Mark Cuban : « DeAndre Jordan m’a dit qu’il avait un rencart »

Mark Cuban a livré sa vérité sur l'incroyable épisode autour de DeAndre Jordan cette semaine. Voici le premier chapitre, on attend la suite avec impatience.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Mark Cuban : « DeAndre Jordan m’a dit qu’il avait un rencart »
Mark Cuban est en train de faire languir tout le monde sur "son" réseau social Cyberdust. Le propriétaire des Dallas Mavericks a choisi de raconter sa vérité sur le fiasco autour de la signature de DeAndre Jordan et de son retournement de veste en faveur des Los Angeles Clippers. S'il avait expliqué hier qu'il attendrait avant de s'exprimer sur le sujet, le businessman texan n'a pas pu se retenir et a livré le premier chapitre de son récit. On y apprend qu'il s'est bien rendu au domicile du pivot californien, mais que celui-ci a trouvé une excuse assez cocasse pour éviter de le rencontrer... L'histoire se boit comme du petit lait et on attend déjà la suite avec impatience.
"Chers fans des Mavs, après les inepties racontées par un employé d'ESPN (Chris Broussard, NDLR), je pense qu'il est important de livrer ce qu'il s'est passé mardi. Tout la journée de lundi, nous avons échangé des textos sur les joueurs encore disponibles, notre cap space, qui était apprécié du staff, qui DeAndre appréciait et à quel point il était impatient. Puis mardi, la communication a subitement été coupée et on a commencé à entendre des rumeurs comme quoi quelque chose était à l'oeuvre. J'ai pris un avion pour Houston et réservé une chambre au Galleria, à quelques minutes de chez lui.
Mon chauffeur m'a conduit jusqu'à sa maison. Elle est située dans une petite propriété privée mais les portes étaient ouvertes et j'ai littéralement marché jusqu'à sa porte. Personne n'était là. Je lui ai envoyé un message pour lui dire que j'étais chez lui et qu'il fallait que l'on parle. Il m'a répondu qu'il avait un rencart. Je lui ai dit de s'amuser parce que je n'étais pas pressé et que j'étais content de passer le voir pour lui faire un coucou. Je lui ai même dit que s'il voulait que son rencart se passe encore mieux, je pouvais les emmener à Dallas pour la nuit. Il ne m'a pas répondu. Après 10 minutes sans réponse, je suis rentré à l'hôtel. Je n'allais pas rester assis devant sa porte, ça ne me semblait pas approprié. Je lui ai envoyé un message pour lui dire que je n'étais plus chez lui, mais qu'on parlerait après son rencart. Il m'a immédiatement répondu "merci".
Il savait que j'étais en ville et que j'étais près de chez lui, mais je sentais que quelque chose n'allait pas. J'avais entendu les mêmes rumeurs que tout le monde à son sujet et j'ai appris que ses agents arrivaient à Houston. Il me paraissait logique qu'il leur parle et, dans le pire des cas, même s'il commençait à avoir des doutes, l'un d'entre eux serait en mesure de me donner des nouvelles. Comme pour tout choix de carrière important, il est naturel d'avoir des doutes. Je n'étais pas vraiment inquiet, donc je suis allé me coucher".
La suite dès que Mark Cuban l'aura décidé...  
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest