Elisez la baltringue de la semaine

BasketSessionPar BasketSession Publié

Qui de John Wall, Eric Bledsoe, Tim Hardaway Jr ou les Cleveland Cavaliers sont les plus gros charlots de la semaine en NBA ?

La semaine en NBA a été marquée par un paquet de performances impressionnantes. Certaines positives, d'autres dont on se serait passé. La semaine passée, vous avez élu LaVar Ball baltringue de la semaine. D’une courte tête devant Skip Bayless. John Wall, Eric Bledsoe, Tim Hardaway Jr ou les Cleveland Cavaliers: qui lui succèdera cette semaine ?

Tim Hardaway Jr

Tim Hardaway JrTout va toujours plus vite dans ce monde de tarés. Alors c’est toujours bon de pouvoir se raccrocher à certaines choses stables, de pouvoir garder des repères. Car heureusement, il y a des trucs qui ne changent pas. Même en NBA. Les années passent, mais les New York Knicks restent toujours une vaste blague. Cet été ils ont pourtant dégagé un Phil Jackson sénile et au bout du rouleau. Ils se sont séparé de leur plus gros salaire et talent pour tenter de faire bouger les choses. Mais rien n’y fait.

Alors oui, ça peut évoluer en cas de succès ce soir face à leurs voisins. Mais même en cas de victoire, le début de saison de NY aura été dramatique. Les Knicks sont ainsi, avant ce match, la seule équipe à ne pas avoir remporté le moindre match depuis le début de saison.

Faut dire ils avaient bien préparé le coup en filant 71 millions de dollars à Tim Hardaway Jr. Et pour rappel, rien que le processus fut une belle barre de rire. Steve Mills a signé le contrat avant même d’engager son General Manager. En gros, il ne voulait pas que Scott Perry discute son choix… Mais peut-être avait-il vu quelque chose que nous n’avions pas vu ? Et que nous n’avons toujours pas vu d’ailleurs : en 3 matches, ses stats cumulées sont de 4 pds, 4 rbds, 5 TO, 0 steal, 0 ctre, 0 défense, 9/37 au shoot, ZERO défense, 1 attitude limite.

Mais il prendra 16,5 millions cette année. Pas mal quand le seul secteur où tu te dépenses c’est de râler et de dire dans les médias que rien ne va et qu’on perd trop de balles…

John Wall

John WallJohn Wall est un vrai joueur, il fait des trucs totalement dingues sur un terrain. C’est même peut-être le meilleur meneur (au sens strict du terme) de la ligue. En tout cas, son nom est clairement dans la discussion. Et pas uniquement en raison de sa vitesse supersonique, contrairement à ce que laisse supposer l’argumentation d’un Paul Pierce. Mais cette semaine, il s’est méchamment fait dessus.

Après que Marcin Gortat a affirmé que son meneur allait torturer Lonzo Ball, John Wall a expliqué que lui n’avait rien dit, si ce n’est que les déclarations de son père valait une cible dans le dos de son fils. Mais il a quand même ajouté qu’il allait « monter aucune pitié » envers le fils de LaVar. Dans ces cas-là, vaut quand même mieux assurer derrière.

Résultat : 18 pts et 9 pds certes, mais 4 balles perdues, 7 sur 22 au tirs et une défaite avec un choix plus que contestable pour le tir de la gagne (chercher la faute avec une pompe alors qu’il avait passé Lonzo sans souci). Des fois, vaut mieux la jouer discret quand même…

Eric Bledsoe

A défaut d’exister d’un point de vue basket, les Phoenix Suns sont omniprésents médiatiquement en ce début de saison. A tel point qu’ils sont partis pour apparaître dans les nominés chaque semaine. A tel point qu’on avait l’embarras du choix pour choisir qui les représenterait ce coup-ci, Sarver ou McDonough faisant des candidats très crédibles.

Mais Eric Bledsoe a quand même fait particulièrement fort. Depuis que les Suns ont choisi de ne discuter extension de contrat que l’été prochain puisqu’il lui reste deux ans de contrat (n’oublions pas qu’il a connu trois saisons sur sept à moins de 43 matches, et une quatrième à seulement 66 matches), Monsieur boude. Il a demandé un trade pendant la présaison. Puis lors des trois premiers matches, il a franchement été moyen. Voire même dramatique en terme de niveau et d’envie dans le 3ème avec un tir réussi sur 4 tentatives en 24 minutes. Dans la foulée, il a twitté un très classe « Je ne veux pas être là » qui a dû bien faire plaisir à ses fans.

Mieux, il a trouvé le moyen de prendre tout le monde pour des cons en disant que son twitt évoquait en fait le barber shop dans lequel il se trouvait. Et si le renvoi du coach a peut-être constitué un choc psychologique, on notera aussi que les Suns ont gagné leurs deux matches depuis qu’Eric Bledsoe ne joue plus. Bon courage à l’équipe qui le recrutera. Vu ses perfs ces dernières semaines, on comprend mieux l’intérêt des Knicks en tout cas…

Cleveland Cavaliers

J.R. SmithOn ne se fait pas vraiment de souci pour les Cleveland Cavaliers. Mais leur début de saison est tout simplement indigne de leur statut. Et de leurs promesses de l’intersaison. Après une défaite logique en finale face aux Golden State Warriors, les Cavs ont réalisé sur le papier une grosse intersaison pour mieux rivaliser avec leurs meilleurs ennemis cette année. En recrutant Isaiah Thomas, Derrick Rose ou encore Dwyane Wade, Cleveland a frappé fort. Suffisamment pour que l’effectif paraisse encore très dense malgré la blessure d’IT.

D’ailleurs, le néo-titulaire J.R. Smith expliquait il n’y a pas si longtemps que l’équipe affichait le meilleur banc de la ligue. Et quand on voit le début de saison de psychopathe de LeBron James (27,6 pts, 7,1 rbds et 9 pds même s’il affirme ne pas encore être en super condition…), on se dit que tout devrait rouler eux. Bah pas vraiment : alors qu’ils devraient survoler la conférence Est, ils ont déjà enregistré deux défaites. Rien de grave bien sûr, mais l’impression laissée interpelle.

Ça a commencé avec une déculotté à domicile face au Magic (-21) au cours de laquelle ils n’ont tout simplement pas joué. Il y a eu ensuite une victoire très poussive contre des Bulls version Pro B, qui ont pourtant tiré à 50% en première, avec 60% à 3-pts.

Fort logiquement, Tyronn Lue a poussé une grosse gueulante après cette rencontre, sur le mode « si on ne respecte pas les équipes les plus faibles, on va le payer cher ». Le genre de soufflante après lesquelles les grandes équipes ne manquent pas de réagir.

Mais non, malgré un triple double de LeBron, ils ont trouvé le moyen de perdre contre des Brooklyn Nets privés de D’Angelo Russell et Jeremy Lin. Incapables de stopper des joueurs respectables mais limités comme Spencer Dinwiddie… 21 balles perdues, pas d’investissement défensif, une circulation de balle douteuse, les Cavs étaient en mode foutage de gueule.

Elisez la baltringue de la semaine

Hésitez pas à nous dire qui est pour vous le plus gros charlot de la semaine, soit dans les commentaires, soit sur Facebook :