Kendrick Perkins répond cash aux critiques de Steve Kerr !

BasketSessionPar BasketSession Publié

Désormais consultant, Kendrick Perkins n'a vraiment pas apprécié la sortie réalisée par le coach des Golden State Warriors Steve Kerr sur la mode des départs anticipés.

Kendrick Perkins a vidé son sac ! Ancien joueur NBA, l'homme de 34 ans oeuvre désormais comme consultant. Suivant avec attention l'actualité, l'ex-élément des Boston Celtics n'a vraiment pas apprécié la récente sortie de Steve Kerr. En effet, l'entraîneur des Golden State Warriors a critiqué la mode des départs anticipés avec des joueurs forçant un échange. Le coach des Dubs a ainsi fustigé l'attitude d'Anthony Davis, qui a poussé les New Orleans Pelicans à l'envoyer aux Los Angeles Lakers. Et sur le réseau social Twitter, Perkins a déploré l'hypocrisie de Kerr.

"Steve Kerr a un énorme culot pour parler des autres organisations, ce n'est pas comme s'il avait ajouté Kevin Durant à une équipe avec un bilan de 73 victoires pour 9 défaites. Je me demande pourquoi il n'a rien dit sur Paul George qui a forcé sa sortie d'OKC ? Je sais, c'est parce qu'Alvin Gentry (coach des Pelicans, ndlr) est son ami ! Des intentions cachées", a-t-il dénoncé.

"AD avait autant d'obligations que son équipe. L'équipe qui a échangé ses choix au premier tour et l'a entouré d'un effectif médiocre. Mais il aurait dû rester...Il a en réalité fait une faveur à cette franchise en leur permettant d'obtenir de nombreux atouts. Et je sais bien que KD était libre au moment où il a signé à Golden State. Mais ce n'était pas mauvais pour la Ligue ? Kerr a dit que le trade forcé d'AD était mauvais pour la Ligue, mais je suppose que KD qui rejoint une équipe en 73-9 c'était bon pour la Ligue ?", a lancé ironiquement Kendrick Perkins.

Très remonté, Kendrick Perkins a même ajouté que Mark Jackson se trouvait à l'origine de la dynastie des Warriors. Si on peut effectivement contredire l'avis de Steve Kerr sur cette mode des départs anticipés, il est difficile de nier son rôle essentiel dans les succès des Californiens.