Joel Embiid, le show dans la peau !

Joel Embiid, le show dans la peau !

Avec le sourire et un vrai jeu avec les fans des Philadelphia Sixers, l'intérieur Joel Embiid a signé une copie XXL face aux Atlanta Hawks (129-112).

BasketSessionPar BasketSession  | Publié

Depuis plusieurs mois, Joel Embiid n'était plus que l'ombre de lui-même. Et on ne parle pas forcément au niveau de son basket. Ses performances restaient bien évidemment à la hauteur d'un All-Star. Mais le Camerounais n'avait plus cette envie. Ce supplément d'âme qui fait de lui un joueur différent. Il n'avait tout simplement plus la même joie de vivre. La même joie de jouer. Et l'intérieur des Philadelphia Sixers ne l'a d'ailleurs pas caché. Sifflé par son propre public en février dernier, il avait avoué sa frustration par rapport aux difficultés de son équipe. Il faut dire que les Sixers, candidats pour le titre NBA, sont particulièrement irréguliers. Et cette équipe, à l'instant T, ne semble pas réellement capable de rivaliser avec les meilleures formations. Mais après la coupure du All-Star Break (et sans Ben Simmons out jusqu'à nouvel ordre), Embiid retrouve des couleurs.

Malgré une défaite assez lourde face aux Milwaukee Bucks (98-119), le pivot a conduit les siens à la victoire à deux reprises : contre les Brooklyn Nets (112-104) vendredi, puis les Atlanta Hawks (129-112) cette nuit. Auteur de 49 points (record en carrière), 14 rebonds, 3 passes décisives et 3 interceptions sur ce dernier match, le natif de Yaoundé a rappelé qu'il pouvait dominer et prendre une rencontre à son compte quand il était dans de bonnes dispositions.

Avec le sourire, tout va mieux pour Joel Embiid !

Et pourtant, les Hawks ont donné du fil à retordre aux Sixers. Pendant cette partie, les hommes de Brett Brown ont ainsi gaspillé une avance de 21 points pour se retrouver menés d'un point à l'entame du dernier quart-temps. Déjà en grande forme, Embiid a alors décidé de faire le show. A lui seul, il a dominé Atlanta 22-20 sur les 12 dernières minutes pour porter son équipe vers la victoire ! Et le tout avec le sourire ! Et avec le Camerounais, ça change vraiment tout.

Car l'intérieur a clairement retourné le Wells Fargo Center à son avantage sur ce match. Après un gros dunk ou un panier important, le joueur de 25 ans n'a pas hésité à utiliser le public pour se nourrir de l'atmosphère de la salle. Montrer les muscles après un gros dunk. Tendre l'oreille vers les fans après un tir primé. Avec un peu de provocation par rapport aux dernières semaines agitées, mais aussi avec l'envie de faire le spectacle. Et c'est justement dans ce contexte qu'Embiid s'épanouit.

"Je l'ai déjà dit avant, je veux retrouver du plaisir, m'amuser. Cela peut prendre différentes formes. Je n'ai pas toujours à sourire ou à rigoler. On peut s'amuser en dominant un match. Bien évidemment, ce soir, c'était une soirée à l'ancienne, je me suis amusé avec le public. (...) Les chants de MVP ? Bon, ils ont aussi sifflé (lors du 3ème QT). Mais c'est cool. Ils sont passionnés, j'ai beaucoup d'amour pour eux. Franchement, ce n'est pas grave. Ils m'ont sûrement mis dans des éventuelles échanges et me sifflent, mais il y a toujours de l'amour. J'ai une très profonde connexion avec Philly depuis mon arrivée. Je suis reconnaissant par rapport à ce qu'ils m'ont apporté. Pour les remercier, je peux simplement essayer de gagner en jouant dur tous les soirs. Et si je continue de faire ça, je suis sûr que je peux les rendre heureux", a ainsi confié Joel Embiid pour ESPN.

Une attitude bien plus positive par rapport à sa première partie de saison.

La discussion "du meilleur joueur du monde"

Et avec cet état d'esprit, Embiid redevient, comme par hasard, l'un des meilleurs de la NBA. Sa performance contre les Hawks a été réellement impressionnante. Dominateur dans la raquette, l'intérieur des Sixers a fait étalage de toutes ses qualités. Adroit (17/24 aux tirs), il a fait vivre un enfer à ses adversaires avec sa puissance physique mais aussi sa touche technique. Pour ne rien gâcher, il a été le point d'ancrage d'une équipe séduisante sur plusieurs séquences. En l'absence de Simmons, il a été beaucoup trouvé et sa relation avec ses partenaires a été plutôt intéressante. Bien évidemment, il faut confirmer sur une période plus longue. Mais le Joel Embiid post-All-Star Break semble plus investi, plus agressif, plus performant. Tout simplement plus heureux et libéré. Au point d'être "le meilleur joueur du monde" comme il s'est auto-proclamé vendredi ?

"Il faut faire un meilleur boulot de journaliste, a répondu la star avec le sourire. J'ai dit que lors du 4ème quart-temps du All-Star Game, j'étais sur le parquet avec les meilleurs du monde. Et je dominais, j'étais impossible à arrêter, surtout au poste. Donc pour moi, j'avais l'impression que c'était une chance de prouver que je méritais d'être dans la discussion pour le meilleur joueur du monde. C'est ce que j'ai dit. Si je joue comme ce soir tout le temps, qu'est-ce que vous pouvez dire ? Je dois simplement continuer. Je dois prouver, je dois donc gagner. Mon but est de remporter un titre. Je vais tout faire pour en arriver à ce point."

Du sourire, du spectacle, des ambitions et de grosses performances. On a comme l'impression d'avoir retrouvé le véritable Joel Embiid.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest