Les Cleveland Cavaliers, un bordel complet

Les Cleveland Cavaliers sont au bord de l'implosion. Entre les brouilles internes, l'attitude nauséabonde de certains joueurs et les mauvais choix des dirigeants, la franchise part en cacahuètes.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Les Cleveland Cavaliers, un bordel complet
Les années passent mais peu de choses évoluent à Cleveland depuis le départ de LeBron James. Censé ramener les Cavaliers parmi les meilleures équipes de la Conférence Est, Kyrie Irving commence à subir les critiques des observateurs. Mike Brown est également pointé du doigt tout comme Dion Waiters. Surtout, le vestiaire des Cleveland Cavaliers est dans une telle pagaille qu’il est difficile d’envisager autre chose qu’une saison décevante dans l’Ohio. Malgré les éternels démentis de la franchise, plusieurs observateurs ont souligné les querelles internes entre certains joueurs. L’attitude de certains membres du groupe a été vivement critiquée par le manager général Chris Grant mais aussi par les joueurs sous couvert d’anonymat. Exemples.
« C’est vraiment le bordel dans le vestiaire », rapporte un joueur des Cleveland Cavaliers à Jason Lloyd de l’Akron Beacon Journal. « On nous donne beaucoup trop de messages différents », souligne un autre en faisant référence aux mésententes entre Mike Brown et ses assistants.
Mike Brown a sept assistants différents. Les joueurs racontent que les consignes sont différentes d’un coach à l’autre… pas évident de s’entraîner dans ces conditions.
[superquote pos="d"]"On dirait que Kyrie Irving s'en fout"[/superquote]« Avec Byron (Scott, le coach l’an passé) on perdait mais au moins on prenait du plaisir », raconte un autre.
L’entente entre les joueurs est loin d’être saine. Kyrie Irving et Dion Waiters – qui ne s’entendent pas – sont les cibles principales des critiques.  Le meneur All-Star est censé être le chef de file de l’équipe mais on lui reproche son manque d’implication. Des dirigeants – encore et toujours sous couvert d’anonymat donc à prendre avec des pincettes mais tout de même – ont laissé entendre qu’Irving « boudait ». ESPN a ensuite rapporté qu'il aurait l’intention de quitter Cleveland. Une rumeur démentie par la suite.
« On dirait qu’il s’en fout », balance un joueur des Cleveland Cavaliers au sujet de Kyrie Irving.
En début de saison, la réunion de crise tenue par les joueurs et le staff en présence de Chris Grant a dégénéré. Dion Waiters et Tristan Thompson auraient été proches de se battre. Le jeune arrière s’en est pris à Irving et Thompson, accusés de jouer « entre potes ». Vous remarquerez peut-être, si vous avez le courage de regarder un match des Cavaliers, qu’Irving et Waiters se passent rarement la balle et que ce dernier a donc tendance à prendre un nombre incroyable de tirs casse-croûte dès qu’il touche enfin la gonfle. Selon le New York Daily News, Waiters a été viré d’un entraînement récemment.
« C’est Dion, il est comme ça depuis qu’il est arrivé ici. Il pense que ce n’est jamais de sa faute », témoigne un joueur.
Malgré cette attitude négative, Dion Waiters a eu un temps de jeu conséquent le lendemain de son exclusion de l’entraînement. Le staff n’envoie donc pas toujours le bon message aux autres joueurs du groupe. Un traitement de faveur envers certains que… Waiters avait lui-même dénoncé en novembre dernier. Ainsi, Kyrie Irving pourrait se la couler douce en défense et forcer des tirs sans jamais être placé sur le banc. A priori, ce dernier sera même l’heureux titulaire d’un contrat maximum à l’automne prochain. Pas le bon message, again. En réalité, les Cavaliers n'ont aucun vétéran (Jarrett Jack semble moins motivé depuis son arrivée à Cleveland, Anderson Varejao n'est pas une voix forte dans le vestiaire) capable de canaliser les jeunes joueurs et de montrer l'exemple, quitte à remettre Irving en place. La franchise a certes mis la main sur Luol Deng mais ce dernier en a déjà marre.

Les Cleveland Cavaliers, le cauchemar du free agent

[caption id="attachment_129013" align="alignright" width="300"] Depuis son arrivée, Luol Deng hallucine devant le manque de cohésion du groupe[/caption] Les Cavaliers sont en train de se tailler une très mauvaise réputation au sein de la ligue. La franchise est un bordel complet, des dirigeants aux joueurs en passant par le staff. Luol Deng, arrivé des Chicago Bulls, déguste. D’abord discret, le Sud-Soudanais hallucine devant le manque de cohésion du groupe. S’il reste diplomate, il commence à émettre certains critiques.
« Nous ne sommes pas soudés. Nous sommes une équipe jeune mais on n’arrive pas encore à se tirer les uns les autres vers le haut. »   « A Chicago, Joakim et moi nous n’étions pas si gentil l’un envers l’autre à l’entraînement. Si l’un d’entre nous ne se donnait pas à fond, on lui faisait remarquer. Pareil avec Derrick. On savait le rappeler à l’ordre lorsqu’il ne défendait pas », a également déclaré Luol Deng dans une pique à peine masquée envers Kyrie Irving.
L’ailier All-Star préfère rester neutre et on le comprend. Deng n’a jamais été le genre de joueur à dézinguer tout le monde dans la presse. Il est connu pour sa loyauté. Mais un de ses proches n’y est pas allé de main morte avec le mode de fonctionnement des Cleveland Cavaliers.
« Le staff n’aurait jamais laissé passer une telle attitude (de certains joueurs) à Chicago. C’est le bordel. »
Il n’y a que très, très, très peu de chances que Luol Deng accepte de resigner dans l’Ohio dans de telles conditions. D’ailleurs, quel joueur souhaiterait rejoindre Cleveland à l’heure actuelle ? Ce n’est pas forcément le meilleur exemple, mais même Andrew Bynum a tout fait pour se barrer et le voici prêt à accepter un rôle de remplaçant aux Pacers (et vous verrez qu’il va se plier aux consignes) ! Cleveland est un petit marché. Il est très difficile pour les Cavaliers d’attirer une superstar. Mais là, il risque d’être très difficile d’attirer un bon joueur tout court.

Remaniement en vue ?

La franchise n’a plus connu les playoffs depuis 2010 et le départ du « King ». Dan Gilbert, le proprio, avait pourtant promis aux fans a) que Cleveland gagnerait le titre avant LeBron James, b) que les Cavaliers disputeraient les playoffs en 2014. La saison n’est pas encore finie mais les hommes de Mike Brown ne sont même pas dans les huit premiers du classement malgré la nullité affligeante de la Conférence Est. Que ce soit dans le staff, dans l’équipe dirigeante ou dans l’effectif, on peut s’attendre à un grand chambardement, histoire de remettre de l’ordre… une fois de plus. Kyrie Irving est intransférable, Tristan Thompson l’est probablement également (sauf offre très intéressante). En revanche, il ne serait pas étonnant que Dion Waiters soit une nouvelle fois placé sur la liste des transferts. Les Cavaliers ont désormais deux semaines pour trouver un nouveau trade capable d’améliorer l’équipe et d’apporter un peu de stabilité à un vestiaire au bord de l’implosion. Ce n’est pas gagné.
Afficher les commentaires (20)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest