Kristaps Porzingis pète la forme, New York peut s’en mordre les doigts

Kristaps Porzingis pète la forme, New York peut s’en mordre les doigts

La saison régulière touche à sa fin. On peut le dire : Kristaps Porzingis à Dallas, ça ressemble à une réussite. Et à un échec cuisant pour les Knicks.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Si quelques fans des New York Knicks se sont posés sur le match entre les Mavs et les Wolves cette nuit, ils ont dû avoir de drôles de sensations. Un joueur a crevé l'écran dans cette partie, avec une copie statistiquement unique : 38 points, 13 rebonds, 5 contres et 4 passes avec 6 paniers à 3 points inscrits. Celui qui incarnait à leurs yeux le renouveau de leur franchise maudite, un adjectif utilisé pour éviter de dire qu'elle est simplement possédée et gérée par des incompétents. Celui qui aurait dû être la star capable de leur faire retrouver les playoffs. Une "licorne" au gabarit et au style uniques. Au lieu de ça, Kristaps Porzingis porte le maillot de Dallas et restera sans doute à jamais comme l'une des plus grosses frustrations de la fanbase de Big Apple.

Le Letton n'avait pas le temps d'attendre que les Knicks deviennent compétitifs ou tout simplement fonctionnels. Les cagades successives et sa grave blessure au genou l'ont convaincu de demander son trade. Et sans hésiter une seconde, visiblement, New York l'a expédié au Texas. Désolé, chers fans des New York Knicks, mais il est sans doute utile de rappeler les détails de l'opération. En contrepartie de Kristaps Porzingis, un All-Star, les Knicks ont récupéré :

- DeAndre Jordan (dont les Knicks espéraient qu'il attirerait peut-être ses amis Kevin Durant et Kyrie Irving) parti rejoindre les Brooklyn Nets en tant que free agent quelques mois plus tard.

- Wesley Matthews, coupé une semaine plus tard et aujourd'hui membre important de la rotation des Milwaukee Bucks, la meilleure équipe de la ligue.

- Dennis Smith Jr, l'un des plus gros flops de la Draft 2017, incapable pour le moment de retrouver un niveau qui lui permettrait d'être dans la rotation de Mike Miller.

- Un premier tour 2021 non-protégé et un premier tour protégé top 10 pour 2023. Il est toujours bien de récupérer des tours de Draft quand on veut reconstruire, sauf que Dallas est sur une pente ascendante et que l'on peine à les imaginer dans la loterie avec un franchise player comme Luka Doncic...

Bilan : les Knicks ont ce que l'on appelle communément chié dans la colle. Désolé, mais la frustration est logique pour tous ceux qui espèrent, rêvent même, de revoir la place forte du basket mondial qu'est New York retrouver un peu de son lustre d'antan. Si on consacré un Mook entier à Big Apple, vous vous doutez bien qu'on a TOUS envie que le Madison Square Garden soit autre chose que le théâtre de bouillies de basket entre deux concerts de Billy Joel.

Kristaps Porzingis est "redevenu lui-même"

Si on estime que ce trade est un fail immense, c'est parce que Kristaps Porzingis est justement en train de prouver qu'il est bien cette "Unicorn" capable de rendre une équipe bien plus dangereuse qu'elle ne l'était déjà avec le phénomène Luka Doncic.

Il faut bien se rendre compte que Porzingis fait une saison très honorable - et même impressionnante à bien des égards - pour un joueur qui n'avait plus foulé un parquet depuis un an et demi. Il y a toujours un peu de rouille dans les cannes du Letton. Mais le voir atomiser une équipe quasiment à lui seul et réaliser globalement une saison intéressante (19.2 points, 9.4 rebonds, 2 contres en 30 minutes) est forcément rassurant pour les Mavs.

Sur les 11 derniers matches, Kristaps Porzingis tourne à 27.3 points, 10.9 rebonds et 2 contres de moyenne et même Doncic, revenu depuis 6 matches et économisé contre Minnesota, ne fait pas aussi bien.

"Je suis moi-même depuis quelque temps. Ça m'a pris un peu de temps pour retrouver le rythme au niveau du shoot et des sensations en match, mais maintenant l'équipe sait où j'aime recevoir la balle et dans quelles zones j'aime jouer", a expliqué KP sur ESPN après son récital.

Rick Carlisle travaille encore dessus, mais la relation technique entre les deux Européens est déjà prometteuse. Les Texans vont aller en playoffs, c'est une certitude. Et quand bien même ce serait pour y sortir dès le premier tour, l'expérience collective sera forcément positive. On peut supposer que la forme physique et les sensations de Porzingis seront encore supérieures la saison prochaine.

Si ce n'est pas déjà le cas, New York regrettera alors d'avoir aussi mal géré la situation à l'époque. Pour l'heure, Kristaps Porzingis passe encore pour le méchant de l'histoire. Celui qui a forcé son trade et n'a pas eu le courage d'être le messie que Gotham attend. Si c'est le point de vue des Knicks, qui ont quand même créé la situation d'absence quasi-totale de compétitivité et d'ambition crédible autour de Porzingis, alors il aurait fallu tenter d'en tirer davantage. Le trade a été enclenché très peu de temps après la requête du joueur. Les négociants les plus habiles étaient dans le camp d'en face.

Leon Rose va être intronisé dans les prochains jours comme président des New York Knicks. Espérons pour les fans qu'il leur évitera de vivre des moments aussi déplaisants que celui de voir leur ancienne et éphémère idole briller ailleurs.

Les stats de Kristaps Porzingis en 2019-2020

SeasonTeamGMinFGMFGAFG%3PM3PA3P%FTMFTAFT%ORDRRebAstTOStlBlkPts
2019-20DAL4730:476.615.542.42.57.035.83.64.677.31.67.79.41.61.60.72.019.2
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest