A la place de LeBron, Damian Lillard aurait shooté

Tout le monde s'accorde à dire que LeBron James a fait le choix le plus propre en donnant le ballon à Danny Green dans les ultimes secondes du game 5. Mais ce n'est pourtant pas ce qu'une autre star de la ligue comme Damian Lillard aurait fait.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
A la place de LeBron, Damian Lillard aurait shooté

D'ici au game 6 dans la nuit de dimanche à lundi (à 1h30) on n'a pas fini d'entendre parler du tir de Danny Green et du débat sur la pertinence ou non pour LeBron James d'avoir choisi cette option de passer la balle à son camarade. Comme depuis que Portland est éliminé, Damian Lillard passe ses soirées devant les matches à interagir avec des fans sur Twitter. Evidemment, l'un d'entre eux lui a demandé s'il considérait que la décision de LeBron était une erreur.

"Non, ce n'était pas une erreur. C'était la bonne action à faire. Mais moi j'aurais shooté sur la gueule des deux défenseurs", a répondu Lillard avec des emojis hilares.

La réponse du meneur des Blazers est amusante, mais elle en dit aussi long sur ce qui divise les gens au sujet de ce tir. Diviser étant d'ailleurs presque un euphémisme dans ce cas précis, tant les uns voient en LeBron un planqué pour ne pas avoir pris le dernier tir, quand d'autres lui prêtent une filiation encore plus importante avec Michael Jordan pour avoir su lâcher la balle à un partenaire mieux placé sur un potentiel panier pour le titre.

De héros à zéro : Danny Green avait le shoot du titre dans les mains

Si Damian Lillard ou un autre joueur coutumier des shoots de dernière minute avait porté le maillot des Lakers à cet instant, il est possible que les événements se soient déroulés autrement. Lillard n'aurait d'ailleurs sans doute pas drivé pour attirer les défenseurs comme l'a fait LeBron James, mais aurait cherché la meilleure position possible pour dégainer un jump shot. Le profil et les préférences du joueur comptent dans ces cas là.

Personne ne peut nier que dans l'esprit du jeu, attirer des défenseurs pour libérer et servir un partenaire ouvert est ce qu'il y a de mieux à faire les trois quart du temps. Aucune voix ne s'est élevée pour critiquer le côté propre et intelligent de la décision du King. Simplement, on ne peut pas non plus blâmer les gens qui ont pour principe quasi absolu que la star de l'équipe doit impérativement essayer d'être clutch à la finition, quitte à assumer la responsabilité de l'échec derrière, et même si le tir en question est beaucoup plus difficile que ce que Danny Green a eu à rentrer.

Jay Williams, l'ancien joueur des Bulls devenu consultant, pense par exemple que même si la séquence était "bien jouée" dans l'idée, LeBron James reste... LeBron James et se doit d'être le joueur qui prend le dernier shoot.

Pour les anciens coéquipiers de LeBron que sont Kendrick Perkins, Channing Frye ou Josh Hart, la décision était la bonne. On n'en attendait pas moins de la part de ses ex-camarades.

Tout le monde a son petit avis et les commentaires vont se poursuivre dans les prochaines 48 heures. LeBron James et les Lakers, eux, feraient sans doute mieux de ne pas s'attarder là-dessus. Danny Green a manqué la cible, Markieff Morris a perdu son cerveau (car oui, il ne faut pas oublier qu'il prend le rebond offensif et manque sa passe derrière) et les Lakers ont raté l'opportunité de décrocher le 17e titre de leur histoire. Next.

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest