111 IND
85 OKC
98 PHI
97 CLE
117 MIA
108 DET
120 CHI
102 NYK
115 PHO
123 LAL
119 UTA
114 BKN
121 DEN
125 ATL
107 SAC
99 POR

Andrew Wiggins, des étincelles d’une superstar…

BasketSessionPar BasketSession Publié

En NBA, Andrew Wiggins a surtout brillé par son irrégularité et sa nonchalance. Et pourtant, le Canadien reste capable de grandes performances.

Avec Andrew Wiggins, il est toujours difficile de s'enflammer. Choisi au #1 pick de la Draft NBA en 2014, l'ailier a toujours été considéré comme un immense talent. Très attendu pour ses débuts dans la Ligue, le Canadien a probablement souffert de cette pression. Ainsi, malgré de grands coups d'éclats, son début de carrière a été globalement décevant. Décevant par rapport à son potentiel immense. Trop souvent, le jeune talent des Minnesota Timberwolves a été irrégulier et nonchalant. C'est simple, après ses 5 premières saisons en NBA, on a simplement l'impression d'assister à un véritable gâchis. Au point où certaines rumeurs annonçaient que les Wolves cherchaient à l'échanger l'été dernier. Mais en raison de son contrat XXL, Wiggins n'a finalement pas bougé...

Et sur ce début de saison, Minnesota ne doit pas regretter ce dénouement. Comme à son habitude, le joueur de 24 ans a gardé une certaine inconstance dans les contenus de ses matches. Pendant 20 minutes, il est capable de réaliser une copie très brouillonne, avant de connaître un coup de chaud exceptionnel. Mais dans un rôle de lieutenant de Karl-Anthony Towns, il s'impose tout de même comme une valeur sûre. Et surtout, le natif de Thornhill parvient à se monter décisif. En sortant son équipe de situation difficile.

Andrew Wiggins, clutch et époustouflant contre les Warriors

Cette nuit, Wiggins a ainsi été exceptionnel face aux Golden State Warriors (125-119 a.p.) pour permettre la victoire de son équipe. En réponse au show de D'Angelo Russell (52 points), l'ailier a compilé 40 points, 7 passes décisives, 5 rebonds et 3 contres en 45 minutes. De belles statistiques bien évidemment. Mais elles ne résument pourtant pas assez son impact sur ce match. Car pendant que Towns était en difficulté à cause de ses fautes, le Canadien a assumé le rôle de leader. Il a pris les choses en mains. Et de quelle manière ! Tout d'abord, il a permis aux Wolves d'arracher la prolongation sur un drive conclu en puissance. Puis il a scellé le succès des siens avec un panier primé décisif à 23 secondes du terme de la partie.

"Nous avions besoin de l'intégralité de ses 40 points et de ses 45 minutes sur le parquet pour gagner. Je trouve qu'il a fait un super boulot pour faire des différences, mais aussi créer pour ses partenaires. Sur l'ensemble du match, il a quasiment joué dans un rôle de meneur. Nous avons parlé avec lui de ce rôle. Et il a répondu présent", a apprécié son coach Ryan Saunders devant les médias.

Contrairement à ses premières années en NBA, Wiggins semble gagner en constance. Encore une fois, pas forcément dans le contenu au sein même d'un match. Mais au moins, sur ce début de saison, il a toujours contribué pour son équipe. Son apport est plus régulier, ses coups d'éclats aussi. Dans les secondes périodes des rencontres, il paraît plus concentré, plus actif pour faire basculer les matches en faveur de son équipe. Pour l'instant - l'échantillon reste faible -, Wiggins n'a par exemple pas bouclé une seule partie sous les 15 points et affiche ses meilleures statistiques dans tous les domaines.

Le perpétuel espoir d'une superstar

De quoi envisager une vraie progression pour lui ? Alors que sa carrière n'a pas vraiment décollé, Wiggins suscite toujours autant d'attentes à Minnesota. Il y a surtout un espoir constant en lui. Tous les ans, l'histoire se répète d'ailleurs. En début de saison, on se dit qu'il peut peut-être enfin passer un cap. Enfin devenir la superstar attendue. Pour l'instant, Towns assume ce statut chez les Wolves. La nuit dernière, l'ex-joueur éphémère des Cleveland Cavaliers a démontré qu'il avait aussi les épaules pour cela. Cependant, peut-il le faire sur le long terme ? Est-ce simplement une performance isolée comme par le passé ?

"Nous avons vu Wiggins faire ce que nous avons imaginé de lui et ce que nous pensons qu'il peut devenir. Il est tellement bon, des gens positifs le poussent et croient en lui. Et c'est contagieux. Et il a assumé par rapport aux gens qui croient en lui. Il va sur le parquet, il croit en lui et vous voyez le résultat. Sur les derniers matches, il a été en feu. Nous croyons en lui. Le staff croit en lui. L'organisation croit en lui. Et maintenant, ça commence à se voir et il commence à le ressentir", a assuré Robert Covington.

"Il est vraiment très talentueux et bosse extrêmement dur, contrairement à ce que les gens pensent. Je suis vraiment heureux de voir que ça s'améliore pour lui. Il joue avec plus de confiance, plus de liberté, et nous permet de gagner des matches. C'est super à regarder", a même noté Josh Okogie.

Loin d'être épanoui sous les ordres de Tom Thibodeau, Andrew Wiggins semble s'éclater avec Saunders. Et surtout, les Wolves continuent de croire en lui, en son talent, en son potentiel. Ils continuent de l'imaginer en superstar. Et à force, la méthode Coué pourrait bien finir par porter ses fruits.