Alex Caruso, plus qu’une mascotte, une vraie arme pour le titre

Alex Caruso, plus qu’une mascotte, une vraie arme pour le titre

Alex Caruso a pesé lourd contre Houston. Mieux : il semble pouvoir être un facteur X pour le derby de L.A. qui se profile en finale de conf'.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Alex Caruso a déclaré forfait pour le mariage de sa propre soeur afin d'être avec les Los Angeles Lakers dans la bulle. A partir de ce moment-là, il fallait se douter qu'il n'était pas venu en Floride pour beurrer des sandwiches.

Le divin dégarni est un membre essentiel de la rotation de Frank Vogel du côté de Disney World et il l'a rappelé la nuit dernière dans le game 4 contre les Houston Rockets. Outre ses 16 points et sa copie bien remplie (3 rebonds, 2 passes, 2 contres et une interception) lors de la victoire des siens, Caruso a été décisif et a encore prouvé qu'il n'était pas qu'une mascotte.

L'arrière de 26 ans, affectueusement surnommé le GOAT par quelques uns de ses camarades, LeBron en tête, n'a pas tremblé pour plier l'affaire sur un shoot à 3 points dans le corner à 35 secondes de la fin sur une passe du King.

Avant ça, Alex Caruso avait aussi proposé une activité défensive qui a clairement incité Vogel a lui offrir son plus gros temps de jeu depuis le début des playoffs. Sa défense en transition pour empêcher James Harden ou Russell Westbrook de trouver le confort et sa faculté à ne jamais lâcher son vis à vis dans les duels d'homme à homme a offert de belles opportunités de contres et d'interceptions à ses partenaires.

On savait Caruso intense, énergique et déterminé, mais pas forcément capable de telles inspirations de ce côté-là du terrain.

Si les Lakers se sont rapprochés de la qualification, c'est justement grâce à ce regain de concentration défensive face à l'une des armadas offensives les plus compliquées à limiter de toute la ligue.

"On a essayé de faire avec Harden et Westbrook ce qu'on a fait avec Damian Lillard. Les Blazers jouent plus le pick and roll et les Rockets l'isolation, mais ce sont des joueurs que tu dois sortir de leur zone de confort, sinon tu es à leur merci. Ils sont comme LeBron et AD, ils peuvent te mettre 40 ou 50 points", a expliqué Alex Caruso.

Alex Caruso

Evidemment, les médias autorisés à l'interroger avaient davantage envie de l'entendre parler de son tir important dans le 4e quart-temps. Sa réponse à la question : 'est-ce que c'est le plus gros shoot de ta vie ?', est assez magique.

"Non. Quand j'étais en AAU, j'ai marqué un game winner depuis ma propre ligne de lancers francs. C'était un shoot bien plus compliqué que celui-là".

Après un petit silence, Caruso a quand même expliqué qu'il plaisantait et qu'il devait cette belle réussite à la confiance que lui donnent ses partenaires, LeBron James en particulier. Depuis le moment où les Lakers ont commencé à le sortir de G-League pour lui offrir des minutes en NBA, LeBron admire son camarade. Il l'a répété après le match.

"Maintenant que AC a du temps de jeu dans des matches aussi significatifs et importants que ceux-là, sa confiance grandit. On sait qu'on peut compter sur lui. Il fait très peu d'erreurs et joue un basket de gagnant. Il est comme ça.

Il était sur le terrain dans le money time et je n'ai pas hésité une seconde à lui faire la passe quand j'ai vu qu'il avait un peu d'espace. Il a brillé et il a marqué".

Cette capacité à peser des deux côtés du terrain est intéressante à l'instant "t", bien entendu. Mais c'est aussi et surtout en prévision de la suite que cet apport peut s'avérer déterminant. Sur le papier, les Clippers, probable adversaire de Lakers en finale de Conférence, ont un effectif plus profond et surtout mieux armé défensivement. Si Alex Caruso peut jouer tous les soirs 25 à 30 minutes de cette qualité, en attaque et en défense, le rapport de force sera nettement plus équilibré.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest