Draymond Green se lâche sur les « horribles » contrats de Pippen et Curry

Stephen Curry et Scottie Pippen ont-ils eu les contrats les plus rentables de l'histoire ? Possible et c'est l'avis de Draymond Green.

N.SPar N.S | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Draymond Green se lâche sur les « horribles » contrats de Pippen et Curry

Le deuxième épisode de "The Last Dance" nous a replongé dans l'histoire de Scottie Pippen et son contrat. Afin de protéger au mieux sa famille, Pippen avait accepté de signer un contrat de 18M sur 7 ans en 1991. Ce qui fait qu'en 1998, il n'était que le 6e salaire des Bulls, et le 122e de toute la NBA ! À titre de comparaison, la 122e meilleure rémunération actuelle est la propriété d'Andre Roberson et ses 10,7M. Dans le ratio talent/titre/money, difficile de faire meilleure rentabilité pour un employeur que les 2M que percevaient Pippen en 97-98. Invité de Uninterrupted, Draymond Green est revenu sur ce passage où il est question du contrat du célèbre #33. Et donc de sa fameuse demande de trade pour mettre la pression aux Bulls.

"En tant que coéquipier, s'il avait fait ça, je n'aurais pas pu lui en vouloir", explique Green avant d'aller plus loin dans son argumentaire. "Je pense que les deux plus grandes équipes de l'histoire ont été bâties sur des mauvais contrats. Celui de Scottie Pippen était horrible mais je pense qu'il n'était pas pire que celui de Stephen Curry. Personne ne le dit parce qu'il touchait 11M. Je ne suis pas mathématicien mais je serais intéressé de savoir à quel point c'était comparable en rapport avec ce que Scottie touchait à l'époque."

Avant de signer son contrat max en 2017, Stephen Curry était évidemment l'un des joueurs les plus sous-payés de la ligue. Un double MVP à seulement 11M la saison ? Une aberration. Mais lorsqu'il a signé son premier deal en 2013, à savoir 44M sur 4 ans, Curry sortait d'une année galère à seulement 26 matches et deux opérations aux chevilles. Difficile pour le front office de lâcher plus à un joueur si fragile. Dans le même temps, cela a apporté de la souplesse financière pour pouvoir recruter Andre Iguodala en 2013, puis prolonger Klay Thompson en 2014 et Draymond Green en 2015. Tout en signant Kevin Durant en 2016. Sans ce contrat, le puzzle Warriors n'aurait peut-être pas été assemblé....

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest