Le Jazz a récupéré Donovan Mitchell grâce à… des menaces

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Dennis Lindsey a promis à quiconque révélerait le niveau du work out réalisé par Donovan Mitchell avant la Draft 2017 serait licencié sur le champ.

Il suffit parfois d'un work out pour chambouler les plans d'une franchise. Avec le 24e pick à sa disposition lors de la Draft 2017, Dennis Lindsey, le General Manager du Utah Jazz, savait qu'il lui serait compliqué de sélectionner Donovan Mitchell. Le meneur de Louisville était attendu dans le top 20 et c'était même une surprise qu'il accepte un work out à Salt Lake City en mai dernier.

En compagnie d'autres prétendants, notamment Josh Hart, aujourd'hui aux Lakers, Mitchell s'était prêt au jeu et avait littéralement fait décoller de leur siège les observateurs du Jazz ce jour-là. A tel point que Lindsey a tout fait pour que tout cela ne s'ébruite pas, comme le raconte le commentateur local David Locke dans le Washington Post.

"L'un des collaborateurs de Dennis Lindsey est arrivé. Il nous a dit : 'Dennis veut que les choses soient claires. Si ce qui s'est passé durant ce workout sort d'ici, vous êtes virés. Tous. Virés".

Plutôt que de prier pour que Donovan Mitchell soit zappé, Utah l'a joué finement. Dennis Lindsey a convaincu les Nuggets de récupérer Trey Lyles et le 24e pick contre le 13e pick. Charlotte et Detroit, après hésitation, ayant préféré Malik Monk et Luke Kennard, le Jazz n'a eu qu'à pêcher le poisson.

"Je ne vais pas me mettre à dire que c'était un plan génial pensé de A à Z. On n'a pas vu venir le fait qu'il serait aussi fort. Le meilleur marqueur de son équipe sur 7 matches de suite, c'est inédit pour un rookie... Par contre, c'est vrai qu'on prend plaisir dans cette aventure", s'est réjoui Lindsey.