Kawhi Leonard doit parfois se sentir bien seul

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Superstar des Raptors, Kawhi Leonard tient son rang depuis le début des playoffs. Le problème, c’est que ce n’est pas le cas de ses principaux coéquipiers.

Kawhi Leonard tirait la tronche cette nuit. Remarquez, ce n’est pas forcément le signe que son équipe se portait mal. En revanche, Joel Embiid arborait un grand sourire. Et ça, par contre, ça ne trompe pas : c’est la preuve que tout allait bien pour les Philadelphia Sixers. Et donc que les Toronto Raptors passaient une mauvaise soirée. Leur superstar s’est pourtant démenée pour éviter une deuxième défaite consécutive. Leonard a terminé avec 33 points à 13 sur 22 aux tirs. Il a fait souffrir Ben Simmons, chargé de le ralentir du mieux possible. Mais il n’y a pas vraiment de solution contre l’ailier All-Star cette saison. Il n’a jamais été aussi fort depuis son arrivée en NBA.

Le souci, c’est que la plupart de ses camarades peinent à suivre le rythme. Pascal Siakam a confirmé son excellente saison régulière en étant lui aussi au niveau en playoffs. Et avec 20 points, il a été le seul à vraiment épauler son leader hier soir – même si ses points sur ce Game 3 font un peu trompe l’œil sur la solitude que peut parfois ressentir Leonard. Derrière… c’est faible. Ou inefficace plus que faible. Handicapant pour un candidat aux finales NBA.

Kyle Lowry est ENCORE une fois en train de passer à côté de ses playoffs. Oui, le meneur peut compenser dans d’autres domaines – la passe, le rebond, la défense – mais il y a un moment où il faudra comprendre qu’il doit aussi mettre des points. Son adresse ne peut pas soudainement disparaître campagne après campagne. Il est à 11 points de moyenne, et 40% aux tirs, depuis le début des PO alors que les Raptors ont dominé le Magic ! Sur cette série, le meneur, All-Star tout de même, a fait un match à 0 point, un autre à 9 et un autre à 12. Hier, il était à 7 petites unités et 2 sur 10 aux tirs. Avec le pire différentiel de la partie : -28.

Marc Gasol, plus précieux pour sa défense que pour ses paniers à ce stade de sa carrière, a vécu un Game 3 cauchemardesque. Il a été dominé par Joel Embiid (33 pts) sans peser sur le jeu. Des deux cotés du terrain. Seulement 7 points pour lui aussi. Avec 2 sur 6 aux tirs et un +/- de -26. L’Espagnol, tout comme Lowry, a un certain statut. Une réputation. Ce ne sont pas vraiment des joueurs de devoir. Ils ne peuvent pas se contenter de faire la différence sur un ou deux matches. Ils doivent assurer plus que ça et surtout de façon plus régulière pour permettre à Toronto de jouer les finales.

Le banc des Raptors, lui aussi réputé, était aux abonnés absents hier soir. 11 points en cumulé, dont 6 pour Norman Powell. Serge Ibaka a complètement perdu son mojo depuis que Nick Nurse l’a placé sur le banc pour laisser Marc Gasol dans le cinq. Fred VanVleet ne rentre pas un caillou dans le cercle (1 point, 0 sur 7). Heureusement pour les Dinos que les remplaçants des Sixers ne sont pas les plus fringants de la ligue. Mais rien que le seul James Ennis a plus d’impact que tout le deuxième cinq des Raptors.

Embiid était bien soutenu cette nuit. 22 points et quasiment un triple-double (9 pts, 9 rbds) de Jimmy Butler. 15 points de son shooteur J.J. Redick. Simmons à 10 pions. 13 et 8 pour Tobias Harris. Kawhi Leonard voit tout ça. Et même s’il ne bronche pas, pas sûr que ça le rassure. N’oublions pas qu’il sera free agent en juillet avec la possibilité de signer où bon lui semble.