'un des "meilleurs", on ne sait pas. L'un des plus originaux, intenses et inoubliables au sein de cette génération, c'est absolument indéniable. Avec cette marque égalée, et probablement battue sur l'un des derniers matches de la saison, Russell Westbrook a clairement cimenté sa place au Hall of Fame dans quelques années. Avec un peu de chance, on se souviendra d'abord de lui comme du roi des triple-doubles et comme un compétiteur des plus féroces. Plus que comme l'un des membres phares d'une équipe d'OKC à laquelle une dynastie était promise et qui a tout gâché.

« Russell Westbrook, le deuxième meilleur meneur de tous les temps »

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest