Frank Vogel assure qu’il n’y aura pas de problèmes avec Jason Kidd

N.SPar N.SPublié

Si l'on pourrait voir Jason Kidd comme une menace pour Frank Vogel aux Lakers, ce dernier assure que les deux hommes ont eu une conversation à ce sujet

L'été des Los Angeles Lakers est passé par toutes les températures. Glacial tout d'abord avec les règlements de comptes entre Magic et Rob Pelinka, les dysfonctionnements évidents dans le front office, le timing du trade d'Anthony Davis, la vraie-fausse arrivée de Tyronn Lue, le refus de Kawhi Leonard qui s'en est allé chez l'ennemi... Puis caniculaire avec un vrai recrutement de qualité comme Danny Green, Avery Bradley ou encore DeMarcus Cousins, en attendant peut-être Andre Iguodala. Il y a également le remplacement de Luke Walton par Frank Vogel. Mais on ne sait pas réellement où placer cette signature dans ces deux climats. De par son passé avec les Pacers, on se dit que c'était tout simplement la meilleure solution du marché. On n'oublie pas non, récemment, cet échec au Magic et la composition de son staff aux Lakers. Il aura deux anciens coachs NBA comme assistants avec Lionel Hollins et surtout Jason Kidd.

Les deux étaient pressentis pour le poste et le second est connu pour agir en coulisses dans le dos de tout le monde. Sa soif de pouvoir à Milwaukee lui avait fait prendre la porte. Très proche de LeBron, il est un peu dans le même profil que ce qu'était Tyronn Lue aux Cavs en tant qu'assistant de David Blatt. La suite de l'histoire à Cleveland, on la connait. Interrogé sur cette future cohabitation avec J-Kidd, Frank Vogel admet qu'il y a eu une discussion mais que tout se passera pour le mieux.

"Je suis totalement à l'aise avec Jason. Ce que je voudrais dire est que chaque assistant en NBA veut devenir coach. Jason n'est pas différent de ce point de vue. Il a été porté à mon attention qu'il était intéressant de le placer comme assistant. Nous avons eu une grande conversation et un excellent entretien. Il est dans un cadre idéal."

En réalité, Vogel révèle qu'il voulait ce type d'assistant pour être son bras droit et diriger son staff.

"La chose qui m'est venu à l'esprit pour ce rôle d'assistant principal, c'est que j'ai toujours souhaité un ancien joueur respecté comme l'était Brian Shaw ici ou Corliss Williamson avec moi à Orlando."

Espérons pour lui et les Lakers qu'il dise vrai. Car une guerre de pouvoir sur le banc est la dernière chose dont l'organisation californienne a besoin cette saison.