Bucks-Sixers, ça ferait une superbe finale à l’Est

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Les Bucks de Giannis Antetokounmpo et les Sixers de Joel Embiid se sont livrés un superbe duel cette nuit. Avant-goût des finales à l'Est ?

Déjà en 2001, Philadelphia, Toronto et Milwaukee s’affrontaient pour le même rêve : sortir vainqueur de la Conférence Est et affronter l’ogre de l’Ouest. Les Lakers de Shaquille O’Neal et Kobe Bryant à l’époque. Les Warriors de Kevin Durant et Stephen Curry aujourd’hui. Là où les Raptors avaient leur Vince Carter, ils ont maintenant Kawhi Leonard. Les Bucks se reposaient sur un trio magique constitué par Ray Allen, Sam Cassell et Glenn Robinson. Tandis que les Sixers étaient emmenés par le génial Allen Iverson, MVP cette saison-là. Philly avait éliminé Toronto en sept manches avant de défier Milwaukee en finales à l’Est. Cela pourrait bien être la même affiche d’ici quelques mois.

Sauf que le MVP, il est dans le Wisconsin. Giannis Antetokounmpo est le nouveau King de la Conférence Est. Et le « Big Three » qu’il risque de devoir affronter au dernier round de sa Conférence, c’est celui formé par Joel Embiid, Ben Simmons et Jimmy Butler. On a déjà eu un avant-goût de ce que cette série pourrait donner lors du choc entre les deux équipes cette nuit. Et quel match ! Une vraie rencontre au sommet et une affiche qui a tenu toutes ses promesses.

Philly a fini par l’emporter (130-125) au cours d’un duel où Embiid (40 pts, 15 rbds) et Antetokounmpo (52 pts, 16 rbds et 7 pds) ont fait exploser les compteurs. C’est le premier argument en faveur de leurs retrouvailles en finales de Conférence : il y a plein de supers bons joueurs des deux côtés. Mieux encore, leurs cadres n’hésitent pas à se rentrer dedans. Dans la presse ou sur le terrain. Giannis a ainsi été le premier à dégainer pour fusiller Simmons.

« Je préfère que Ben défende sur moi plutôt que Joel. Quand Joel défend sur moi toute la soirée, ça paraît beaucoup plus simple quand il y a un switch et que je me retrouve soudainement avec Ben ou Jimmy sur le dos. »

Les bons défenseurs que sont Butler et Simmons apprécieront. Sauf que ce n’est pas que du blabla. Antetokounmpo a lié les actes à la parole sur le terrain. Il a dunké férocement sur l’Australien des Sixers et il l’a chambré derrière, plein de hargne.

« C’est un bébé. C’est juste un bébé », hurlait le héros des Bucks.

Quelques instants plus tard, Simmons lui rendait la pareille. Ces gars sont des jeunes compétiteurs. Ils ont tous moins de 25 ans et ils sont déjà les nouveaux patrons de la Conférence. Ce serait assez excitant de les voir se déchirer pour le trône devant des millions de téléspectateurs. Surtout que Milwaukee comme Philadelphia ont aussi de très bons joueurs de devoir (et même plus que ça) à leur côté. Des J.J. Redick, Khris Middleton, Eric Bledsoe, Tobias Harris, Brook Lopez ou Malcolm Brogdon, dont l’absence va d’ailleurs peser pour les Bucks (il est indisponible six à huit semaines).

Ce sont aussi deux formations bien coachées. Ce qui promet une lutte intense, indécise et engagée en playoffs. Mais en réalité, on pourrait dire la même chose au sujet des quatre ténors de cette Conférence Est devenue soudainement attrayante avec le départ de LeBron James. Les Raptors ont aussi plusieurs stars et un effectif ultra-costaud. Les Celtics sont chargés en talents. Ces playoffs vont être dingues.