Darko Milicic, l’incroyable récit du plus gros bust des années 2000

BasketSessionPar BasketSession Publié

L'article d'ESPN sur Darko Milicic est une mine d'or à anecdotes sur la carrière et l'après-carrière du n°2 de la légendaire Draft 2003.

On en apprend de belles dans le papier d'ESPN sur Darko Milicic, le n°2 de la légendaire Draft 2003 où figurent LeBron James, Carmelo Anthony, Chris Bosh et Dwyane Wade. Voici les plus sidérantes informations que l'on retire de cet article sur l'un des plus gros busts de l'histoire de la NBA, bien qu'il ait été sacré champion avec les Pistons en 2004.

- Ses stats en carrière sont comparables à celles de joueurs comme Lou Amundson ou Lorenzo Williams, des basketteurs dont personne ne se souviendra dans 30 ou 40 ans.

- Lorsque le journaliste évoque avec lui le parallèle avec Frédéric Weis, qui a lui essayé de mettre fin à ses jours, Milicic répond avec introspection :

"C'est bizarre. J'ai parfois l'impression que l'ancien Darko est mort. Quand je pense à qui j'étais quand je jouais, j'ai l'impression qu'il s'agit de quelqu'un qui est décédé".

- Annoncé mort à la télévision, son père Milorad est finalement revenu des combats en Yougoslavie pour lui apprendre à jouer au basket.

- Il a menti sur le joueur qu'il idolâtrait à son arrivée en NBA. Histoire de contenter la presse et de "faire bien", il a cité Kevin Garnett comme modèle alors qu'il avait à peine vu le "Big Ticket" en action sur des vidéos.

"Je suis tombé sur lui et j'ai décidé que ce serait lui que j'étais supposé imiter".

- Il s'est reconverti dans le business du fruit. Il possède une ferme de 125 hectares où il fait pousser des pommes et des cerises pour les exporter à Dubai, en Russie et en Afrique. Il est bien plus heureux lorsqu'il parle d'agriculture que lorsqu'on lui demande d'évoquer la NBA.

- A Memphis, sa frustration de ne pas jouer se traduisait par des coups de poing dans les murs de son appartement. Les fondations ressemblaient à du gruyère à la fin de son passage dans le Tennessee. Il faisait la même chose à Detroit ou à Orlando. Pourtant, les deux seules fois où il s'est brisé la main, c'était en match...

- C'est Chauncey Billups qui lui a appris à se doucher en collectivité après les entraînements et les matches. Darko Milicic pensait qu'il devait rentrer chez lui pour se laver.

- C'est aussi Chauncey Billups qui lui a appris à conduire.

"Je lui disais : Non Darko, tu dois ralentir quand tu changes de voie. Lui accélérait, c'était flippant".

Milicic a finalement eu son permis de conduire grâce aux leçons particulières de Mr Big Shot.

 

- Il ne suit absolument plus le basket. Il a même demandé au journaliste qui était en train de gagner les Finales NBA 2017.

- Lorsque les Celtics ont annoncé que Milicic ne faisait plus partie de l'équipe en 2012 parce qu'il devait aller au chevet de sa mère malade en Serbie, c'était inexact. Celle-ci était à peine souffrante et il s'agissait de déguiser la décision de Darko de prendre sa retraite avec effet immédiat.

- Sa carrière de kickboxer n'a duré que le temps d'un combat où son adversaire, plus petit, a utilisé sa faiblesse au niveau des jambes pour le terrasser rapidement. Sa femme décrit encore aujourd'hui cette reconversion comme une idée "très, très, stupide".

- Le seul souvenir qu'il a gardé des Etats-Unis et de sa carrière NBA ? Ses voitures de sport. Sa bague de champion a été vendue et l'argent récolté donné à des associations.

- Il ne raconte jamais à son fils Lazar les bons moments de sa carrière de basketteur. Uniquement les moments difficiles, pour qu'il apprenne de ses erreurs.

- Darko Milicic a mis un uppercut à un cheval qui avait désarçonné son fils Lazar et mis sa vie en péril. Le cheval va bien et Darko regrette de ne pas l'avoir dressé pour éviter cet incident. Une métaphore de sa carrière selon lui.