Jayson Tatum, Brown et les Celtics : ça promet du lourd !

Jayson Tatum, Brown et les Celtics : ça promet du lourd !

Jayson Tatum, Jaylen Brown et les Boston Celtics ont fait une très belle impression lors du premier choc de la saison contre les Bucks.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Un tir « très, très, très difficile. » Terrassé par son jeune vis-à-vis, Giannis Antetokounmpo rendait hommage au héros de la soirée, Jayson Tatum. Quelques minutes avant de s’exprimer devant les journalistes, le double-MVP prenait le panier de la gagne sur la tronche. Un missile à trois-points, avec la planche, à 0,4 seconde du buzzer. Malgré la présence du DPOY et de ses longs bras.

« Non, je n’ai pas voulu viser la planche », avouait Tatum. « Mais avec l’angle que j’avais et en sachant à quel point il [Giannis] est grand, je savais que ça allait taper la planche dès que le ballon a quitté mes mains. Mais je n’essayais pas de viser la planche. »

Ça ne change rien à l’arrivée. Le résultat est le même : victoire des Boston Celtics contre les Milwaukee Bucks (122-121). Le premier choc entre les deux grands favoris de la Conférence Est. Et sans constat trop précipité, au moins des vrais signes d’encouragement et d’enthousiasme pour la franchise du Massachussetts. Parce que même si l’issue de la rencontre s’est finalement décidée dans les toutes dernières secondes, les joueurs de Brad Stevens ont globalement maîtrisé leur sujet.

Ils menaient de 17 points à l’entame du quatrième quart temps avant de se relâcher. Ils se dirigeaient vers une victoire sans appel. Puis ils se sont relâchés. Au final, Jayson Tatum leur a évité une catastrophe avec ce tir miraculeux !

« Je ne pense pas qu’il était possible de mieux défendre sur lui », notait Mike Budenholzer, le coach vaincu.

Les Celtics s’en sortent bien. Tatum aussi. Mais un succès reste un succès. Et le scénario à suspense de la fin de partie, avec donc ce game winner du joueur de 22 ans, donne du poids au coup d’envoi de la saison de Boston. Le ton est donné. Par l’équipe, qui tient à sérieusement concurrencer Milwaukee à l’Est et ainsi se frayer un chemin jusqu’en finales. Mais aussi par le l’ailier All-Star.

Jayson Tatum et Jaylen Brown, duo infernal

Jaylen Brown Boston Celtics

Il est très attendu pour sa quatrième année dans la ligue. Le cap de star à superstar est le plus difficile à franchir. Il en est de plus en plus proche. Peut-être même qu’il va le passer là, lors des quinze ou vingt prochains matches. Le troisième choix de la draft 2017 est même perçu comme un candidat au MVP. Ou au moins au top-trois du vote pour le MVP. En scorant ainsi dans la dernière seconde sur la truffe du double-lauréat, il lance bien sa campagne.

Surtout qu’il a inscrit 30 points. Mais sa performance ne doit pas faire oublier celle de Jaylen Brown, autre jeune talent de l’effectif susceptible de faire un bond en avant. Pointé à 20 unités de moyenne l’an dernier, le troisième choix de la draft… 2016 a marqué 33 points cette nuit. Il aurait éventuellement pu chercher sa première étoile… si la NBA n’avait pas annulé le All-Star Weekend. Mais dans l’esprit, il un a palier à enjamber.

Et dans leur sillage, les Celtics seront peut-être en mesure de faire mieux que l’an passé, quand ils avaient échoué aux portes des finales NBA.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest