En Bref en NBA : Kyrie Irving et le meilleur surnom all-time, LeBron et la vérité, Harden et le respect

En Bref en NBA : Kyrie Irving et le meilleur surnom all-time, LeBron et la vérité, Harden et le respect

Pendant qu’on fête la légende de Larry Bird, que LeBron s’auto-célèbre sa légende et qu’Harden a bien fêté ses vacances, Kyrie a reçu le meilleur des surnoms.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / WHAT THE FLOP / décalage

Entraide

A une époque où le repli sur soi a triomphé ; où on ne va pas s’entraîner avec son équipe parce qu’on préfère chiller à Vegas en soirée ou en club de striptease ; où chacun ne pense qu’à sa gueule ; où on veut quitter sa team parce qu’elle n’a pas construit un roster pour le titre alors qu’elle nous a offert les joueurs qu’on exigeait ; où la consommation frénétique et le bien-être individuel priment sur l’intérêt collectif ; où l’on préfère avoir le ballon et décrocher un trophée de meilleur scoreur plutôt que de partager les spotlight et tenter de choper le titre, et où l’on choisit de partir plutôt que réparer ses erreurs après 8 années à avoir exploité le système, ses équipiers et une fanbase pour laquelle on n’a aucune pitié, normal c’est moi la star, pourquoi me préoccuperais-je de ce qu’ils ressentent ? ; où les charlatans du développement personnel touchent plus les gens que les discours politiques qui de toute façon n’existe plus vraiment puisque les professionnels de la chose pensent eux aussi plus à leur cas perso qu’au devenir du pays ; où on se croit libre, légitime et fidèle à soi-même en trahissant Houston ; bref, à une époque où plus rien ne va, ma brave dame, et qu’y a plus de jeunesse, et que vivement hier avec Pompidou, ça fait chaud au coeur de voir qu’on peut trouver encore des exemple de collaboration, d’entraide et d’amour confraternel jusque dans les commentaires de PornHub :

Stratège

Tiens, on est tombé sur la porte d’entrée de chez Tristan Thompson :

Gestion de patrimoine

On a tous entendu parler des soucis d’argent d’Allen Iverson. A mesure qu’il avançait en âge, ses contrats avec les équipes étaient de moins en moins rémunérateurs, mais il continuait à vivre très laaaaaaarge. En 2009-10, il n’a touché “que” 1,2 millions de dollars. Mais il continuait de dépenser sans compter, pour un entourage toujours aussi large et vorace. Tout cela est devenu plus ou moins public en 2012 quand la justice lui a ordonné de régler un impayé de près de 900.000 dollars à un joailler. AI a expliqué au juge qu’il ne se faisait cette année-là “que” 62.500 dollars par mois, alors qu’il en dépensait 360.000 ! Ouais.... Il avait même donné des détails, aussi surréalistes que le total : 125.000 en remboursements de crédits, 10K en fringues, 10K en nourritures, mais comme ça fait pas assez pour nourrir un gros gabarit comme le sien, il y avait aussi 10K en restau, etc.

Heureusement que chez Reebok ou dans son entourage, quelqu’un a eu peut-être la meilleure idée de la carrière du génie des Sixers. Car s’il avait eu toute la somme d’un coup, ou sur quelques années, Allen Iverson serait aujourd’hui sur la paille. Au lieu de ça, la firme lui file 800K par an jusqu’en 2030, date à laquelle il recevra 32 millions de dollars pour ces 55 ans. En espérant qu’il soit adulte et responsable à ce moment-là…

https://twitter.com/RTNBA/status/1336141112461975552

Larry (la putain de) Légende

Hier, on fêtait dignement l’anniversaire de l’immense Larry Bird. Parmi les multiples anecdotes et histoires folles qui ont émaillé son illustre carrière on en aurait presque oublié celle-ci. Le jour où, avant d’aller jouer un match face aux Portland Trail Blazers, il avait annoncé aux journalistes qu’il ne jouerait ce match qu’avec sa main gauche, histoire de réserver la droite pour une confrontation avec les Lakers deux jours plus tard. Non seulement il a tenu parole, mais en plus il a salement cogné les Blazers en terminant avec un triple-double d’anthologie : 47 pts, 14 rbds, 11 passes. Larry putain de Légende….

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Bleacher Report (@bleacherreport)

La minute historique

Le 8 décembre 2011 aurait pu rester comme un jour noir dans l’histoire des Los Angeles Lakers. C’est en effet à cette date que David Stern a imposé un véto historique pour empêcher un trade qui aurait envoyé Chris Paul aux Lakers. Au lieu de cela, Chris Paul a finalement atterri aux Clippers. On pensait à l’époque que tout cela allait marquer un renversement dans la hiérarchie de Los Angeles, mais au bout du compte, les Lakers auront quand même réussi depuis à gagner un nouveau titre avant que les Clippers ne parviennent à passer le deuxième tour des playoffs...

En bref, à retenir en NBA (et ailleurs) :

  • Dwane Casey est enthousiasmé par le "vieux Blake Griffin". Il a même déclaré : "Il (Griffin) a beaucoup travaillé cet été pour renforcer ses jambes. Il est redevenu le Blake d'autrefois. Nous sommes ravis de cela. Nous savons qu'il s'est mis au travail." Cool que le gars se soit mis a bosser. On rappelle que Griffin va toucher 36,8 millions de dollars cette année, soit le 8e plus gros salaire de NBA. On dit ça, on dit rien. Tant que son coach est content.
  • Pendant que certains se font chier à réviser en se demandant s’ils pourront bien passer le bac cette année, Chet Holmgren chill tranquille avec Snoop et Master P.
  • On a beau savoir qu’il n’y aura jamais un autre Kadour Ziani, le Dunkfather a visiblement fait des petits zianimaux .
  • Dennis Schroder envoie un avertissement à la NBA sur le duo “dangereux” qu’il forme avec Montrezl Harrell. Furieux, Lou Williams a demandé la garde des enfants.
  • Genre t’es un chaud et t’as peur de rien. Genre t’es cap de te taper avec Nate Robinson ou d’affronter JR Smith au Trivial Pursuit. Genre t’es chiche de marcher monter ces quelques marches
  • La NBA autorise finalement les équipes à reposer leurs stars. LeBron, KD, Curry and co vont donc pouvoir louper des matches tranquillement sans que des amendes de 100K soient infligées aux franchises. Enfin, des matches non télévisés, hein. Mais bon, comme y’a pas de spectateurs, y’a pas de mal hein.

En bref, à oublier en NBA (et ailleurs) :

  • Un type a été payé plus de 170 millions de dollars par une équipe mais choisit de ne pas venir s’entraîner alors qu’il est toujours sous contrat.
  • Danny Green a remercié les Lakers, les fans et la ville pour ce bon moment passé à LA. Aucun mot pour les haters qui l’ont insulté de tous les noms après son shoot manqué. Pas rancunier le gars.
  • Un joueur qui choisit de ne pas venir s’entraîner avec son équipe parce qu’il boude, va en soirée et dans des clubs de striptease sans aucune mesure barrière, histoire d’être sûr que quand il sera obligé de revenir, il ait une mini quarantaine pour bien faire chier tout le monde un peu plus.
  • Melo a refait ses tresses !! Quoi vous vous en foutez ? Bon ok.
  • Les Warriors ne sont plus intéressés par James Harden. Ouais, vous aussi vous vous demandez en fait à quel moment ils étaient intéressés. Bah c’est ça les rumeurs. On peut dire un truc, puis son contraire 3 jours après, et ça passe crème.
  • Un gars préfère frotter des fesses, tiser et se faire plaisir pendant que ceux qu’il a fait semblant de considérer comme ses frères d’armes, ceux qui défendaient pour lui et le laissaient croquer en attaque, se cassent le cul à l’entraînement pour préparer une saison que le gars a de toute façon décidé de plomber d’une manière ou d’une autre.
  • D-Wade a validé la bonne action de Bam envers sa maman. Merci D. Il doit aussi penser que c’est bien de ne pas tuer des chatons.
  • Un mec se comporte pas très très bien dans le Texas, en ce moment. Mais des gars comme Mino Raiola doivent sans doute valider.
  • On nous informe dans l'oreillette que James Harden est de retour à Houston. C'est bon, il va être pardonné et accueilli en héros, vive la République

 

Meilleur surnom ever

On ne sait pas d’où il vient, mais Basketball-Reference a ajouté un nouveau surnom sur la page de Kyrie Irving. Et pour les amateurs de NBA à l’ancienne, ce surnom est juste magnifique :

World B. Flat.

Professeur LeBron

LeBron James n’est pas du genre à minimiser ses exploits. On le sait, le gars est assez fier de ses accomplissements. Mais là, il a tout simplement expliqué que ses deux derniers titres étaient les plus durs jamais remportés dans l’histoire de la ligue.

"La seule chose que je sais avec certitude, c'est que j'ai fait partie de deux équipes qui ont remporté les deux championnats les plus difficiles de l'histoire de la NBA", a-t-il déclaré. "Les Cavs 2016 reviennent de 3-1 contre une équipe à 73-9. Et puis ensuite ce que nous avons vécu dans la bulle..."

Voilà. C’est comme ça. C’est un peu comme quand le professeur Raoult te lâche en interview qu’il a le CV le plus impressionnant de tout le monde médical. C’est comme ça, il y croit ferme. C’est sa vérité. C’est donc LA vérité. C’est tout.

Last Shot

La photo à 1''18 n'a-t-elle aucun sens ou n'a-t-elle strictement aucun sens ?

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest