7 règles d’or pour gagner en Fantasy League NBA

7 règles d’or pour gagner en Fantasy League NBA

Voilà quelques conseils pour prendre une Fantasy League NBA par le bon bout et mettre la misère à vos potes.

BrickoPar Bricko | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Blog

Si comme nous vous vous êtes lancés dans une Fantasy League ou que vous prévoyez de le faire, rien de mieux que de ne pas partir dans l'inconnu. Bricko, membre éminent de la Fantasysphère - dont vous pouvez retrouver les conseils sur @BrickoFantasy - vous donne quelques clés rapides pour dévaliser vos potes et/ou adversaires.

1- Comprenez le jeu

Apprenez les règles de votre ligue par coeur comme un vieux couplet d’Eminem. Votre ligue est-elle points ou catégories ? Head to head ou rôtisserie ? Un Andre Drummond peut être Top 10 ou Top 50 selon le format. Chaque point de règlement peut vous donner un avantage concurrentiel.

2- Devenez un nerd

Quel nouveau coach aime jouer vite ? Qui est le 3e PG des Kings ? Lisez @Rotoworld_BK tous les matins, écoutez religieusement les podcasts de @redrock_bball et @MikeSGallagher. Avec un peu de chance, il vous restera quelques minutes pour votre taf et votre femme.

3- Soyez plus réactifs que James Harden en défense

Chaque seconde compte. Comment on chope le Devonte Graham que personne n'a drafté et qui te fait gagner la saison ? En activant les notifs de @wojespn, en ayant l’application ESPN installée sur le tél et en sachant à tout moment quel est votre premier joueur à couper en cas de besoin.

Fantasy League BS - Episode 1 : Bienvenue aux Hunger Games !

4- Devenez insomniaque

Le sommeil est le cousin de la mort. En France, on est comme des connards à devoir suivre les matches NBA entre 1h et 6h du mat. Et c'est parfois le moment où il faut recruter. Laissez toujours le tél à porter de main et apprenez à dormir par petits bouts comme les marins.

5- Connaissez votre équipe comme votre poche

Apprenez à connaître chaque membre de votre équipe par leur nom comme le Wu Tang. A tout moment, vous devez savoir les forces et faiblesses de votre team. Et si en fin de saison, il vous manque des contres, votre troisième meneur, il prend son veston et il s’en va, comme disait Oxmo.

6- Trust the process

Ca va paraître contradictoire… mais parfois les meilleures décisions sont celles qui ne sont pas prises. La saison, c’est un marathon, pas un sprint. Pas la peine de couper Kelly Oubre parce qu’il n'a pas mis un layup en 3 matches. PATIENCE.

7- Faites du business

Devenez Di Caprio dans le Loup de Wall Street. Foirer sa draft n’est pas rédhibitoire. Si vous savez vendre un mec qui a 2 mains gauches comme 2 fois plus fort qu’un gaucher, le titre est toujours possible. Les vrais loups peuvent distinguer coup de chaud et palier franchi.

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest