De héros à zéro : Danny Green avait le shoot du titre dans les mains

De héros à zéro : Danny Green avait le shoot du titre dans les mains

Danny Green est la cible des critiques après le game 5. Son shoot ouvert raté sur une passe de LeBron aurait pu offrir le titre aux Lakers.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

On ne parle que de ça sur les réseaux quelques heures après la fin du game 5 des Finales NBA. Danny Green aurait pu être le héros du game 5 et célébrer un troisième titre de champion NBA avec une troisième équipe différente en seulement 6 ans. Au lieu de ça, l'ancien joueur des San Antonio Spurs et des Toronto Raptors est la cible des critiques et risque d'avoir un mal de chien à se relever d'une séquence cauchemardesque.

A 7 secondes de la fin d'un match fou en termes d'intensité et de niveau, Danny Green a en effet eu le shoot du titre dans les pognes. Tout sniper digne de ce nom - et Green a longtemps été l'un des joueurs les plus fiables de la ligue dans ce secteur - rêve d'une position ouverte comme celle-là, aussi près de la fin du match, pour faire basculer la rencontre du côté de son équipe. Les Lakers n'avaient qu'un point de retard à cet instant.

Tout indiquait que Danny Green allait devenir le Steve Kerr de LeBron James. A la manière de Michael Jordan, mais sans la réussite, le King a en effet libéré Green en drivant sur la droite pour attirer pas moins de trois joueurs sur lui, avant de servir son coéquipier, seul à trois points, plein axe, comme pour frapper un penalty. Malheureusement pour les Lakers, dans la lignée de ce qu'il propose depuis le début des playoffs, et quasiment depuis qu'il a quitté Toronto pour Los Angeles, Green est passé à côté de ce moment de gloire. Un shoot trop court, indigne de son CV.

D'aucuns préfèrent blâmer LeBron James ou Frank Vogel. C'est un point de vue qui se défend. Le King était à 40 points à 71% et avait la main chaude. C'était peut-être effectivement à lui, en termes de narration, de trouver le moyen de prendre un dernier shoot. Ou en tout cas à son coach de dessiner un système qui le mette dans une autre situation qu'un numéro en solo face à deux ou trois joueurs. Mais dans le fond, blâmer LeBron sur ce coup-là est quand même compliqué. Dans le respect du jeu et avec sa vista, c'est théoriquement le meilleur choix qui a été fait par la superstar des Lakers.

Le Heat revient à 3-2 après un match de fou furieux

S'il avait pris sa chance - c'était possible, mais trois défenseurs se trouvaient près de lui et du cercle - et manqué son coup, on se serait peut-être demandé pourquoi il n'avait pas servi un spécialiste à 3 points comme Danny Green tout seul dans cette position. Si le filet avait au contraire tremblé, on aurait salué l'altruisme et la vision du jeu du "Chosen One". Dans l'idée, on peut aussi se dire qu'Anthony Davis était une option jouable dans les airs. Mais avec avec Bam Adebayo comme garde du corps, pas sûr que "AD" aurait pu capter le ballon.

On ne peut pas revenir en arrière et cette séquence n'aura peut-être pas d'incidence et tombera dans l'oubli si les Lakers remportent le game 6 ou le game 7. C'est un peu cette sérénité-là que LeBron James a tenté d'afficher après la rencontre, au moment d'évoquer cette action.

"J'ai toujours joué de cette manière-là et j'ai eu du succès par le passé en faisant comme ça. Je ne vais pas laisser une action changer ma façon de jouer. J'ai réussi à attirer deux défenseurs au-delà de la ligne des lancers.

J'ai vu notre shooteur complètement ouvert à 3 points pour gagner le titre. Je lui ai fait confiance. On lui a fait confiance. Ce n'est tout simplement pas rentré. Il faut vivre avec ça".

On espère pour Danny Green qu'il aura un témoignage de sympathie un peu plus marqué de la part de ses camarades avant le game 6, car il se trouve forcément dans un trou mental dont il est compliqué de sortir seul.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest